Le Saees sera en grève ce lundi pour réclamer leur salaire du mois de décembre

Les enseignants affiliés au Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur (Saes) de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar seront en mouvement d’humeur ce lundi 9 janvier 2017. Ils sont très remontés contre les autorités de l’université qui n’ont pas encore payé les salaires du mois de décembre.

 

Le Saes a décidé d’observer un débrayage à partir de 9 heures, avec un arrêt de travail toute la journée et une Assemblée générale du campus à la faculté des Sciences juridiques et politiques. Dans un communiqué parvenu à WalfQuotidien, ” la coordination Saes de l’Ucad informe l’opinion que jusqu’à ce vendredi 6 janvier 2017, les salaires du mois de décembre des personnels de l’Université ne sont pas encore payés”, une situation déplorable car selon eux “ tous les autres fonctionnaires et agents de l’Etat ont perçu leur salaire avant même la fin du mois de décembre, pour faire face aux nombreuses charges relatives aux fêtes de fin d’année”.

Annonces

Le secrétaire général du Saes, Malick Fall et ses camarades constatent également un retard et un dysfonctionnement dans le paiement des sommes dues comme le rappel indiciaire, le rappel prime d’encadrement, le rappel avancement interne et  le rappel avancement Cames. Face à cette situation; la coordination Saes dénonce l’absence de diligence ” inacceptable et le manque de volonté manifeste” du gouvernement.

Les Enseignants Affiliés Au Syndicat Autonome De L'enseignement Supérieur (Saes) Mouvement D'humeur Ce Lundi 9 Janvie

(4) commentaires

Vision7

C’est vraiment triste et désolant dans un pays qui dit aspirer à l’émergence, que l’enseignant chercheur soit négligé à ce point, retards de salaires, défauts d’avancement, engagements non tenus et j’en passe.

Ceddo

Ce pouvoir a une priorité : les prochaines élections. Il fait tout dans ce sens, tout le reste est considéré comme épiphénomène.

Genssaignants

C’est triste de voir un spectacle aussi scandaleux dans un pays qui se veut émergent. Pendant que ces “politicards” sans aucune science que celle d’installer le brouillard dans tout le pays et de voyager sans cesse aux frais du contribuable, les détenteurs de la vraie science, ceux qui instruisent et forment les citoyens, sont considérés comme des moins que rien. Comment, dans ces conditions, est -il possible de faire naître un sénégalais digne et arrimé dans les valeurs nationales et patriotiques.

Genssaignants

NB: Pendant que ces “politicards” sans aucune science …vraie science font la bamboula etc.