Téléchargez l'appli SENEGO
PUBLICITÉ

Sénégal – Khadim Diaw: “Je continue de travailler dur, le moment venu, je serai en équipe nationale”

De son Saint-Louis natal au Horoya Ac de la Guinée en passant par Génération Foot au Sénégal, Khadim Diaw étale toute sa classe et son talent sur le flanc gauche de la défense. Fraîchement vainqueur du championnat de football de la Guinée, il nourrit beaucoup d’espoir quant à son futur. Dans un entretien accordé au site 13football.com, Khadim Diaw évoquait son parcours, ses souvenirs, ses ambitions, l’équipe nationale du Sénégal et bien d’autres aspects à découvrir. 

Vous avez eu un parcours assez riche dès votre jeunesse. Qu’en est-il ?

Tout a démarré à Saint-Louis chez moi dans le club dénommé Fc Horizon 2000 où j’ai évolué dans les catégories benjamin et minime avant de rejoindre Génération Foot. Là-bas, j’ai joué chez les cadets, les juniors et les seniors en y ayant remporté beaucoup de trophées comme les titres de champion de Nationale 2, Nationale 1, ligue 2, ligue 1, Coupe du Sénégal en 2015 et 2018, meilleur joueur Coupe du Sénégal, meilleur latéral gauche en 2019 avant mon départ du club. J’ai eu aussi des sélections en équipe nationale U17, U20, U23 et en équipe nationale locale.

Après votre brillant passage à l’Académie Génération Foot, vous avez aussi connu d’autres expériences ?

Tout à fait, je suis allé au Maroc durant 2 mois. Je devais signer au Wydad Athletic Club mais les négociations n’ont pas abouti et je suis allé en Espagne pour faire des tests à Léganès. Cela ne s’est pas conclu là aussi et du coup je suis retourné à Génération Foot où j’ai disputé les 7 derniers matchs de la saison. De là, je me suis dit qu’il fallait aller tenter une autre aventure et j’ai rejoint le Horoya AC de la Guinée. J’y étais bien accueilli surtout par celui que j’appelle mon oncle, le gardien de but international sénégalais, Khadim Ndiaye. Il m’a facilité mon intégration ici, même si je connaissais beaucoup de joueurs guinéens que j’avais croisés lors des matchs en sélection nationale. Je peux en citer Morlaye Sylla, le gardien de but, Moussa Camara et Daouda Camara aussi. Cette saison, j’ai disputé toutes les rencontres du club en championnat comme en ligue africaine des champions.

Quelle est, selon vous, la différence entre les championnats sénégalais et guinéen ?

Le jeu dans le championnat guinéen est plus technique qu’au Sénégal. Les duels et les défis physiques sont rudes mais je me suis vite adapté avec le temps.

Quel a été votre plus grand axe de progression depuis que vous évoluez au Horoya AC ?

Avec le coach sénégalais Lamine Ndiaye, j’ai beaucoup progressé sur le plan défensif car à la base je suis un ailier transformé en latéral. J’apportais énormément sur le plan offensif, mais pas assez sur le plan défensif. J’ai déjà fait 4 passes décisives.

Avec votre club, les ambitions doivent être sans doute très élevées ?

Le Horoya AC est un grand club qui participe chaque année aux compétitions africaines des clubs. Cette saison on avait l’objectif d’aller en finale de la ligue des champions mais malheureusement on n’y est pas arrivés. Mais le travail continue et on va se battre pour y arriver la prochaine fois.

Quels sont les objectifs de carrière de Khadim ?

C’est encore progresser pour atteindre le plus haut niveau dans le football professionnel et évoluer dans les championnats européens. Je rêve aussi de jouer en équipe nationale A du Sénégal et je suis convaincu que j’y arriverai.

Beaucoup d’observateurs sénégalais estiment que vous avez votre place chez les A, vu votre talent, mais vous n’y êtes toujours pas. Vous auriez même été approché par la Guinée pour jouer avec leur sélection nationale. Qu’en dites-vous ?

Je me concentre sur mon club et je continue de travailler dur. Le moment venu, je serai en équipe nationale du Sénégal inch’Allah.

Durant toute votre carrière, y a-t-il eu un passage ou une anecdote qui vous a marqué ?

Mon passage à l’Académie Génération Foot avec les joueurs comme Ismaela Sarr, Pape Ndiaga Yade, Amadou Dia Ndiaye m’a vraiment marqué. C’était une génération dorée avec des talents purs. On avait à l’époque un très grand coach en la personne d’Olivier Perrin. C’est grâce à lui et à sa volonté de faire jouer les jeunes en priorité que nous avons beaucoup progressé. Avec les joueurs de cette génération, on jouait, rigolait ensemble dans une bonne ambiance qui faisait qu’on n’était jamais dépaysé, malgré l’éloignement avec nos familles.

143 Whatsapp
Annonces
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
ACTUALITÉS RÉCENTES
    0:02 - 29/07/2021

    Padros Mb.: ” Animateur Youtube, Tik Tok wala Instagram mofi am ..Kou takhaw sama kanam damalay…”

    Whatsapp
    23:30 - 28/07/2021

    Prétendue crise à la RTS: Les précisions de B. Ndiaye (Synpics RTS) sur la gestion de Racine Talla

    Whatsapp
    23:14 - 28/07/2021

    J’accuse médecins et politiques – Par Serigne Saliou Gueye

    Whatsapp
    22:56 - 28/07/2021

    Thiaba Thiès sur Lena : “Sama doom la mais, lign ko joué lo bou nékone mann douma…”

    Whatsapp
0
Votre avis comptex
()
x
Whatsapp