L’ONU Dévoile ses Principes pour Combattre la Désinformation en Ligne

L’ONU Dévoile ses Principes pour Combattre la Désinformation en Ligne

L’Organisation des Nations Unies (ONU) a dévoilé lundi ses « grands principes pour l’intégrité de l’information », visant principalement à lutter contre la désinformation en ligne. Cette nouvelle initiative propose notamment de repenser le modèle publicitaire des plateformes et réseaux sociaux.

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, a expliqué que « à l’heure où des milliards de personnes sont exposées à des arguments fallacieux, des déformations de la vérité, et des mensonges, ces principes tracent un chemin clair, enraciné dans les droits humains, y compris les droits à la liberté d’expression et d’opinion ».

Il y a un an, une note d’orientation présentée par l’ONU soulignait le « risque existentiel » pour l’humanité de la désinformation en ligne, avant même le développement rapide des nouveaux outils de l’intelligence artificielle. À cette époque, un code de conduite avait été proposé pour aborder ce problème complexe.

Après des consultations avec divers acteurs du secteur, le document publié lundi énonce cinq grands principes : confiance et résilience sociétale, médias indépendants et pluralistes, transparence et recherche, émancipation du public, et incitations positives. L’ONU espère que ces principes seront adoptés par les grands acteurs, notamment les plateformes, les médias d’information, les États et l’ONU elle-même.

Le document s’intéresse particulièrement aux grandes entreprises de la technologie, telles que les réseaux sociaux et moteurs de recherche, accusées de permettre la propagation de messages de désinformation. L’ONU les exhorte à s’abstenir de diffuser de fausses informations et des discours de haine, en renforçant les mesures pour garantir l’intégrité de l’information lors des campagnes électorales.

Le texte souligne qu’ « la désinformation et la haine ne devraient pas générer une exposition maximum et des profits massifs », appelant à une révision des modèles publicitaires automatisés des plateformes. La conception opaque de ces modèles peut, selon l’ONU, financer des individus, des entités ou des idées que les publicitaires ne souhaitent pas soutenir, et ce, de manière malencontreuse.

Le document encourage également les agences de publicité à réclamer plus de transparence dans la chaîne de publication des annonces publiées sur les plateformes numériques.

Enfin, le document se penche sur les risques posés par l’intelligence artificielle et appelle les entreprises de la tech à introduire une signalisation claire pour tout contenu généré par IA.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire