Le commissaire au pèlerinage hué et injurié, échappe au lynchage des pèlerins en colère laissés à la Mecque

Le commissaire général au Pèlerinage, Amadou Tidiane Dia, a passé un très sale quart d’heure entre les mains des pèlerins sénégalais laissés en rade dans l’hôtel « Johra Mouassar » sis à la Mecque. Venu sur les lieux, le samedi, pour livrer un message de soutien et de réconfort du Président Macky Sall, le commissaire a été hué, injurié et malmené par des Oudjadjs (pèlerins) en colère. Il a même allait être lynché par des barbus frustrés s’il n’avait pas été exfiltré à toute vitesse.

Samedi, à l’heure de la prière de « Timis » (20h à la Mecque et 17h à Dakar), le commissaire Dia a débarqué en 4×4 Hummer dans le complexe hôtelier pour parler aux Oudjadjs. Dans les couloirs comme dans les chambres, rapportent des pèlerins joints par Le Témoin, la nouvelle s’est vite répandue jusqu’à faire du hall de l’hôtel un point de convergence de tous les pèlerins dégoûtés et déprimés par la rigueur de ce séjour prolongé dans la ville sainte.

En prenant la parole, le commissaire a dit être venu au nom du chef de l’Etat pour apporter un message de soutien et de réconfort à ces Sénégalais bloqués dans l’hôtel depuis une semaine à cause des retards notés sur les vols retours. « Le Président Macky Sall partage vos souffrances et vos patiences ! Et d’ici à mercredi prochain, inch’Allah, tous les pèlerins seront convoyés sur Dakar », a-t-il déclaré devant une foule en colère. « D’ailleurs, le Président Macky Sall a déjà payé l’hôtel pour les jours supplémentaires. Mieux, il m’a demandé d’octroyer à chaque pèlerin une petite enveloppe pour « sen sabou ak sen mbourou » (pour servir à l’achat du savon et de pain) », a-t-il ajouté, histoire de réconforter les oudjadjs qui ne cessaient de le huer copieusement.

Soudain, une vieille maman, en transes, a laissé exploser son courroux: « Nous ne voulons pas de ton argent ! Nous voulons renter à Dakar… Parce que vous ne subissez pas notre galère du fait que vous logez avec des membres de votre famille dans des suites… », a crié la dame qui peinait à contenir sa colère. Bien qu’interrompu momentanément par ces mots, le commissaire Dia tenait à continuer son discours malgré une foule qui avait subitement grossi. « Ecoutez ! Je tiens à déplorer le fait que certains d’entre vous appellent à Dakar et dans les radios pour parler d’une situation de famine gravissime… », a déploré le commissaire au pèlerinage. Cette déclaration jugée provocatrice a suffi pour faire monter la tension et mettre les pèlerins dans tous leurs états ; particulièrement certains vieillards qui voulaient chacun prendre la parole pour lui apporter la réplique. « Tu es qui ? C’est la première fois qu’on te voit ici… Moi, j’ai servi avec loyauté et honneur mon pays pour avoir été ancien directeur de cabinet d’un ministre d’Etat… Toi, tu n’es rien… tu as lamentablement échoué! », a lancé quelqu’un a l’endroit du Commissaire.

C’est dans cette atmosphère de confusion et de violence indescriptible que Amadou Tidiane Dia a été exfiltré vers la sortie de l’hôtel. Pire, racontent les témoins, il a été poursuivi et pourchassé par la foule déchaînée parmi laquelle certains ont même tenté de l’agresser physiquement. A preuve, il n’a pas pu distribuer les enveloppes financières qu’il avait apportées et qui ont été rejetées par les oudjadjs.

Dépassé par les événements, le gouverneur de l’hôtel aurait aussitôt appelé la police saoudienne à la rescousse. « En allant à la Kaaba, nous avons vu des policiers patrouiller aux alentours de l’hôtel », ont témoigné les interlocuteurs du journal en Arabie Saoudite.

1 COMMENTAIRE
  • mbay

    waroon ngéén koo noqq rék

Publiez un commentaire