Gambie : Yahya Jammeh accusé d’avoir fait tuer des migrants ghanéens

Yahya

Une trentaine de migrants originaires du Ghana ont été exécutés sommairement par une unité paramilitaire, sur ordre de Yahya Jammeh, ont affirmé deux anciens membres de la garde présidentielle devant la Commission vérité et réconciliation, mardi 23 juillet.

Meurtres

Les meurtres, qui remontent à juillet 2005, visaient 30 Ghanéens faisant partie d’un groupe de migrants clandestins – 44 Ghanéens et plusieurs Nigérians, Sénégalais et Togolais – arrêtés sur une plage de Gambie, alors qu’ils tentaient de se rendre en Europe. « Yahya Jammeh a ordonné l’exécution de ces ressortissants étrangers », présentés comme des « mercenaires », a déclaré devant la Commission vérité et réconciliation (TRRC), Omar Jallow, ex-membre des « junglers », une unité officieuse de soldats choisis au sein de la garde nationale.

Selon son récit, qui confirme une enquête des ONG Human Rights Watch (HRW) et TRIAL, ces 30 Ghanéens ont été emmenés dans le village du président, Kanilai, avant d’être exécutés de l’autre côté de la frontière sénégalaise.

Les migrants

Les autres migrants ont également été tués, à l’exception d’un unique survivant ghanéen, Martin Kyere, qui avait réussi à sauter du véhicule en marche. Yahya Jammeh, en exil en Guinée équatoriale, a toujours démenti être impliqué dans ces assassinats. Un autre militaire, Malick Jatta, a également avoué mardi, avoir tué l’un des migrants ghanéens, mais assuré avoir épargné un fuyard, dans une probable référence à Martin Kyere.

D’après les résultats d’une enquête menée par les ONG Trial International et Human Rights Watch, publiés le 16 mai, l’ex-homme fort de Banjul serait responsable de l’exécution d’une cinquantaine de migrants échoués en Gambie en 2005. Un rapport d’enquête conjoint de la Cedeao et de l’ONU datant de 2008, avait pourtant innocenté le régime de Yahya Jammeh.

Yahya Jammeh

L’ex-président Yahya Jammeh sera-t-il traduit devant la justice ? Alors que la mobilisation s’organise pour que son cas suive la jurisprudence Habré, 50 nouveaux crimes lui sont imputés, selon des éléments d’enquête rendus publics ce mercredi 16 mai, par les ONG Trial International et Human Rights Watch .

Selon ces deux organisations, le 22 juillet 2005, date anniversaire de la prise de pouvoir en Gambie de Yahya Jammeh, une cinquantaine de migrants en route vers l’Europe – dont une majorité de Ghanéens, mais également des Nigérians, des Sénégalais, des Ivoiriens et des Togolais – échouent à Barra, en Gambie. Ils sont aussitôt arrêtés par la police. Les forces de sécurité gambiennes sont alors en état d’alerte, car elles ont reçu des informations selon lesquelles, un coup d’État serait en préparation. Les corps de huit d’entre eux seront finalement retrouvés. La trace des autres se perd en Gambie.

10 COMMENTAIRES
  • khouly beuth

    Yaya doit s expliquer sur tout ses accusations

  • binta

    Rencontre avec binta une jeune fille au teint noire d ébène trés classe pour des moments de relax et de detentes…
    778593644 / 778593637

  • binta

    Rencontre avec binta une jeune fille au teint noire d ébène trés classe pour des moments de relax et de detentes…
    778593644 / 778593637

  • Mamadou Moustapha Faye

    Sokhlawougnou genre Ndiaye doss çi tele

  • René Diagne

    Toujours ces Ong pour nous déstabiliser. Soyons vigilants. Quel intérêt avais mr yaya à exécuter ces Africains. Je me rappelle au decés du grand Ahmed sékoi touré des tracts déshonorant qu ils ces Ong avaient fait circuler dans Dakar.vigilance nous AFRICAINS.

  • René Diagne

    Soyons vigilants nous AUTRES AFRICAINS. Ces Ong incarnent le mal

  • Alphapape Drame

    Les accusations contre l ancien homme fort de banjul sont bien fondées il a dirigé la gambie dans la terreur il etait entouré d un escadron de mort et maintenant l heure des comptes a sonné cette fois ci point cpi on n en veut pas il se sera jugé par les africains comme hissen habre du tchad l afrique regorge de juges competants qui metrisent bien leurs dossiers enclenchez vite la procedure

  • Eugene Senghor

    Encore les accusations falacieuses. N’oubliez pas Ghana Town en Gambie oú on agressait á même le jour.Yaya luttait centre les aggressors avec rigueur réprimée,ce qui est normal

  • Big Senegal

    Binta va laver ton Data avec de l’eau de javel
    non dilue plus une goutte de petrole non
    dilue. Non aux publicites des prostituees
    sur ce site

  • Big Senegal

    Attention a la pub de Binta.
    Prostituee tres malade

Publiez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *