Annonces
» » » » » » » » » Si l’Afrique est le continent de demain, elle...

Si l’Afrique est le continent de demain, elle ne le sera pas pour les Africains. Par S Khadim Mbacké

Aussi loin que j’envoie mon imagination, je ne vois aucune lueur dans les ténèbres où mon continent se trouve. Cette opacité pousse des jeunes africains à chercher à rejoindre la lumière qu’ils
aperçoivent en Europe en traversant la jungle libyenne où ils tombent dans le guet apens tendu par des prédateurs humains. Bien que vendus, comme s’ils avaient été de biens matériaux, cela ne leur rend pas esclaves parce qu’ils ont une personnalité juridique ; c’est-à- dire qu’ils sont citoyens de leur pays.

J’écris pour dénoncer cette vulnérabilité à laquelle s’expose l’Africain. Si n’importe quelle personne parmi nous, qui se rend à l’étranger, peut être kidnappée et vendue, alors nous sommes tous en danger. Cette calamité, qui n’arrive qu’aux Africains, montre que la déclaration des droits de l’homme et du citoyen ne s’applique pas comme il le faut sur l’Africain.
À mon sens, le rôle premier d’un Etat, c’est de protéger ses citoyens. Si l’Africain peut être à la merci des autres, comme c’était le cas à l’époque de la traite négrière et de la colonisation, notre
citoyenneté n’a alors pas de sens.

Vu le manque de courage de la part de nos autorités politique, vu l’absence d’une réelle fraternité entre nous, on peut penser que si les autres avaient décidé de nous (re )coloniser ou de nous réduire encore en esclavage, ils auraient pu réussir sans difficulté. En effet, on a l’impression que notre condition dépend d’eux. C’est aux autres de nous considérer comme étant libres
ou esclaves. En revanche c’est à nous, nous seuls, à travers la politique de nos états, d’imposer le respect auquel ils nous ont dû en tant qu’être humain. Winston Churchill disait : « un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre».

Nous devons impérativement garder à l’esprit que par le passé nous faisions l’objet de mépris. Par ailleurs, il est fréquent d’entendre dire : « l’Afrique est le continent de demain», mais le serait-elle pour qui ? La situation actuelle du continent nous fait croire qu’elle ne le sera pas pour les Africains : est- ce que les contrats économiques signés privilégient-ils les intérêts nationaux, est-ce que nous mettons l’accent sur les entreprises nationales, est-ce que nous vendons les matières premières à des prix équitables, est-ce qu’en négociant les accords bilatéraux on met l’accent sur les intérêts nationaux etc.

Si notre continent suscitera des convoitises dans l’avenir, c’est qu’il sera, par ses ressources naturelles, l’endroit où l’Europe, l’Amérique et l’Asie viendront s’approvisionner en matière première, et par sa démographie, le marché où ils vendront leurs produits fabriqués à partir de nos matières premières. Enfin, ce sont les jeunes, dont l’avenir est en jeu, qui doivent prendre leur responsabilité en élisant des patriotes, des intègres etc., car les dirigeants ne sont que ce qu’on les a fait.

S. Khadim Mbacke fils de serigne Abass khalif de Darou Mmouhty.

Ce contenu une Contribution ou un Publireportage:

L’internaute qui apporte une contribution au site senego.com quelle qu’elle soit s’engage à ce que celle-ci ne comporte aucun élément quelconque susceptible de violer le droit des tiers, et de donner lieu à des actions fondées notamment sur le plagiat, la responsabilité civile ou encore les délits prévus par la loi, notamment diffamation, injure, ou non-respect des dispositions d’ordre public telles que provocation aux crimes et délits, et crimes contre l’humanité et provocation à la discrimination, à la haine et à la violence.

Senego.com n'endosse en aucun cas la responsabilité sur les contributions d'utilisateurs ainsi que les opinions, recommandations ou de conseils exprimés au travers de celles-ci. Nous déclinons expressément toute responsabilité concernant l'information et l'utilisation de ces informations, Nous nous réservons le droit de supprimer du contenu d'utilisateur sans information ni formalité préalable, lorsque le caractère manifestement illicite et/ou contraire aux présentes dudit contenu serait porté à la connaissance.

Annonces

8 commentaires

  • Mamadou Diallo
    22 novembre 2017 0 h 19 min

    Franchement waxnga deug

  • le+senegalais
    22 novembre 2017 1 h 06 min

    nous africains devrions saluer votre analyse car c,est tres courageux et coherant de votre part chapeau

  • Dioum
    22 novembre 2017 1 h 30 min

    Analyse pertinente. Au delà de nos états, il ya lieu d’intérroger notre socièté. Aujourd’hui, au sénégal, être en france ou en Italie, confère un statut particulier. Quand les immigrés se permettent de jouer avec des millions devant pauvres , nomal que ces derniers prennent le risque d’y aller afin de pouvoir faire la même chose. Cette problématique est liée à une pression sociale que certains ont.

  • mouhamadou ba
    22 novembre 2017 5 h 07 min

    Ba tout ça chez Sarkozy qui ya tué hadafi tant hadafi il ne t’a pas

  • Abdoulaye+diallo
    22 novembre 2017 5 h 30 min

    Bien dit

  • Stur
    22 novembre 2017 8 h 19 min

    Je ne vois aucune lueur d espoir d ici au moins 100 ans en afrique. Nous avons simplement echoue en tant que continent. Il faut ouvrir Les yeux et le reconnaitre. Les elites africain es n ont pas ete a la hauteur ces 60 dernieres annees. Je vis en Europe depuis 15 ans. Le manque de respect envers l africain n a jamais atteint un Niveau aussi bas. Et C est pire dans tous Les autres continent. L afrique et l africain vivent des Moments sombre et tristes.
    Nous n avons pas eu au Moments opportun la Vision et le Courage pour faire Les reformes mentales necessaires. Au Senegal tout est superficiel. Le petrole risque d etre une malediction et vous allez voire Les Problemes que continent nous apporter ce train a Dakar. Nous ne sommes pas en mesure de gerer un reseau ferroviaire. Nous ne comprenons pas assez ces choses la. Malheureusement nous ne comprenons pas assez Les choses necessaires de la modernite. Chaque jour j ai envie d eclater de rire ou plutot de pleurer

  • Lf
    22 novembre 2017 18 h 41 min

    Peut-être à force de nous casser la gueule, on finira peut-être à comprendre notre place et nos obligation

  • leral
    22 novembre 2017 23 h 53 min

    aucun pays africains ne se développera tout seul.les occidentaux ont 2 principes fondamentales sur les quelles ils ont batis leur puissance
    1- l’union fais la force. ils n’acceptent jamais d’être divise
    2- diviser pour régner. ils ne veulent pas entendre parler des etats unis d’Afrique.
    maintenant nous savons ce que nous avons a faire

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez nos applications mobiles et restez informé ! Téléchargez notre application Android Téléchargez notre application iPhone