L’opposition crypto-personnelle au Premier ministre

L’opposition crypto-personnelle au Premier ministre

« …..Les candidats laminés à la dernière élection présidentielle étant en phase d’observation, ceux qui s’agitent le plus sont justement des gens dont la seule arme est leur grande gueule. Ils nous pompent l’air avec leurs logorrhées verbales qui incommodent tout le monde.

Et pour la première fois dans l’histoire politique de ce charmant pays, plutôt que d’une opposition programmatique, on a affaire à une animosité personnelle. Une opposition crypto-personnelle. Ce n’est plus au Président élu que l’on se confronte mais à son Premier ministre. C’est lui qui est la bête à abattre.

Plutôt que de confrontation d’idées, on assiste à une dispute de bornes fontaines à travers des jugements de valeurs, plongeant ainsi le pays dans une campagne électorale permanente.

Quand un ancien Premier ministre au bilan désastreux en matière d’émigration irrégulière se met à donner des leçons, on est tenté de se demander s’il ne fait pas dans la provocation.

Il existe des moments où se taire est plus indiqué que de plonger le pays dans des discussions stériles ou de vouloir forcer les portes des médias pour s’imposer en chef de l’Opposition sans en avoir ni l’étoffe ni la carrure.

Car c’est improductif de vouloir être le guignol d’une scène politique au ciel bien dégagé…. »
Kacoor Bi du journal
Le Témoin

5 COMMENTAIRES
  • Jock

    Depuis quand un journaliste répond -t-il à la place des politiques. Tu dois informer point barre. Ta position politique reste pour toi

  • Sow

    Jock bien dit on a plus de journalistes il est à l’ image de patron qui se déculotte devant tout régime qui passe lui il porte bien son nom kaccor donc faut type

  • Baradolixumbeul

    C’est normal parce que le chat noir n’assume pas ses fonctions de président

  • Nafina

    Des projets ambitieux pour un Sénégal plus fort et plus prospère. Soutenons ces actions!

  • Hane

    Il n’y a vraiment aucune opposition crypto-personnelle au premier ministre. La vérité est que nous sommes en face du premier ministre le plus nul, le plus limité, le plus arrogant de l’histoire politique du Sénégal. Un premier ministre qui, depuis sa nomination n’ose pas dire aux Sénégalais ce qu’il compte faire ni dans quelle direction il veut nous conduire. Il préfère toujours faire ses shows politiques insipides devant un parterre de militants qui n’a vraiment rien compris et acquis à sa cause. Il pousse l’impertinence jusqu’à menacer de faire sa D.P.G devant une assemblée populaire dont les membres seront choisis par lui même, aidé en cela par un président par procuration qui a l’indécence et le manque de culture politique allant jusqu’à nous dire que ce conglomérat serait de meilleure qualité et plus représentatif du peuple sénégalais. Où va le Sénégal ? Un pays qui, jadis respecté pour la qualité de ses hommes politiques et sa diplomatie en est aujourd’hui réduit à se chercher une voie, une crédibilité perdue il y a quelques temps. Il y a lieu d’avoir des inquiétudes pour ce peuple pourtant si intelligent.

Publiez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *