GAZ et Pétrole : L’État du Sénégal dévoile les projets et comment il compte dépenser les recettes de 2025 à 2027

GAZ et Pétrole : L’État du Sénégal dévoile les projets et comment il compte dépenser les recettes de 2025 à 2027

Le Document de Programmation Budgétaire et Économique Pluriannuelle (DPBEP) 2025-2027 offre une vue détaillée de l’évolution économique, des perspectives financières et des orientations budgétaires du Sénégal pour la période 2025-2027. Publié en juin 2024, ce document, auquel Senego a eu accès, présente, par le biais de Cheikh Diba, ministre des Finances et du Budget, une analyse approfondie des perspectives économiques et des politiques budgétaires du pays. Parmi les secteurs clés de développement, l’exploitation du pétrole et du gaz occupe une place prépondérante.

Le Sénégal entre dans une nouvelle ère avec le début de l’exploitation de ses ressources pétrolières et gazières. Le DPBEP 2025-2027 met en lumière les impacts économiques et budgétaires de cette exploitation, ainsi que les mesures prises pour maximiser les bénéfices pour le pays.

Cadre Juridique et Institutionnel

La loi n°2022-19 du 19 avril 2022 établit le cadre juridique de la gestion des recettes issues de l’exploitation des hydrocarbures. Elle définit la répartition de ces recettes entre le budget général (maximum 90%), le fonds intergénérationnel (minimum 10%) et le fonds de stabilisation. Le Comité d’Orientation Stratégique du Pétrole et du Gaz (COS-PETROGAZ) conseille le Président sur les décisions liées à la politique pétrolière. PETROSEN, la société nationale pétrolière, a été restructurée pour mieux gérer l’ensemble de la chaîne de valeur du pétrole et du gaz.

Projets Majeurs

Le DPBEP 2025-2027 met en avant trois projets majeurs dans le secteur des hydrocarbures au Sénégal :

  1. Projet Grand Tortue Ahmeyim (GTA) : Il s’agit d’un projet gazier transfrontalier développé conjointement avec la Mauritanie. En avril 2024, le projet était achevé à 92 % et la production a débuté au quatrième trimestre 2024. Les premières ventes commerciales de gaz naturel liquéfié (GNL) et de gaz domestique sont prévues pour le premier trimestre 2025. La participation de PETROSEN, la société pétrolière nationale sénégalaise, au financement du projet est d’environ 10 % du coût total.
  2. Projet Sangomar (Pétrole) : Ce projet pétrolier a démarré sa production le 11 juin 2024, marquant une étape importante pour le Sénégal. La première cargaison commerciale de pétrole brut était prévue pour début juillet 2024. Le projet comprend une unité flottante de production, de stockage et de déchargement (FPSO) reliée à une infrastructure sous-marine. PETROSEN contribue à hauteur d’environ 756 millions de dollars au financement du projet, dont une partie est financée par un prêt de Woodside.
  3. Projet Yakaar-Teranga (Gaz naturel) : Après des désaccords entre les partenaires initiaux, le projet est désormais mené par Kosmos Energy et PETROSEN. La décision finale d’investissement est prévue pour le premier trimestre 2025, avec une production de gaz domestique estimée entre 150 et 250 millions de pieds cubes standard par jour (MMSCfd). Le gaz sera utilisé pour la production d’électricité et la consommation industrielle, notamment pour l’usine d’urée développée par PETROSEN Trading & Services.

Retombées Budgétaires

Les retombées budgétaires de l’exploitation des hydrocarbures au Sénégal sont détaillées dans le DPBEP 2025-2027 :

  • Sources de revenus : Les recettes proviendront principalement de trois sources :
    • La part de l’État dans le partage de la production après déduction des coûts pétroliers.
    • Les impôts et taxes prévus dans les contrats et accords.
    • Les dividendes versés à l’État par PETROSEN.
  • Montant des recettes : Les projections tablent sur un montant global de 576,3 milliards FCFA sur la période 2025-2027, réparti comme suit :
    • 2025 : 127,7 milliards FCFA
    • 2026 : 205,4 milliards FCFA
    • 2027 : 243,2 milliards FCFA
  • Affectation des recettes : Conformément à la loi, ces recettes seront principalement allouées à :
    • Dépenses d’investissement prioritaires : Identifiées dans le Programme d’Investissements Publics (PIP) et relevant de secteurs clés comme la santé, l’éducation, l’eau et l’assainissement.
    • Dépenses courantes à caractère social : À l’exclusion des dépenses de salaires et traitements.
  • Gouvernance : Un cadre juridique et institutionnel est en place pour assurer une gestion transparente et efficace de ces recettes. Des administrations fiscales et pétrolières renforcées sont chargées de contrôler et de sécuriser la fiscalité pétrolière et gazière.
  • Transparence : Le Sénégal adhère à l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) et publie tous ses contrats pétroliers.

Destination des recettes issues de l’exploitation des hydrocarbures au Sénégal.

Conformément à l’article 14 de la loi n° 2022-19 du 19 avril 2022, les recettes issues de l’exploitation des hydrocarbures au Sénégal seront principalement destinées à financer :

  • Dépenses d’investissement prioritaires : Ces dépenses seront inscrites dans le Programme d’Investissements Publics (PIP) et se concentreront sur des secteurs clés pour le développement du pays, tels que :
    • La santé : Amélioration des infrastructures hospitalières, équipements médicaux, etc.
    • L’éducation : Construction et rénovation d’écoles, formation des enseignants, etc.
    • L’eau et l’assainissement : Accès à l’eau potable, systèmes d’assainissement, etc.
  • Dépenses courantes à caractère social : Ces dépenses visent à améliorer directement les conditions de vie de la population et peuvent inclure :
    • Les subventions aux produits de première nécessité
    • Les programmes de protection sociale
    • Les aides aux populations vulnérables

Il est important de noter que les dépenses liées aux salaires et traitements des fonctionnaires ne seront pas couvertes par ces recettes.

21 COMMENTAIRES
  • BOBODIOUF

    Tout ça c’est très bien et il ne jamais oublié que c’est Macky Sall qui a tout verrouiller, aucun abus ne sera permis. C’est lui qui a tout cuisiné et c’est le nouveau régime qui va manger le bon plat. Nous leur souhaitons bonne chance à eux à tous les Sénégalais. Apprenez à reconnaître les mérites des autres même si vous ne l’aimez pas. Bravo au Président Macky SALL !!!

    • zero

      15 000 milliards emprunté par Macky c’est environ 10 ans de recettes du pétrole jetées par la fenêtre : 1 TER, Un Stade, et le reste partagé avec ses acolytes…. Et un peu aussi pour Rothchild qui l’a accompagné de même que le Togo, la cote d’ivoire et quel autre pays ?

      QU’estc e que nous a apporté la vente du zircon ? les redevance pour l’exploitation de l’or, du manganèse … depuis que ces ressources la sont exploitées …

      Crimes économiques,

      • Un Citoyen

        Macky kham na loutakh mou dawe ce chien de merde domoukharame bou oubi sarap ndeyame. Ca fend de le savoir loin du Senegal alors que il doit etre arreter et juger pour haute trahison, tortures, at assassinats.

        • moussa Komè

          Va te faire foutre, vous n’êtes pas reconnaissant ce que macky à fait pour le senegal personne la fait pour le moment

        • Abdourahmane Ndiay

          Merci pour les 12 ans de pouvoir mais il est contraint de céder la place à un coussin
          Soyons sérieux

        • Abdourahmane Ndiay

          Deweneti good luck year

      • moussa Komè

        Tu es nul Comme tes pattes, tu raisonnes très mal

      • Jean

        Nullard… avec docte tu débites des conneries. Beaucoup de choses se mélangent dans ton  » cerveau »

    • papis

      Macky il a sauvé ce pays et on le saura dans quelques années

    • Cherii

      Le. Régime actuel nous a fait croire. Que le Sénégal avait négocié que 10%. Alors que c’est argi faut. Beaucoup d’entre d’ entre eux n’y connaissent rien avant être au pouvoir. L entreprises sénégalaise petrosen détient 10% l’État entre 35% et 40% . Le reste est pour les sénégalais multinationales. Le Sénégal peut aller jusqu’à 65% au fuir mesure

  • BOBODIOUF

    Tout ça c’est très bien et il ne faut jamais oublier que c’est Macky Sall qui a tout verrouiller, aucun abus ne sera permis. C’est lui qui a tout cuisiné et c’est le nouveau régime qui va manger le bon plat. Nous leur souhaitons bonne chance à eux à tous les Sénégalais. Apprenez à reconnaître les mérites des autres même si vous ne l’aimez pas. Bravo au Président Macky SALL !!!

  • Sema

    N’importe quoi en 3 ans niouciye ame même pas 600,milyard, vraiment Macky sall mo bonne il a Dilapidé et volé nos ressources avec sa clan, il doit être rapatrier et juger ce bandit

  • Xatabe

    …alhamdoulilahi qu’il ne soit plus là pour « déverrouiller » le système a d’autres fins….

  • Babel

    Bobodiouf si Macky avait laissé toutes ces structures qu’il a créées jouer pleinement leurs rôles ,on en serait pas là aujourd’hui .

  • Babs

    Les pastefiens sont devenus des comediens des malades mentaux ils doivent remercier le president Macky sall,ces connards pastefiens.

    • Sylla

      Va te regarder dans le miroir après tu sauras comment reconnaître un fou

  • Diallo

    Merci beaucoup. C est riche en données. Pour l’emploi, dans les investissements, on pourrait ajouter celles du désenclavement entre régions( ports, aéroports, routes, ponts, etc.)

    • diouf

      DIALLO il parait de que les guinéens font aujourd’hui 30% de la population sénégalaise .IL faut que l’etat prenne ses responsabilités faces a ces poules pondeuses qui vont bientot depasser les senegalais .LES guineens ne dorment pas la nuit .TOUTES les minutes un guinéen est né au senegal

  • ass

    des miettes !

  • Aboubekrine

    Que les prévisions soient conformes aux réel et qu’en cas de gaps, que des réajustements intelligents soient menés.
    Mes recommandations :
    – Que toutes les parties prenantes aux cycles d’exploitation et d’investissement soient averties de leurs responsabilités dans la mise en œuvre et gestion du défis.
    – Que l’état veille, supervise et déclenche le suivi Évaluation en temps opportuns afin de pouvoir corriger et redresser.
    – Que la population soit informé et sensibilisé sur les séquences de réalisation.
    – Veiller à ce que l’impact des facteurs exogènes et endogènes infuent moins sur les prévisions et la mise en œuvre.
    Mes conseils :
    – Essayer d’intégrer le volet Recherche dans les programmes.
    – Privilégier aussi le volet Renforcements de capacité.

  • dial diop

    kon wax ji wax ji yepp on aura que des miettes càd moins de 150 millards/an sur les 3 blocs…xawma ku negocier lii mais ku ktndm la

Publiez un commentaire