PUBLICITÉ

Comment éviter d’être infecté par le Covid-19 après la levée du confinement?

Cet homme qui éternue dans la file d’attente du bus est-il dangereux pour moi ? Dois-je vraiment aller au restaurant ? Ou même prendre les transports publics ?

Alors qu’une grande partie du monde sort progressivement du confinement et que nous retrouvons notre environnement d’avant le Covid-19 et des activités sociales, le risque d’attraper et de propager le coronavirus augmente, faisant craindre une deuxième vague d’infections.

Erin Bromage, immunologiste et professeur associé de biologie, enseigne comment nous pourrions réduire le risque d’être infecté par le Covid-19.

“Pour être infecté, vous devez être exposé à une dose infectieuse du virus ; sur la base d’études de doses infectieuses avec le MERS et le SRAS, certains estiment qu’il suffit de 1 000 particules virales du CoV2-SARS pour qu’une infection s’installe”, a-t-il écrit dans son blog.

Ce chiffre fait l’objet de nombreux débats et doit être déterminé par des expériences, mais il constitue une référence utile pour démontrer comment l’infection peut se produire.

Le point essentiel est que vous pouvez atteindre ce chiffre – quel qu’il soit – de différentes manières : “par le biais de 1 000 particules virales que vous recevez en un seul souffle… ou de 100 particules virales inhalées à chaque respiration sur 10 respirations, ou de 10 particules virales sur 100 respirations. Chacune de ces situations peut conduire à une infection”, explique-t-il.

Et cela signifie que les cas où nous ne passons que très peu de temps avec des personnes infectées sont peu susceptibles de vous donner une dose infectieuse et donc de vous contaminer.

Alors de quelles situations devrions-nous nous inquiéter davantage ?

La toux et les éternuements propagent effectivement des maladies, mais à des rythmes très différents.

Une seule toux libère environ 3 000 gouttelettes à environ 80 km/h, selon le Dr Bromage. La plupart des gouttelettes sont assez grosses et la gravité fait qu’elles tombent rapidement sur le sol, mais d’autres restent en l’air et peuvent traverser une pièce.

Mais si la personne avec laquelle vous êtes coincé dans un ascenseur éternue au lieu de tousser, vos problèmes sont décuplés.

Un simple éternuement libère environ 30 000 gouttelettes, les gouttelettes beaucoup plus petites parcourant des distances beaucoup plus grandes – facilement à travers une pièce – et à des vitesses pouvant atteindre 320 km/h, explique le Dr Bromage.

“Si une personne est infectée, les gouttelettes d’une seule toux ou d’un seul éternuement peuvent contenir jusqu’à 200 millions de particules virales”, écrit-il.

“Donc si vous êtes face à face avec une personne, en train de discuter, et que cette personne éternue ou tousse directement sur vous, il est assez facile de voir comment il est possible d’inhaler 1 000 particules de virus et d’être infecté”.

Même si vous n’étiez pas présent lors de la toux ou de l’éternuement, vous ne seriez peut-être pas en sécurité. Certaines gouttelettes infectées sont suffisamment petites pour rester en l’air pendant quelques minutes, et si vous entrez dans la pièce durant cette période, vous pourriez potentiellement en respirer suffisamment pour établir une infection.

La contamination asymptomatique

Nous savons que les gens peuvent être infectieux pendant environ cinq jours avant de commencer à présenter des symptômes – et certains peuvent ne jamais les développer.

De plus, le fait même de respirer libère des copies du virus dans l’environnement.

Mais à quel point ?

“Une seule respiration libère de 50 à 5 000 gouttelettes. La plupart d’entre elles sont de faible vélocité et tombent rapidement sur le sol”, selon le Dr Bromage. Lorsque nous respirons par le nez, encore moins de gouttelettes sont libérées.

“C’est encore plus filtré là et c’est dirigé directement vers le sol. Ainsi, vous constatez que très peu d’agents pathogènes – des particules virales – sont libérés lors de la respiration”, a-t-il déclaré à la BBC.

“Il est important de noter qu’en raison du manque de force d’expiration lors d’une respiration, les particules virales des zones respiratoires inférieures ne sont pas expulsées.”

Ceci est important car les tissus de ces zones inférieures sont ceux où le coronavirus est le plus concentré.

Nous ne savons pas exactement combien de particules virales du SRAS-CoV2 (ce coronavirus) sont libérées lors de la respiration, mais le Dr Bromage cite une étude qui indique qu’une personne infectée par la grippe libère environ 3 à 20 copies d’ARN viral par minute de respiration.

Si ce chiffre est valable pour le coronavirus, une personne infectée respire 20 copies par minute dans l’environnement.

Il faudrait inhaler chaque particule que cette personne respire pendant 50 minutes pour atteindre le chiffre de 1 000 copies dont il a été question plus haut comme étant nécessaire pour l’infection (là encore, ce chiffre n’est utilisé qu’à titre de référence et la valeur exacte doit encore être déterminée).

Nous pouvons donc voir qu’il y a beaucoup moins de chances d’attraper la maladie en étant simplement dans la même pièce qu’une personne infectée, mais sans tousser ni éternuer.

“Le coronavirus rend aussi les jeunes très malades”

Premier essai sur l’homme d’un vaccin contre le Covid-19 en Europe

Coronavirus en Chine: risques de mutation, contagion, prévention
Selon le Dr Bromage, le fait de parler augmente la libération de gouttelettes respiratoires d’environ 10 fois pour atteindre environ 200 copies du virus par minute.

Le fait de chanter et de crier augmente considérablement la quantité de gouttelettes dans l’air.

“Vous vous mettez à crier ou à chanter et les gouttelettes sont réellement projetées à ce stade, et elles peuvent venir du fond de vos poumons lorsque vous forcez ce son à sortir”, a-t-il déclaré à la BBC.

Ces gouttelettes proviennent également de zones où les tissus sont plus susceptibles d’être contaminés.

“Donc, tout ce qui provoque des émissions forcées ne fait que rejeter dans l’air une plus grande quantité de ces gouttelettes respiratoires provenant des tissus qui auront une charge virale plus élevée”, dit-il.

Même s’il est beaucoup plus difficile d’attraper l’infection de cette manière, des études estiment que de nombreuses infections – et peut-être la majorité des transmissions en dehors du foyer – surviennent chez des personnes ne présentant aucun symptôme.

Quels sont les environnements particulièrement risqués ?

Il est évident que les professions qui traitent directement avec des personnes infectées courent le plus grand risque.

Nous savons également que certains environnements ont conduit à des infections à grande échelle. Si les bateaux de croisière occupent une place importante dans l’imaginaire du public, le Dr Bromage met en avant les événements qui se sont produits dans les bureaux à aire ouverte et lors d’événements sportifs et sociaux tels que les fêtes d’anniversaire, les funérailles et un récital de chorale.

Dans ces cas, les gens étaient beaucoup plus exposés au risque d’exposition virale en raison du temps passé en présence d’une personne infectée à l’intérieur.

“Même s’ils se trouvaient à 15 mètres, comme dans la chorale ou le centre d’appel, même une faible dose de virus dans l’air qui les atteignait, sur une période prolongée, suffisait à provoquer l’infection”, dit-il.

Lorsque nous reprendrons le travail, certaines professions seront également particulièrement concernées.

Les bureaux à aire ouverte mal ventilés sont particulièrement problématiques. Le Dr Bromage cite un cas où 94 des 216 employés de bureau d’un bâtiment en Corée du Sud ont été infectés, la grande majorité d’entre eux se trouvant tous d’un côté d’un étage, où ils partageaient un grand espace ouvert.

Les dentistes ne représentent pas une grande partie de la population, mais ils seront particulièrement exposés au risque.

“C’est une profession qui crée une énorme quantité d’aérosols, rien que par les procédures qu’ils font, et ils vont vraiment devoir penser à leur lieu de travail pour protéger principalement leurs employés parce que ce ne sont pas les employés qui vont rendre le patient malade, mais le patient qui va rendre les employés, les hygiénistes dentaires, le dentiste malade à cause du forage, de la succion, de tous les fluides qui vont partout”.

Le personnel enseignant est également confronté à un risque accru, dit-il.

“Vous avez une population âgée d’enseignants et de professeurs avec des jeunes gens à forte densité dans une salle. Il va falloir beaucoup réfléchir pour rendre ces lieux de travail plus sûrs”.

181
Annonces
guest
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus noté
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
  • wally 12:16 - 14/07/2020 Fini les frasques, Wally Seck s’engage dans l’environnement
  • unnamed 12:11 - 14/07/2020 Liga: Le Real Madrid à une victoire du titre
  • camion de sucre 12:10 - 14/07/2020 Vol de sucre: Des chauffeurs arrêtés à Pikine
  • Saliou Mballo 12:02 - 14/07/2020 “Quand Mampatim souffre du silence coupable de L’Etat…’