BRVM-10 182,96 -0,37 BRVM-C 193,39 -0,12 Dernière mise à jour : Mercredi, 19 septembre, 2018 - 11:30

BOA SN

-0,22

SONATEL

-0,99

TOTAL SN

-0,69
PROGRAMMES TV
Votre Horoscope du jour En ce moment à Dakar 30° partly-cloudy-day
Annonces

Quand Latif Coulibaly se réclamait « opposant de conscience ». Par Daouda Gbaya

Conscience, Latif Coulibaly, Opposant

« L’homme qui vit au milieu du tumulte et dans l’agitation des passions, sans être retenu par aucun principe, est semblable à un vaisseau jeté sur une mer orageuse, sans pilote et sans boussole ». 
Cette citation de Chauvot de Beauchêne (Les maximes, réflexions et pensées diverses) s’accommode bien avec la politique sénégalaise. C’est connu, au Sénégal, le reniement est le défaut le mieux partagé chez nos hommes politiques. Lorsqu’ils sont conviés à la table du Roi pour le partage du …gâteau, ils ont tendance à insulter leur passé. Mais quand cela concerne certaines personnes,
on est en droit de s’inquiéter pour l’élite sénégalaise. En écoutant, sur les ondes de la Rfm, le ministre de la culture, Abdoulatif Coulibaly, soutenir l’arrêté Ousmane Ngom et accabler
l’opposition, on se demande si réellement c’est ce grand intellectuel qui défendait, jadis, les valeurs de démocratie, de la justice sociale… Selon lui, l’opposition aurait dû se comporter en « homme
d’Etat » et respecter l’arrêté préfectoral.

Autrement dit, Oumar Sarr et Cie ont eu tort de braver l’interdiction de marche. Cette prise de position, empreinte d’arrogance, est tout de même curieuse venant de la part d’un homme qui a été défendu par les démocrates contre le défunt régime de Wade. La solidarité gouvernementale ne saurait expliquer un tel reniement. En démocratie, rien n’est acquis d’avance encore moins définitivement. La liberté ne se donne sur un plateau; elle s’arrache. Les tenants du pouvoir actuel, opposant d’hier, se sont toujours battus pour les libertés démocratiques; ce qui a conduit à la deuxième alternance. Alors, il est inacceptable qu’aujourd’hui aux affaires, qu’ils veuillent remettre en cause ces principes pour lesquels plusieurs sénégalais ont perdu leur vie. La marche est un droit consacré par la Constitution. Son interdiction doit être une l’exception et non la règle. Dans un contexte pré- électoral où la quête pouvoir devient un enjeu existentiel, les faucons n’hésitent pas à attiser le feu pour plaire au.. Prince.

Ce dernier doit se souvenir que ces laudateurs d’aujourd’hui ont été ses pires ennemis d’hier et le seront demain une fois qu-il a perdu le pouvoir. On se souvient encore des déclarations de Latif Coulibaly à propos de son combat contre le défunt régime libéral. Se définissant comme « opposant de conscience », « l’ancien journaliste », dans une interview parue dans La Voix Plus, disait ceci:  »
J’ai un objectif précis en écrivant mes livres, celui de combattre le régime d’Abdoulaye Wade, donc que je suis un opposant. En réalité, ce ministre ne sait pas qu’il me fait plaisir en disant cela. Je
ne suis pas un opposant politique, mais un opposant de conscience.  En tant qu’intellectuel, dans mon pays, tout ce qui heurte ma conscience dans la conduite du projet national m’aura en face. C’est dire que je suis opposant à Abdoulaye Wade non pas dans le sens politique parce que je ne suis membre d’aucun parti politique, mais en tant que membre de la société civile qui travaille dans les médias. J’ai toujours compris que les politiciens ont dans leur tête la volonté ferme d’accaparer tout l’espace public. Je m’insurge contre cette volonté car elle est erronée. L’espace public est pour tout le monde, les politiques tout comme tous les autres acteurs du projet démocratique. Chez nous, les hommes politiques ont le sentiment quand un journaliste écrit et dénonce des faits de mal gouvernance que ce journaliste est un opposant. Ils disent que ce journaliste s’est démasqué, qu’il fait de la politique. Cette critique vient aussi bien des partis au pouvoir que ceux de l’opposition.
C’est vraiment ne pas comprendre ce que c’est que l’espace public au sens grec du terme. S’ils l’avaient compris, ils n’auraient pas eu un tel jugement. C’est justement parce qu’ils n’ont pas compris
qu’ils conduisent nos pays dans le mur, dans le désastre. Ils pensent qu’il n’y a qu’eux qui doivent s’occuper de la chose publique et qu’ils ne doivent même pas être surveillés par personne parce qu’ils ont caporalisé tout le parlement.

« Aujourd’hui, devenu ministre de la République, Latif Coulibaly tourne casaque et renie ses principes. Le neo-aperiste rétorquera peut-être que « la réalité est tout autre lorsqu’on est dans un
gouvernement » (ce qu’il avait confié à l’émission « Point de vue » dont il était l’invité)- On lui le concède. Mais, cela ne saurait être une excuse. Car rien ne l’empêche de démissionner du gouvernement lorsqu’on est pas d’accord avec son gouvernement comme l’a fait Nicolas Hulos, désormais ex ministre de la transition écologique de la France. C’est vrai que tout n’est pas
Hulot.
Daouda Gbaya, journaliste.

Annonces
Annonces

5 commentaires

  • Mactar THIONE
    7 septembre 2018 12 h 32 min

    Pourquoi pas comme c lancien regime qui lavait créée c eux meme qui cri pour dire que l’arrêté nest pas bon latif a droit donc de le defendre comme on est en polotique c qoui le blême

  • zoff
    7 septembre 2018 13 h 28 min

    le paradoxe au sénégal c’est que avec du bronze on en fait de l’or quelle déception ce latif

  • Xuya Simon
    7 septembre 2018 14 h 12 min

    Ki dou nitou dara,guemoul sakh loumouy wakh,thimm.

  • Big SENEGAL
    7 septembre 2018 14 h 42 min

    Etant au Lycee, je collectionnais les articles et les editoriaux de Latif Coulibaly. Il est tes virulant.
    Mais depuis qu’il a succe à la « bide »Apr, le Lion est devenu chat de salon.
    Lecheur de cul puant et mal lave est devenu Latif « cul »libaly.

  • Big SENEGAL
    7 septembre 2018 16 h 22 min

    Le prochain livre de Latif « cul »baly : « Lorsque Latif prete le cul à Macky »

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *