L’OCDI exige la réhabilitation de Nafi Ngom Keïta et Ousmane Sonko

Le bureau exécutif de l’Observatoire citoyen pour la défense des institutions a appris, avec consternation, la suspension de Monsieur Ousmane SONKO de ses fonctions d’inspecteur principal des impôts et domaines et la défenestration illégale de madame Nafi Ngom KEITA, presidente de l’office nationale de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC).

Monsieur Ousmane Sonko a eu le « tort », en sa qualité de chef de parti, de relayer des informations publiées sur le site du Ministère des finances qui faisaient état du non reversement par les autorités de l’assemblée nationale de l’impôt collecté sur les salaires des élus de la nation.
Madame Nafi Ngom keita a été punie, elle, d’avoir fait le travail pour laquelle elle croyait avoir été nommée : traquer et dénoncer les actes délictueux et de délinquance financière de nos gouvernants actuels.
Dans les deux cas, le bourreau n’est personne d’autre que le Président de la République lui-même, lui qui devrait être, pourtant, le gardien de nos institutions. Par ces deux actes, nuls et non avenus, le Président Macky Sall a fini d’installer notre pays dans le cercle des régimes autoritaires et dictatoriaux.
L’incapacité du Président Macky Sall à contrôler ses propres émotions et ses nerfs entraîne notre pays depuis qu’il est au pouvoir dans une République de règlements de compte personnels au détriment du bon fonctionnement de nos institutions.

Au moment où les délestages et les coupures d’eau deviennent monnaie courante, au moment où le chômage des jeunes prend une ampleur inédite dans notre pays, le Président de la République devrait avoir d’autres soucis que de mener des guérillas personnelles contre les citoyens qui, comme Monsieur Ousmane Sonko ou Madame Nafi NGom Keïta, devraient mériter les honneurs de la nation au lieu de se voir injustement violenter dans leur dignité et dans leur croyance en l’existence, dans notre cher Sénégal, d’un Etat de droit.

C’est pourquoi, L’OCDI exige la réintégration, dans les meilleurs délais, de Monsieur Ousmane Sonko et de Madame Nafi NGom Keita dans leurs fonctions respectives.
Au demeurant, les réactions épidermiques du Président Macky Sall ne cacheraient-elles pas des faits plus graves encore dont lui et son clan se rendraient coupables au détriment du peuple souverain ?
Dès lors, il est urgent que les forces vives de notre pays se rassemblent afin d’arrêter la reproduction, à l’infini, d’une gestion personnelle des affaires publiques et de nos institutions.

3 COMMENTAIRES
  • SENEFALAIS DE L'EXTERIEUR

    POURQUOI VOUS CHERCHEZ LA PROMOTION SUR DES PROBLEMES QUE VOUS NE METRISEZ PAS .

  • alsane ndiaye

    Le drame va continuer sous les yeux inerte de l elite politique Senegalaise.

  • Doka Ndao

    Macky est pire que Wade. Il n’y a aucune rupture.

Publiez un commentaire