Annonces
» » » » » Réponse à Cheikh Yérim Seck : «Quand on vend...

Réponse à Cheikh Yérim Seck : «Quand on vend de la vertu, il faut en avoir un échantillon»

Cheikh Yérim Seck, échantillon, Enseignant, Ousmane SY, réponse, vertu

Monsieur, je n’aurai jamais songé prendre ma plume et rétorquer au brillantissime journaliste Cheikh Yérim Seck tant l’homme fascine et séduit par ses prises de positions tranchées et ses analyses profondes. Bien que je ne partage pas souvent vos schémas de pensée, je reconnais votre hauteur et densité intellectuelles. Rien du bas de ma petitesse d’esprit n’aurait justifié mon propos envers et contre vous si vous ne vous étiez pas pris subjectivement et violemment à une catégorie de travailleurs à laquelle j’appartiens fièrement. Mais lorsque l’opinion oblitère la réalité, éclairer devient un impératif catégorique. Alors le profane que je suis peut s’inviter dans cette tribune offerte pour apporter des éclairages.

«Macky Sall a beaucoup fait pour les enseignants», telle est la quintessence de votre post. Lorsque vous posez le problème ainsi, j’ose croire que vous parlez d’avantages pécuniaires. Promettre 15 000 Fr au mois d’octobre et 10 000 Fr au mois de janvier 2019, c’est cela que vous qualifiez de «beaucoup fait». Donc que direz-vous du Président-Professeur Alpha Condé qui, d’un seul coup, a augmenté 40% les salaires des enseignants guinéens ? Pourtant la loi de finances 2018 ne prévoit pas une telle dépense mais avec son génie, Condé joue sur deux mécanismes pour satisfaire les soldats du savoir guinéens : le premier consiste à réduire les subventions que l’Etat accorde à certains services, notamment le secteur pétrolier. Le second consiste à réduire certaines dépenses de l’Etat.

Les enseignants sénégalais ne se battent pas pour une revalorisation indemnitaire qui ne repose que sur les libéralités du Président. Les enseignants revendiquent une équité indemnitaire reposant sur le critérium de la certification académique. Toute autre solution ne serait que dilatoire et atermoyante.
Je vous signale, monsieur Seck, que cette augmentation n’est que virtuelle parce devant être effective dans 6 et 9 mois. Il n’y a rien de nouveau au soleil des promesses du Président. Avant 2012, la question de l’indemnité de logement figurait dans notre plateforme de doléances. Depuis sept ans, c’est le statu quo parce que les autorités louvoient et procrastinent quand il s’agit de se pencher sur nos revendications pécuniaires. Aujourd’hui, il est clair que les autorités veulent utiliser la proximité de l’élection présidentielle pour ne pas honorer leurs promesses.

Dans votre argumentaire, vous vous êtes limité aux propositions du Président relatives à l’indemnité de logement. Votre champ de critique est trop réducteur pour un journaliste-analyste de votre trempe. Vous avez même franchi le rubicond en traitant les enseignants d’escrocs. C’est l’hôpital qui se moque de la charité. En matière de moralité, vous n’êtes pas la bonne personne qui peut nous servir de leçons. Quand on vend de la vertu, il faut en avoir un échantillon. Notre éducation nous interdit de vous suivre sur cette piste sordide pour distiller des insanités.

Parlant de notre grève qui vous met hors de vos gonds, monsieur, vous faites montre d’une ignorance totale de nos revendications. En effet, le gouvernement sénégalais, lui-même, a reconnu l’inégalité et l’injustice dans le traitement indemnitaire des agents de la fonction publique. Aujourd’hui le gouvernement refuse toute discussion sur les résultats de l’étude effectuée sur le régime indemnitaire. Monsieur le ministre de l’Education nationale avait, à ce propos, proposé un nivellement par le bas ou par le haut. Cependant, il a soutenu que la première option était impossible car elle reviendrait à priver des acquis à des agents. La seconde option était-elle aussi impossible parce que les enseignants sont jugés nombreux. Paie-t-on le travailleur selon le service ou selon le nombre ?

Monsieur Seck, il n’y a pas un seul enseignant sénégalais qui ne souffre des lenteurs administratives mettant en péril sa carrière. Le gouvernement se fonde sur le fallacieux argument du passif hérité de l’ancien régime pour justifier ces lenteurs. Nous n’avançons pas dans notre carrière professionnelle et vous avez le toupet de soutenir péremptoirement que le Président a beaucoup fait pour nous.
Monsieur Seck, aidez-nous à comprendre, vous qui maîtrisez mieux le français que nous, le sens de «légitime, réaliste et réalisable». Voilà des qualificatifs qui avaient validé nos accords de 2014. Nous sommes en 2018 et nous attendons toujours comme Godot l’effectivité de ces accords.

Monsieur Seck, vous n’êtes pas censé ignorer la violence verbale voire physique de nos dirigeants et même de notre peuple à l’endroit des enseignants. N’êtes-vous pas, en tant que citoyen journaliste épris de la liberté d’expression et de manifestation, formalisé de voir que les autorités, face à nos revendications, n’aient comme seule réponse les menaces, les intimidations, la diabolisation, les bombes lacrymogènes et les matraques ? Voulez-vous me dire, en tant que défenseur des libertés publiques constitutionnelles, que vous acquiescez à la sauvage répression à Ziguinchor des enseignants qui n’ont que leur plume et leur cerveau comme bouclier ?

Monsieur Seck, le Président déroule chaque jour au palais le tapis rouge à des lutteurs, des mouvements de soutien politiques, des gladiateurs, des chanteurs, des laudateurs sans cervelle avant de les bombarder de billets de banque dans un pays où l’on prétend qu’il n’y a pas assez de ressources à gaspiller. Je m’abstiendrai de parler de la manne financière dévolue illégalement et mensuellement aux épouses des ambassadeurs ni aux passe-droits indus des membres de certaines institutions budgétivores de la République. Les enseignants ne demandent pas de faveurs catégorielles. Ils exigent simplement que leur soit rendu leur dû qu’ils ne doivent qu’à la sueur de leur front.

Ousmane SY Maître ès-didactiques des langues
Enseignant au lycée de Mboumba

Annonces
Annonces

31 commentaires

  • enseignant
    26 avril 2018 16 h 55 min

    bien dit tous ces conseilleurs qui appellent le chef de l’état à radier les enseignants se retrouveront chez son vainqueur à la présidentielle

  • fall
    26 avril 2018 17 h 06 min

    Excellente réponse. On est fier des enseignants et beaucoup moins des violeurs de gamines

  • citoyen
    26 avril 2018 17 h 29 min

    Excellente réponse Maître!!!
    Le violeur n’a qu’à se taire quand nous évoquons la vertu.

  • ECOLE BI
    26 avril 2018 17 h 33 min

    GRAND MERCI MR SY Vous avez répondu a la place de tous les enseignants. Ce va-nu-pieds doit se taire. Tout enseignant devrait partager sur ses comptes cette réponse cinglante .

  • haby
    26 avril 2018 17 h 34 min

    très fière de vous

  • parolesd’unparent
    26 avril 2018 17 h 56 min

    depuis que l enseignement public a perdu sa vocation la fonction d enseignant n est devenue rien d’autre qu’un gagne pain .vous revendiquez des droits alors que vous ne vous acquittez pas de votre devoir .vous n avez produit que des médiocres dans nos écoles .pauvres de nous parents d’élèves

  • Éducateur
    26 avril 2018 18 h 21 min

    Ah oui bien dit mon cher collègue! Au dernier intervenant je dirai ceci: mettez-nous dans les mêmes conditions que l’enseignant gabonais,Guinéen ou ivoirien vous aurez les meilleurs enseignés.c’est facile de crier sur les enseignants tout en ignorant les conditions dans lesquelles il exerce son métier. Moi l’enseignant je ne mérite pas d’être traite comme mon ancien disciple, le magistrat,le ministre,le médecin,l’avocat…?pourquoi tout ce bruit, pourquoi cette diabolisation…? Et pourtant je n’ai réclamé que mon dû et tout le monde s’acharne sur moi comme ça j’avais commis le pire pêché du siècle. Ou est la justice dans tout cela ?ou veulent-ils que moi qui forme ce qu’il ya de plus important dans une société que je continue de vivre dans la misère?😔😌😒

  • Fatima Mint Malick
    26 avril 2018 19 h 15 min

    Ça fait longtemps, très longtemps que vous autres enseignants auriez dû habituer l’opinion publique à vous défendre à travers des tribunes aussi brillantes, aussi intelligibles que celle dont nous gratifie Monsieur Ousmane SY !!!
    Que cette plaidoirie soit la première d’une série qui reviendra régulièrement défendre votre corporation à qui le monde entier doit énormément !!!
    Défendez-vous !!! Qui mieux que vous-même pour le faire avec l’éloquence et la pondération requise ?
    Battez-vous ! Vous êtes les piliers d’une société instruite, vous méritez amplement d’etre mieux traitée et ce, sans attendre que vous vous mettiez en grève !
    Je vous encourage !

  • Dia Souleymane
    26 avril 2018 23 h 10 min

    Des enseignants qui desertent leurs classent.qui donnent des cours dans le prive et qui se pointent a la fin du mois pour percevoir leur salaire.c’est ca la vertue?

  • Mawdo Grand
    27 avril 2018 0 h 16 min

    Mr Sy merci
    Seulement ce violeur ne mérite d’être en vie c’est ça me blême

  • Niit
    27 avril 2018 0 h 22 min

    S’il s’agit de mener une bataille d’opinion, sachez qu’elle est déjà perdu. Le peuple vous a désavoué.

    Par ailleurs, si vous tenez vraiment à avoir des salaires de la hiérarchie A1, il faut étudier et passer des concours.

  • ALPHA
    27 avril 2018 0 h 50 min

    GNA GNA GNA REKK
    Vous enseignez 18H par semaine et vous voulez nous tympaniser avec vos grèves intempestives. Même avec une « augmentation de 40% », les enseignants de Guinée ne vous également pas en salaire net. L’augmentation de M.CONDE est faite car la situation des enseignants n’avait pas évolué depuis des décennies contrairement au Sénégal où vous avez eu pas mal de revalorisation de salaire avec les différents régimes.
    Une bonne partie des enseignants sont des militants, c’est le nœud du problème.En plus le fichier de la fonction publique DOIT être revenu. Il faut sortir tous ces enseignants qui se sont MIS EN POSITION DE STAGE pour faire du modou-modou en Europe et aux états unis.
    Il faut mettre en place un système de pointage pour vous obliger à venir à l’heure et à travailler. L’état doit aussi interdire aux écoles privées de faire recours aux enseignants déjà en poste dans l’école publique.
    POUR BÉNÉFICIER DES PRIVILÈGES, IL FAUT DÉJÀ FAIRE LE TRAVAIL POUR LEQUEL ON EST RECRUTE

  • Birame Ndoye
    27 avril 2018 6 h 02 min

    MERCI DE LE LUI RAPPELER.
    YERIM SECK CROIT QUE LES SÉNÉGALAIS ONT OUBLIÉ. IL A LA MÉMOIRE COURTE.
    CE VICIEUX QUI SE DIT VERTUEUX , N’EST Q’UN HYPOCRITE. IL SE PERMET DE PASSER POUR UN MERLE BLANC AUX YEUX DES SÉNÉGALAIS.
    MON OEIL!!!.
    LA QUESTION QUE JE ME POSE C’EST POURQUOI ON CONTINUE À L’APPELER CHEIKH ?
    YERIM TOUT COURT SUFFIT À NOMMER CET INDIVIDU AIGRI ET VICELARD ET DÉTENTEUR D’UN CASIER JUDICIAIRE PAS VIERGE.
    MERDE MERDE ET MERDE YERIM.
    FOUS NOUS LA PAIX.
    MÊME SI CERTAINS ONT PARDONNÉ, ILS N’ONT PAS OUBLIÉ.
    TES SORTIES DANS LA PRESSE N’INTÉRESSE QUE TA FAMILLE ET TES PROCHES.
    LA SUPER MAJORITÉ DES SÉNÉGALAIS N’EN A QUE FOUTRE.

  • Kane
    27 avril 2018 6 h 52 min

    Craignez Dieu. Je ne suis pas enseignant mais je pense que dire qu’ils ne viennent pas à l’heure est faux. Dire qu’ils désertent le public pour enseigner dans le privé est faux. Dire qu’ils sont nuls est faux. Les enseignants sont obligés d’être en classe à 8 heures précises contrairement aux bureaucrates qui démarrent à 9h pour la plupart. Pour le privé, ils donnent des cours à leurs heures de permanence pour arrondir les fins de mois et je pense que s’ils étaient bien payés, ils ne l’auraient pas fait car noflaay défa nekh si kouné. Enfin pour le niveau on sait qu’ils en ont un bon pour la plupart contrairement à certains bureaucrates qui sont recrutés politiquement et à qui on donne postes juteux et indemnités faramineuses alors qu’ils n’ont ni le niveau ni l’expérience. Et quoiqu’il dise, les enseignants sont obligés de se documenter en permanence ce qui, finalement fait d’eux des personnes cultivées

  • Ndongoli Yamar Diop
    27 avril 2018 7 h 50 min

    Sans commentaire

  • Stur
    27 avril 2018 8 h 13 min

    Excellent. Mais Seuls 2 pourcent des enseignants son capable d une Telle production intellectuelle. Je vous encourage. Mais c est l ecole qui a besoin d etre Reformee. On enseigne depuis le 19 eme siecle de la meme facon. On ne forme que des idiots. Regardez les etudiants parler

  • Le joker
    27 avril 2018 9 h 37 min

    Tu n’as pas fait une ecole de journalisme mais yerim ne parle pas le francais mieux que toi. Yerim parle bien et ecrit bien mais il est trop pretentieux et cela le dessert. Depuis ses problemes de moeurs il utilise cette prevention et vetted suffisance comme bouclier. C’ est le retour du refoule comme arme alors qu’ il n’en a pas besoin.

  • Fatoumata Diop
    27 avril 2018 9 h 55 min

    Bien répondu Mr sy merci

  • senegal
    27 avril 2018 10 h 57 min

    Trés bien exprimé.

  • vérité absolue
    27 avril 2018 11 h 51 min

    Merci cette belle réponse,Ce monsieur à sa place je ne prendrai plus la parole à la place publique,car il n’a aucune légitimité de donner leçons

  • Mariama sané
    27 avril 2018 12 h 12 min

    Un grand merci M.sy mes respects c’est bien de rappeler cet hypocrite qu’il n’ a pas de morale il doit se taire car le gouvernement qu’il soutient tant a condamné le viole. Donc il n’a qu’a se taire les enseignants n’ont pas besoin de son point de vu mais plus de ce qu’on va réserver aux violeurs comme lui.

  • un aperiste sincere
    27 avril 2018 13 h 04 min

    n’est pas enseignant qui veut!!!!!!!comme ce Monsieur est pertinent ……

  • PEREDIO
    27 avril 2018 14 h 32 min

    Voila ce que le vaillant Peuple Sénégalais attend de ses enseignants qui sont et
    resterons sa fierté. A chaque attaque des chiens et autres maîtres-chanteurs du régime,répondez avec autan d’objectivité. Merci Monsieur l’Enseignant.

  • CITOYEN
    27 avril 2018 15 h 10 min

    Le Prochain Président devrait nommer Mr SY comme Ministre de l’Education ou de l’Enseignement car gueudje na deug toubab you nekhé ni et vraiment YERIM nous pompe l’air.

    BRAVO SY SAWANDE

  • Elhadj ly
    27 avril 2018 15 h 18 min

    Merci un simple citoyen l essentiel je vous encourage mais ce menteurnaliste de yerim Seck ne mérite même pas d ecoute et d autant plus de réponse .Nous sommes tous vos produits

  • Mr Seck
    27 avril 2018 15 h 39 min

    Mr Seck,nous ne confondons pas faire le cours et faire la cour à une mineure

  • Edouard Tomy
    27 avril 2018 15 h 40 min

    Merci M. Sy. Magnifique réponse. Cet idiot ne reparlera plus de ce qu’il ne maîtrise.

  • COOL
    27 avril 2018 16 h 22 min

    On parle de débat d’idées et pas d’un procès de la personne de yerim seck. Il a avis a émettre comme tout bon citoyen. Alors défendez le votre en le basant sur des arguments. Il peut avoir commis un délit mais cela n’entame en rien ses connaissances.
    Votre lutte si on peut l’appeler comme sa est légitime c’est vrai mais je pense que quand même vous oubliez que la certification académique comme vous le dites si fièrement n’Est pas synonyme d’équité en matière de valorisation salariale. Ramenez la question en terme de responsabilité. Vous ne pouvez pas sur le simple fait d’être titulaire d’un BAC+4 avoir le même traitement salariale qu’un magistrat autrement ce serait de la malhonnêteté intellectuelle pure et simple. En plus ce dernier a brillamment réussi a un concours et n’a pas été recruté sur titre comme la plupart de vos collègues. Et surtout arrêtez de pensez que vous êtes les seuls patriotes de ce pays. Le résultat du travail que vous abattez est visible: faible taux de réussite des élèves et surtout baisse dramatique du niveau des potaches. La faute a qui. L’état non désolé mais plutôt a des gens qui ont juste été parachuter dans une corporation dont ils ne maîtrisent ni les tenants et les aboutissants. Vous êtes la par défaut mes chers et reconnaissez le et vous ne savez pas ce que c’est avoir la vocation d’un metier. Ce que vous faites n’est que pure abomination.

  • Konko
    27 avril 2018 17 h 00 min

    Merci mon ami mais tu passe a cote du sujet on est pas entrain de fairer league proces de cet energumene ,mais juste lui rappeler que si on etais en Arabia saudite,on dirais siguilene ko dingale.

  • Joubert
    27 avril 2018 17 h 04 min

    On did in ex president,une ex femme.un ex detenu…

  • Jouber
    27 avril 2018 17 h 07 min

    Un ex president.une ex femme,un ex Detenu…

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez nos applications mobiles et restez informé ! Téléchargez notre application Android Téléchargez notre application iPhone