BRVM-10 160,06 -0,76 BRVM-C 169,69 -0,32 Dernière mise à jour : Vendredi, 14 décembre, 2018 - 22:45

BOA SN

5,88

SONATEL

-0,26

TOTAL SN

0,00
PROGRAMMES TV
L'horoscope du jour Horoscope du jour En ce moment à Dakar 21° clear-night
Annonces

Présidentielle 2019: Abdou Wahab Ben Geloune, décline ses ambitions pour le Sénégal

abdou wahab ben genloune, Présidentielle 2019
Présidentielle 2019: Abdou Wahab Ben Geloune, décline ses ambitions pour le Sénégal

Il fait partie des plus jeunes candidats à la présidence de la République. Il s’appelle Abdou Wahab Ben Geloune. Il se veut celui de « l’espoir » et du « rassemblement », au moment où le Sénégal aborde un tournant décisif dans sa marche en tant que Nation. Senego s’est intéressé au jeune candidat à la candidature, M. Bengenloune qui s’est livré à cœur joie.

Le 24 février prochain, les électeurs désigneront celui qui devra présider à leurs destinées au cours des cinq prochaines années. Avec ses 16 millions d’habitants en 2019, 50% de taux d’analphabétisme et 47% de jeunes non scolarisés, ce pays de paix d’ouverture et de tolérance devra faire face à des défis de nouveau type, centrés autour de la prise en charge de la Jeunesse qui représente l’écrasante majorité de nos concitoyens, mais n’a pas, selon notre interlocuteur, « la place qu’elle mérite dans la conception des politiques publiques et dans les différentes sphères institutionnelles« .

40 ans, c’est l’âge de la maturité ; c’est aussi celui de la conscience que l’avenir des possibles est à construire, pour peu que l’ambition au mieux-être soit portée par une bonne compréhension des enjeux de l’heure, une détermination sans faille et une générosité dans l’effort pour sortir notre pays de la situation dans laquelle il se trouve. Abdou Wahab Ben Geloune a décidé de proposer sa personne pour assumer les « lourdes et exaltantes fonctions de chef de l’Etat« . Loin des coteries politiciennes qui ont toujours pris le dessus sur les idées lors de nos grandes joutes électorales, le chef d’entreprise Abdou Wahab Ben Geloune entend « ramener les Sénégalais autour de l’essentiel lors de la campagne électorale« .

Sa politique est axé sur six (6) points majeurs.  » Dans un pays où la mal-gouvernance a été érigée en modèle des décennies durant, engageant la responsabilité des femmes et des hommes qui ont été aux affaires sans résultats probants à même de nous convaincre qu’il y a encore intérêt à croire en notre Sénégal, la fracture est grande entre les élites et les populations « , remarque Abdou Wahab Ben Geloune qui se présente comme un exemple achevé d’une success-story africaine.

Il rappelle à dessein que «  le bon fonctionnement d’une république démocratique passe par l’existence d’un lien de confiance entre les citoyens et ceux qui gouvernent « . C’est ce lien, « ce contrat de confiance gage des convergences fondatrices de progrès« , qu’il entend « restaurer » en s’appuyant sur toutes les forces vives de la Nation. Au cours des prochains jours, sa parole portera essentiellement sur cette exigence de rassemblement de tous les hommes et femmes de conviction autour de six fondamentaux tels que la Solidarité et la Collégialité, la Concertation et la transparence; l’impartialité; la disponibilité; l’intégrité; l’exemplarité.

Sa trajectoire personnelle est, selon notre interlocuteur, « une leçon de vie ; un pari sur l’optimisme« . Jeune Sénégalais à qui son pays a « tout donné », ce qu’il entend lui rendre, Abdou Wahab Ben Geloune a la fibre sénégalaise chevillé au corps.

Né en 1977 à Dakar, d’un père musicien, spécialiste des techniques agricoles et d’une mère enseignante en charge des enfants vivant avec un handicap, il a très tôt voyagé et découvert de nouveaux horizons, élargissant sa vision du monde et des hommes. Mais c’est dans le cocon familial qu’il grandit, aux côtés de sa grand-mère et de sa tante, « des femmes d’exception », dit d’elle le candidat à la magistrature suprême ; ces femmes dont l’ « exemplarité » justifie aujourd’hui, dans une large mesure son engagement politique.

« Elles ont été, pour moi, le reflet vivant de la condition inadmissible des femmes dans notre pays qui n’est qu’un des symptômes des multiples défaillances de notre système étatique », glisse l’homme d’affaires, icône du patronat et du monde sportif en Guinée, son deuxième pays, là où son talent d’entrepreneur avisé et de gestionnaire rigoureux s’est révélé. Une fois président de la République, il promet d’instaurer, dans un futur relativement proche, un respect souverain des droits et des libertés de toutes ses concitoyennes et de tous ses concitoyens. Humaniser le niveau de vie des populations, lutter contre la pauvreté et porter des choix politiques forts en faveur des couches les plus défavorisées seront ses priorités.

Son parcours n’est pas celui d’un carriériste, de  » solides références académiques et universitaires  » (Sciences de Gestion – Université Dakar-Bourguiba) lui ont permis de se frotter très tôt au monde de l’entreprise, premier vecteur de croissance et acteur décisif pour l’emploi des jeunes.

UN SELF-MADE MAN

 » Homme de terrain « , il privilégie, en toutes circonstances, « les actions concrètes qui nous font avancer, plutôt que les longs débats, pour la plupart stériles ». L’enfant de la Corniche à Saint-Louis, féru de Navétanes, aux basques d’un père dirigeant de l’ASC du quartier, va se frotter à l’instar de dizaines de milliers de ses jeunes compatriotes à la dure réalité du marché de l’emploi. Enfant de la génération des années d’ajustement structurel, de l’année blanche, de la radiation des policiers, du double flux, de la dévaluation, avec un Etat se désengageant des services sociaux de base sous la pression du Fmi et de la Banque mondiale, il vit la dure réalité sociale et économique d’un pays a tôt fait de freiner l’ardeur de jeunes entrepreneurs.

Et comme tous ces dizaines de milliers de jeunes, il vivra l’angoisse des lendemains incertains, le désir refusé de se réaliser, les embûches, sauf que lui a compris que rien ne lui sera offert sur un plateau. Il va trimer. Il avoue : « mes débuts dans le monde du travail ont été difficiles. Successivement vendeur, taximan et chômeur, j’ai connu, comme la plupart d’entre vous, la faim, la pauvreté et, maintes fois, la détresse ».

Lors de ce parcours escarpé et ces périodes difficiles, Abdou Wahab Ben Geloune n’a jamais abandonné sa passion pour les nouvelles technologies, les statistiques et l’économie. « Ne jamais abandonner ses rêves », répète-t-il. Il démarre sa carrière professionnelle comme Business Analyst. Dix ans plus tard, il est devenu un prospère homme d’affaires, président du Groupe WEEGO spécialisé dans la téléphonie mobile en Afrique de l’Ouest et Administrateur de Canal+ en Guinée. Il est également le président du Fc Soumba, club de l’élite guinéenne, actuellement coachée par Moustapha Seck après une expérience avec l’ancien sélectionneur des « Lions », Amara Traoré.

« Au final comme toujours quand on est ambitieux, on y arrive toujours. Je pars du principe qu’il faut toujours mettre la barre au-dessus de ses limites théoriques et essayer de la franchir ; quand on n’y arrive pas c’est souvent la technique qui n’est pas la bonne ou qu’on a omis de prendre en compte un facteur déterminant », insiste-t-il. Du Fouta au Fouladou, du Cap-Vert à la Falémé, de la Casamance au Boundou en passant par le Sine-Saloum, de la Petite-Côte à la Basse Casamance, partout, il entend porter un  » discours novateur  » à l’endroit des populations.

Il tient à souligner ses convictions panafricanistes et n’en prend pour preuve que le fait que ce soit la Guinée qui lui a offert l’opportunité de se réaliser au plan professionnel.  » Voici un grand pays d’Afrique, les gens y sont très accueillants. Je ne me suis jamais senti étranger dans ce pays « , laisse-t-il entendre.

A l’heure de présenter sa candidature après l’observation de toutes les modalités requises, Abdou Wahab Ben Geloune donne rendez-vous à ses compatriotes d’ici et de la Diaspora. Plus que jamais, il entend  » prouver que l’heure a sonné de prendre date avec l’Histoire « .

Annonces
Annonces

8 commentaires

  1. SOW dit :

    Un homme avec des valeurs et une équipe compétente autour.
    Ensemble la jeunesse changera le pays.
    Vive le Président WAHAB

  2. Jamboonj dit :

    Un entrepreneur éprouvé à la tète d’un pays comme le Sénégal, un jeune ayant finit de démontrer sa determination face aux multiples vicissitudes des affaires au niveau international, un entrepreneur entouré d’entrepreneurs et experts compétents… une équipe forte de son obsession d’améliorer radicalement le devenir de la jeunesse sénégalais… mettra le Senegal Fatalement sur les rampes d’un développement concrete et vécu!
    La gestion du temps et du résultats seront les maitres mots. Finis les discours et le verbiage. Le temps et à l’action!

  3. ndongoa dit :

    Mashallah Macky rek les jaloux vont maigrir

    1. Ibou dit :

      On cherche à résoudre le problème du Sénégal on fait pas de la politique , c’est pas une histoire de jalousie, ici c’est le fait de trouver une solution pour l’expension du Sénégal qui prévaut

  4. ndongoa dit :

    Mashallah Macky rek les jaloux vont maigrir inshallah

    1. Aliou Diallo dit :

      Avec Abdou wahab bengeloune président du Sénégal c’est toute l’Afrique qui gagne surtout le Sénégal donc ouvrons nos yeux et soutenons le jeune candidat qui va défendre l’intérêt du Sénégal et toute l’Afrique .Je jure si vous accordez la chance à Abdou wahab bengeloune

  5. Ibou dit :

    Mental de fer et détermination , à nous les jeunes de changer le visage de notre Nation naviger dans d’autres horizons pour le progrès et la gloire du Sénégal , on a point besoin des politiciens ce qu’il nous faut ceux sont des hommes d’affaire qui ont le sens du MANAGEMENT dans le sang pour changer la donne . Premières missions c’est la création d’emplois pour tous et ça passe forcément par le billet des hommes qui savent créer de l’emplois. travailler c’est gagner sa vie avec dignité en suite c’est la tranquillité et l’ouverture de l’esprit ce qui engendre forcément l’expention . Tout cela regroupé sur notre jeunesse super dynamique, et tout le problème du Sénégal serait un lointain souvenir …. il ya pas de secret “force et determination” c’est Possible .
    Force à toi ABDOU WAHAB

  6. Monlaye dit :

    Avec toutes les ressources dont dispose le Sénégal il n’y a aucune raison qui justifie que les ruraux vivent encore dans la précarité. Que des femmes, des hommes, des enfants meurent par manque de moyens de s’offrir des soins médicaux de qualité. Y’en a qui trouvent le moyen de nous dire « Macky rek les jaloux vont maigrir ». Vivement que le sénégalais prennent conscience de l’urgence dans laquelle nous nous trouvons. Un Sénégal meilleur est possible. Une différente manière de faire existe. Elle est incarnée par Wahab en personne et nous jeunes sénégalais avons bien plus qu’une partition à jouer dans cette marche vers un Sénégal nouveau.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *