Annonces
Publicité
» » » » » Primaire de gauche en France : la “surprise”...

Primaire de gauche en France : la “surprise” Hamon affrontera Valls au second tour

  • Couly CASSE Couly CASSE

Le premier tour de la primaire de la gauche, ce dimanche 22 janvier, envoie Benoît Hamon et Manuel Valls au second tour. Pour la presse étrangère, l’avance d’Hamon constitue une surprise, même si l’ancien ministre avait “déjà gagné la bataille des idées”.

Ce premier tour de la primaire de la gauche était scruté de près à l’étranger car, comme l’annonce El Pais, “la gauche française y joue sa survie”. De même, pour The New York Times, “les élections françaises sont particulièrement suivies puisqu’elle constitue un baromètre du mécontentement des peuples européens, et à ce jeu-là aucun parti ne se trouve plus en disgrâce que les socialistes au pouvoir”.

Au terme de cette première journée de vote à gauche, c’est Benoît Hamon qui arrive en tête, avec 35,21% des votes exprimés.

“Benoît Hamon était donné vainqueur sur le plan des idées, avance la Tribune de Genève. Son revenu universel avait monopolisé les débats. Chacun se demandait si cette percée médiatique allait se concrétiser dans les urnes. De toute évidence, c’est le cas.” Pour Le Temps, “l’alternative” Benoît Hamon constituait “la principale surprise” possible de ce premier tour.

Ce résultat “inflige un coup à Manuel Valls”, assure The Financial Times, pour qui “cette issue va probablement intensifier les divisions au sein du Parti socialiste, qui se déchire autour du tournant pro-business du président François Hollande et se débat pour empêcher une défaite humiliante à l’élection présidentielle”.

Arnaud Montebourg n’a recueilli que 18,56% des suffrages mais a appelé très rapidement à voter pour Benoît Hamon. Une hypothèse évoquée ce dimanche matin par le quotidien italien La Repubblica, qui parlait d’un résultat “à la Jeremy Corbyn”, comme au Royaume-Uni, “avec la prédominance d’une gauche radicale et utopiste sur les réformistes modérés”.

Hamon affrontera au second tour Manuel Valls, qui a recueilli 31,56% des suffrages. Le Temps, en Suisse, parlait en ces termes ce matin d’une possible deuxième place de l’ancien Premier ministre au premier tour :

Sa qualification en seconde position rendrait, selon les experts, presque impossible sa victoire finale mais lui permettrait de sauver la face.”
Une gauche démobilisée

La participation est estimée entre 1,7 et 1.9 million de votants, “un chiffre bien inférieur aux 4,3 millions de la primaire de la droite il y a deux mois et qui indique la déception et la démobilisation de cette gauche française abîmée”, estime El Pais.

Le deuxième round aura lieu dimanche prochain mais, pour le vainqueur de ce duel, il ne faudra pas oublier, comme le rappelle La Repubblica, que “les adversaires les plus redoutables sont restés en dehors de cette élection”.

Avec courrierinternational.com

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces