Annonces
Publicité
» » » » » Levée immunité parlementaire Khalifa Sall: Me...

Levée immunité parlementaire Khalifa Sall: Me Aïssata Tall Sall s’en prend à Moustapha Niass…

  • Khalil Kamara Khalil Kamara

« Cet après-midi, un fait majeur s’est produit à l’hémicycle« , souligne, d’entrée, Me Aïssata Tall Sall. Cette dernière, venue assister à la séance plénière devant statuer sur la levée de l’immunité du député Khalifa Sall, a été déçue par l’attitude de la majorité présidentielle, en occurrence le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niass. Occasionnant des contestations de la part de l’opposition qui a boudé la salle.

« Le fait majeur c’est que pour une fois, ou en tout cas pour des rares fois dans l’histoire parlementaire de notre pays, l’opposition, représentée par le groupe libéral, et les non inscrits, que représente le président Modou Diagne Fada, se sont concertés et engagés pour faire respecter la loi que la majorité a violé. Une fois que nous sommes concertés, nous nous sommes organisés dans la prise de parole. Vous avez été témoin de comment Moustapha Niass a refusé à Madické Niang, l’application stricte de l’article 75 de notre règlement intérieur« , se désole Me Aïssata Tall Sall.

Selon elle, suite à son « refus catégorique« , le président de l’Assemblée nationale est allé « lire un autre article dont Me Madické Niang ne demandait pas l’application« . « Par la suite quand nous lui avons demandé l’application de cet article 74 qu’il invoquait, alors que nous étions dans ce droit là, il a encore refusé la parole. Dans un parlement, on ne peut pas intervenir, en tant que député, sur la base de l’article 74 tel que la loi nous le permet, sur la base de l’article 75, tel que la loi nous le permet que nous reste-t-il?« , se demande le maire de Podor.

« Je voulais dire au président de l’Assemblée nationale et à nos collègues que nous ne sommes pas ici pour défendre Khalifa Sall. Nous sommes là parce que nous voulons défendre tout député qui pourrait se trouver dans la situation de Khalifa Sall. Si nous commençons par violer ces textes que nous même avons pris, de façon volontaire, où va l’Assemblée? Où va le Sénégal? Quand nous avons dit au président de la commission des lois que cette convocation est irrégulière, il a demandé à la commission des lois, donc à la majorité, si oui ou non ils acceptent l’irrégularité« , regrette-t-elle.

Avant de poursuivre: « Où avez-vous quelqu’un dire à sa propre commission: dites moi si c’est irrégulier et qu’on continue? La commission a dit: c’est irrégulier, continuons dans l’irrégularité« . « Un débat mal convoqué » selon elle, en « violation flagrante des textes« .

Annonces
Annonces

2 commentaires

  • Alou
    03/11/2017 01:00

    Je me demande Est ce que gni ils pensent pas demain dinaniou deee depuis plus de 50 ans les memes tetes routes boubakh sakh defa rouniouko politiciens = menteurs mais s ils jurent sur le Coran cest pas vrais

  • Gerard+Ndione
    03/11/2017 11:45

    Niasse est le parfait renégat.Les vertus que le président senghor lui a enseignées:à savoir: le JOM le KERSA le MUŃ il a tout oublié.seule la station présidentielle manque á son palmarès.Il est goumand.Sa caisse noire et son or noir lui a fait perdre le sens du devoir.Mais il ferait mieux de savoir qu’il n’best pas éternel.Dans la liste d’en-Haut nul lâche nul traître n’y verra son nom…

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces