L’interdiction de sortie du territoire de Samuel Sarr, Me Madické Niang et Me Ousmane Ngom levée

L’interdiction de sortie du territoire de Samuel Sarr, Me Madické Niang et Me Ousmane Ngom levée

Libération est en mesure de révéler que les interdictions de sortie du territoire visant Samuel Sarr, Me Madické Niang et Ousmane Ngom ont été définitivement levées. Notification officielle en a été faite aux autorités policières de l’aéroport Léopold Sédar Senghor qui ont de suite mis une croix sur les trois «oppositions»

Le journal révélait hier que Me Ousmane Ngom, qui était interdit de sortie du territoire dans le cadre des enquêtes de patrimoine avait voyagé avec le Président Macky Sall qui se rendait à l’investiture de Alpha Condé, son homologue guinéen. En fait, l’ancien ministre de l’Intérieur est désormais libre de voyager. Selon des sources autorisées «l’opposition» faite par la Division des investigations criminelles (Dic) a été purement et simplement levée. Ousmane N’gom est donc désormais libre de voyager, avec ou sans autorisation.

Et il n’est pas le seul. Les mêmes sources renseignent que l’interdiction de sortie qui visait Samuel Sarr, depuis le début de la traque des biens présumés mal acquis, a été levée. Il faut dire que pour l’ancien ministre de l’Energie, cette décision vient à son heure.

Depuis trois ans, Samuel Sarr qui travaille beaucoup à l’international ne pouvait plus voyager malgré ses multiples demandes d’autorisation de sortie. Il peut maintenant quitter le Sénégal quand il le désire. Libération a aussi appris que l’interdiction de sortie visant l’ancien ministre des Affaires étrangères, Me Madické Niang, a été levée.
Et définitivement comme c’est le cas pour Ousmane N’gom et Samuel Sarr. Jusque-là, Me Madické Niang ou Ousmane N’gom pouvaient quitter Dakar après autorisation provisoire du parquet spécial.

Il reste maintenant à comprendre qu’est-ce qui est à l’origine de ces trois mesures qui interviennent pendant qu’on semble se tourner les pouces au niveau de la Commission d’instruction de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Ci-Crei) où les dossiers visant Aïda N’diongue et Abdoulaye Baldé sont pendant depuis des mois.

4 COMMENTAIRES
  • GM
  • Mbaye

    Niaque diome rek defini rewmi yà ko mome kou melni mr ngoma niaque diome fou toye ga deme bane Senegal lanou nek waye yalla migui djiss lépe Di doundou tie Niakou seneg depuis des décennies hana nie yakarounou dinanou mousse deh legui lere n'a sénégalais yepe ni crei pour karim rek la wone te lolou toubab bou bone bi di bolore môme rek motah niou teudie karime yague nako wah niko après ton père niou régler soünou compte tj toubab yi nio nouy dicter sene loi diaroul wone niouy dieul indépendance waye lolou lépe dina dieh in cha allah karime dina moussee guene fofou te dina nek président Senegal in cha allah

  • Morlam

    Qui etait Ministre de l'Energie ? qui etait Directeur de la SENELEC ? hé les cadres de la SENELEC réagissez

  • brahimatt

    Vremen ses di nimportquoi mes un jour viendra

Publiez un commentaire