Libération provisoire pour le directeur du quotidien nigérien « L’Enquêteur »

Libération provisoire pour le directeur du quotidien nigérien « L’Enquêteur »

La justice nigérienne a accordé la liberté provisoire à Idrissa Soumana Maiga, le directeur du quotidien « L’Enquêteur », emprisonné depuis fin avril pour « atteinte à la défense nationale ».

Harouna Mamoudou, un rédacteur du journal, a précisé que M. Maiga a été libéré mardi après-midi et se repose chez lui. Cette libération provisoire intervient après deux mois et deux semaines de détention.

Idrissa Soumana Maiga avait été interpellé par la police le 25 avril et placé sous mandat de dépôt quatre jours plus tard à la prison de Niamey par un juge d’instruction pour « atteinte à la défense nationale », selon son avocat Kafougou Ousmane Ben.

Selon Me Ousmane Ben, l’inculpation de son client est liée à un article paru le 25 avril dans « L’Enquêteur » intitulé « Installation présumée d’équipements d’écoute par des agents russes sur les bâtiments officiels » et questionnant le but de cette surveillance.

Le Cadre d’actions des professionnels de médias (CAPM), un regroupement de journalistes locaux, avait dénoncé cette arrestation et exigé sa libération, soulignant les enjeux de liberté de la presse dans le pays.

Le Niger a perdu deux places en un an dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF), passant de la 59ème à la 61ème position en 2023. En juin, une loi de 2019 réprimant la diffusion numérique de « données de nature à troubler l’ordre public » a été durcie, introduisant de possibles peines de prison pour les contrevenants.

Le Niger, comme ses voisins le Burkina Faso et le Mali, est confronté à la violence de groupes jihadistes depuis plusieurs années. Ces pays, gouvernés par des militaires, ont formé une confédération pour faire face aux défis sécuritaires communs.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire