PUBLICITÉ

Niayes : Des acteurs s’érigent en bouclier contre le bradage des terres

Plusieurs hectares ont été attribués à des compagnies minières. Ce qui intrigue les maraîchers, des membres de la société civile et conseiller municipaux. Ils dénoncent un crime écologique qui peut mener à la disparition du maraîchage à la zone des Niayes.

Le fait hante le sommeil des agriculteurs de la zone des Niayes. Les acteurs au développement, maraîchers et les élus locaux se sont rencontrés à Darou Khoudoss, dans le département de Tivaoune pour se pencher sur la situation. « La superficie totale occupée avoisine un peu les  431.000 hectares. Effectivement, toute cette bande, même des villages qui se trouvent dans cette zone sont dans des concessions minières ; aussi bien producteurs agricoles que habitants. Et c’est gens-là peuvent se retrouver dans la rue parce qu’effectivement, la compagnie a besoin ces terres », a déclaré sur Rfm Oumar Ciss, membre de Gradec, centre de recherche.

Proposition de solution                      

Ces producteurs maraichers s’érigent en bouclier pour leur faire face. Mais au-delà, ils proposent à ces sociétés minières de donner aux paysans les terres déjà exploitées. « Les entreprises qui sont-là doivent donner aux agriculteurs la possibilité de pouvoir reprendre les terres à exploiter », a expliqué Ndiaga Ndiaye, jeune agriculteur.

Ecosystème

Avec l’implantation des usines, l’écosystème est menacé. « Aucune de ces communes, que ce soit Mehouwane ou Taiba Ndiaye, Mboro, ne peuvent dire qu’elles ont bénéficié d’une manière ou d’une autre de retombées qui viennent de la présence des sociétés minières. Il n’y a pas de retombées », a détaillé Omar Basse, président de l’Association pour la promotion des produits agricoles du Sénégal.

Bradage Zonez;Niayes
Annonces

Publier un commentaire