Annonces
Annonces
» » » » » » Procès de Barthélemy et Cie: le prétoire...

Procès de Barthélemy et Cie: le prétoire transformé en « minbar »

  • Amadou Gueye Amadou Gueye

 

Hier jeudi, le Coran et les Hadith du Prophète, Mouhamed (Psl), ont été très usités par les avocats de la défense pour étayer leurs propos. Cet argumentaire, ils le doivent à la casquette d’imam du juge Pape Ndary Diop. Sourates et versets ont été mis en exergue pour convaincre le maître du Tribunal. Le caractère religieux du procès a marqué les esprits dans la salle d’audience où certains pensent que le droit positif a été malmené par les robes noires au détriment du droit divin.

Pour ce jeune juriste, « le tribunal est laïc« . Mais pour d’autres, c’est de bonne guerre, car l’important c’est de convaincre en faisant usage des arguments solides. C’est Me El Hadji Diouf qui a ouvert la brèche: « je sais que vous êtes imam dans votre quartier, j’ai confiance en vous, car je vous connais, vous craignez Dieu« . Un élément nouveau qui a permis de mieux concocter les plaidoiries.

A sa prise de parole, Me Aissata Tall Sall n’a pas manqué de souligner « l’épopée épique » des prophètes, de Ibrahima à Mouhamed (Psl). Un raisonnement, de fil en aiguille, où le fondement était la vérité. Pour terminer ces envolées lyriques, la mairesse de Podor a chuté sur la sourate 3 verset 9 du Coran. Ses autres collègues, à l’instar de Mes Khoureychi Bâ et Me Sall, ont aussi emprunté cette voie pour prêcher la parole de Dieu. Par ailleurs, c’est le juge lui-même qui a renchéri cette casquette en citant des Hadith du prophète à sa prise de parole et a rappelé qu’il n’était là que pour guider sur le droit chemin. Selon Me El Hadji Diouf, le juge est aussi président des imams dans une association.

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces