Annonces
Publicité
» » » » » » » Benno Bok Yakaar corrige Me Wade

Benno Bok Yakaar corrige Me Wade

  • Sharif Ndao Sharif Ndao

BBY s’est fendue d’une réponse cinglante à travers un communiqué parvenu à Senego, sur les déclarations de Me Abdoulaye Wade hier dimanche lors de son séjour à Touba.« La déclaration du Président WADE dans les lieux saints de Touba a surpris plus d’un, puisque tendant à animer une polémique inappropriée à l’occasion de la célébration du 18 safar, un moment de réunification des coeurs si cher aux musulmans et plus généralement à tous nos compatriotes. Le Président WADE accepte désormais que les réalisations du Président Macky SALL sont massives, et sur toute l’étendue du territoire. Il reconnaît par ailleurs une croissance soutenue des exportations ce qui constitue un indicateur concret d’émergence.
S’agissant de la dette, notre pays est plus que jamais en deçà des critères de convergence de l’UEMOA qui stipulent qu’un pays peut emprunter jusqu’à 70% de son PIB sans dérégler son équilibre macroéconomique ».

Le document renseigne:  » enfin, les chiffres évoqués s’agissant de la dette souveraine sont exagérés. D’autant plus que très récemment, le Sénégal a été bien noté par les agences spécialisées dont moody’s. En quatre ans le Sénégal est entré dans le cercle restreint des dix pays les plus réformateurs en Afrique. Le Fond monétaire international (FMI) vient de confirmer la viabilité et la crédibilité de notre cadre macroéconomique. A ce jour le solde pays du Sénégal se situe à plus 165 milliards disponibles, alors que que le Président WADE affirmait qu’on ne pourrait pas payer les salaires en 2012. S’agissant maintenant du parlement et de l’épisode de la plénière portant mise en place de la commission ad oc en charge de statuer sur la levée parlementaire du député
Khalifa Ababcar Sall, les députés de l’opposition se sont évertués à proférer des contre vérités », fait savoir le communiqué.

A l’en croire, « le groupe libéral et démocratique et les non inscrits se sont réunis avant la plénière du jeudi 2 novembre pour décider de bloquer le travail . Ils se sont repartis la tâche . Me Madické NIANG , Président du groupe  était chargé des l’ouverture de la séance de demander la parole pour proposer une motion préjudicielle dans le but de reporter la séance et de renvoyer le document à la commission des lois pour une relecture.

L’article 75 du règlement intérieur qui parle de motions préjudicielles indique que celles§ci ne peuvent être proposées qu’après l’audition du rapport de la commission. Cette antériorité est précisée clairement à l’alinéa 2 de l’article 74 qui dit : « Tout d’abord, la plénière entend le rapport de la commission avant tout débat ».

La motion préjudicielle dès lors ne pouvait être présentée avant l’audition du rapport de la commission. Et les députés de l’opposition le savent très bien. Leur objectif était d’empêcher que la plénière ne se tienne. Ils l’ont tellement compris, qu’après l’audition du rapport, Maître Madické Niang, autorisé par le Président de l’Assemblée nationale comme le prévoit l’article 75 est monté à la tribune pour proposer sa motion préjudicielle. Comme le prévoit le règlement intérieur la parole a été donnée au Président de la commission des lois, au rapporteur de la commission des lois et au Ministre Samba SY représentant du Gouvernement ».

« Après que la motion a été soumise au vote des députés, 26 ont voté pour la motion et 116 ont voté contre. La motion a été régulièrement rejetée en présence du député qui l’a déposé. Le rapport de la commission a été adopté. Vendredi, le Président de l’Assemblée nationale, les deux présidents de groupe Benno et LD et l’actuel président du groupe des non§inscrits à l’occurrence Mamadou Diagne Fada se réuniront dans le bureau du président de l’Assemblée nationale pour l’installation de la commission, de la désignation de son président, de ses deux vices présidents et de son rapporteur.

Enfin la lettre du Procureur de la République adressée au Procureur général près de la cour d’appel pour déclencher la procédure de levée de l’immunité parlementaire du député Khalifa Ababacar Sall a été transmise au Ministre de la Justice le 25 septembre et au Président de l’Assemblée nationale le 28 septembre 2017. Par contre, celle du député Issa Sall a été transmise bien après à savoir le 13 octobre 2017.

L’opposition veut que la majorité les suive dans leur logique alors qu’elle est minoritaire », conclut le communiqué.

Annonces
Annonces

3 commentaires

  • Démon
    06/11/2017 21:22

    coalition de bras cassé qui ne sert à rien , qu’ils aillent se faire foutre.
    Bande de cafard !

  • matayrew
    06/11/2017 22:12

    Mame daffa aigris

  • Moussa Cisse
    06/11/2017 22:38

    Mame dale bakhena si deuk .

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

L'ACTU EN TEMPS RÉEL