PUBLICITÉ
Rapport IPBES : « L’humanité dépend de 50.000 espèces sauvages pour sa survie »
PUBLICITÉ

Rapport IPBES : « L’humanité dépend de 50.000 espèces sauvages pour sa survie »

Des milliards de personnes, dans les pays développés et dans les pays en développement, utilisent chaque jour des espèces sauvages à des fins multiples (alimentation, énergie, matériaux, médecine, loisirs, inspiration, etc.) qui contribuent de manière essentielle à leur bien-être.

PUBLICITÉ

L’accélération de la crise mondiale de la biodiversité, avec un million d’espèces de plantes et d’animaux menacées d’extinction, menace ces contributions aux populations, estime un rapport d’experts publié vendredi.

Ce rapport de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) appelle à gérer de façon durable la faune et la flore pour préserver le bien-être de milliards de personnes et mettre un terme au déclin de la biodiversité.

Le Rapport d’évaluation de l’IPBES sur l’utilisation durable des espèces sauvages est le fruit de quatre années de travail mené par 85 experts éminents en sciences sociales et naturelles et de détenteurs de savoirs autochtones et locaux, ainsi que de plus de 200 auteurs collaborateurs; plus de 6.200 sources ont été consultées. Réunis cette semaine à Bonn, en Allemagne, les 139 pays membres de l’IPBES ont approuvé le résumé du rapport.

« Avec environ 50.000 espèces sauvages utilisées par le biais de différentes pratiques, dont plus de 10.000 espèces sauvages récoltées directement pour l’alimentation humaine, les populations rurales des pays en développement sont les plus susceptibles de recourir à des pratiques non durables, l’absence de solutions de substitution les contraignant souvent à exploiter davantage les espèces sauvages déjà menacées », a déclaré Dr. Jean-Marc Fromentin (France), co-directeur de l’Évaluation avec Dr. Marla R. Emery (États-Unis/Norvège) et Pr. John Donaldson (Afrique du Sud).

« 70% des populations pauvres de la planète dépendent directement des espèces sauvages. Pour une personne sur cinq, les champignons, les algues et les plantes sauvages constituent des sources d’alimentation et de revenu ; 2,4 milliards de personnes dépendent du bois en tant que combustible pour cuisiner; environ 90% des 120 millions de pêcheurs traditionnels travaillent à petite échelle », déclare Dr. Emery. « Cependant, les pays du Sud ne sont pas les seuls à utiliser en abondance les espèces sauvages. Du poisson que nous mangeons aux médicaments que nous prenons, en passant par les cosmétiques, la décoration et les loisirs, l’utilisation des espèces sauvages est beaucoup plus répandue que la plupart des gens ne le pensent ».

L’utilisation des espèces sauvages constitue une importante source de revenus pour des millions de personnes à travers le monde. Les espèces d’arbres sauvages représentent deux tiers de l’industrie mondiale du bois rond ; le commerce des algues, des champignons et des plantes sauvages brasse des milliards de dollars ; même les activités non extractives liées aux espèces sauvages génèrent de grands profits. Le tourisme d’observation des espèces sauvages est l’une des principales raisons pour lesquelles, avant la pandémie de COVID-19, les aires protégées du monde entier recevaient 8 milliards de visiteurs et généraient 600 milliards de dollars chaque année.

#Humanité #IPDES #Survie

PUBLICITÉ