BRVM-10 183,30 -0,04 BRVM-C 191,61 -0,45 Dernière mise à jour : Mercredi, 26 septembre, 2018 - 13:00

BOA SN

0,00

SONATEL

0,02

TOTAL SN

-1,89
PROGRAMMES TV
Votre Horoscope du jour En ce moment à Dakar 28° cloudy-day
Annonces

En RDC, le gouvernement interdit la marche des laïcs catholiques

André Kimbuta, Kinshasa, République Démocratique du Congo

En République démocratique du Congo, les autorités interdisent la marche prévue dimanche 31 décembre par les laïcs catholiques. Selon le gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta, la police ne peut pas encadrer cette marche. De son côté, Léonie Kandolo, porte-parole du Comité laïc de coordination (CLC), juge cette interdiction « illégale ».
Le Comité laïc de coordination compte maintenir la marche de dimanche malgré l’interdiction des autorités. Le gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta, s’exprimant vendredi soir, à la télévision, a estimé que la police ne peut pas encadrer cette marche. Selon lui, ce rassemblement nécessite le déploiement de très nombreux policiers. Il reproche également aux organisateurs de ne pas avoir fourni d’informations sur l’itinéraire.

« Ils m’ont adressé une lettre dans laquelle il n’y a pas d’itinéraire ni point de chute. A ma connaissance, à Kinshasa, il y a plus de 240 paroisses catholiques. Si je dois déployer des policiers, il nous en faudra plus de 240 000. Nous n’avons pas cet effectif à Kinshasa. Nous sommes d’accord avec la prière mais pas avec la marche, surtout que les politiciens se sont mêlés de cela. Ces politiciens se font souvent accompagner d’inciviques. Abandonnez cette voie ! Ce n’est pas du tout clair ! », a déclaré André Kimbuta.

Léonie Kandolo, porte-parole du CLC juge cette interdiction « illégale » et assure que la marche est maintenue. Pour elle, « les prétextes » que donne le gouverneur sur l’impossibilité d’encadrer la marche sont « non fondés ». La loi prévoit que les organisateurs des marches « doivent informer » mais ne parle pas « de la possibilité d’interdire », a-t-elle tenu à préciser.

Comme en 1992, année où la marche des chrétiens avait été réprimée dans le sang par l’armée de Mobutu, les laïcs chrétiens se disent encore aujourd’hui décidés de répondre à l’appel des évêques pour soutenir le processus mis en place par l’Accord de la Saint-Sylvestre, le 31 décembre 2016.

Avec Rfi

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *