Le grand bond de la scolarisation des filles à Ziguinchor

Le grand bond de la scolarisation des filles à Ziguinchor

L’accès des filles à l’école a connu un ‘’grand bond’’ dans la région de Ziguinchor avec un taux brut de scolarisation (TBS) qui est passé de 70 à 116% durant la dernière décennie, a révélé mercredi l’inspecteur d’académie de Ziguinchor, Ismaïla Diouf.

‘’Pour le taux brut scolaire des filles dans la région de Ziguinchor nous avons connu une bonne amélioration puisque nous sommes passés de 70 à 116% au cours de la dernière décennie’’, a notamment dit M. Diouf, rapporte l’agence de presse sénégalaise.

Il présidait le même jour la cérémonie officielle de la 10ème édition de la Journée nationale de l’éducation à la Place publique de Néma II, un quartier marqué par un ‘’fort taux de déscolarisation chez les filles et les jeunes’’.

La rencontre qui porte sur le thème ‘’Les technologies de l’information et de la communication axées sur l’éducation pour lever les obstacles à l’enseignement des filles’’, a enregistré la présence d’autorités locales et académiques, des notables, de l’association des parents d’élèves et plusieurs jeunes filles.

‘’Le TBS chez les filles augmente plus vite que le TBS au niveau général. Depuis dix ans nous sommes sur une bonne dynamique dans l’enseignement des filles au niveau de la région où la scolarisation des filles est beaucoup plus rapide que celle des garçons’’, a expliqué Ismaïla Diouf.

Il a souligné la ‘’nette amélioration’’ de l’accès des filles à l’école et préconisé de mener ‘’la bataille’’ pour leur maintien jusqu’au niveau supérieur.

’’La bataille, c’est le maintien des filles à l’école (…) nous allons aussi sensibiliser dans des quartiers comme Néma II où nous trouvons beaucoup de filles et de garçons dans les rues aux heures de classe’’, a-t-il fait remarquer.

L’Inspecteur d’académie a promis des mesures d’accompagnement des filles dans les quartiers comme Néma II par ‘’l’installation en vue de cantines scolaires dans les établissements pour contribuer à la satisfaction des besoins alimentaires des élèves’’.

La coordonnatrice du Cadre de coordination des interventions en faveur de l’éducation des filles, Marie Siby Faye, a listé les obstacles à l’éducation de filles en insistant sur les aspects politique, économique, pédagogique et culturel.

Devant une foule nombreuse, le chef de quartier et l’Imam Ratib de Néma II ont invité les populations ‘’à laisser les filles aller, rester et réussir à l’école’’. ‘’C’est le meilleur moyen de combattre la pauvreté qui gangrène nos quartiers’’, a ditle chef de quartier.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire