Sénégal – Loi de finances rectificatives : les raisons d’un réajustement

Le ministère des Finances et du Budget entend faire passer un projet de loi de finances rectificative à l’Assemblée nationale ce dimanche. Plusieurs raisons sont avancées pour justifier cette décision.

Il s’agit, selon les services de l’Etat, des contrecoups qui découleraient d’un probable choc pétrolier, de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. S’y ajoute l’ambition de l’Etat d’améliorer les recettes budgétaires.

La loi de finances rectificative qui passe, ce dimanche, à l’Assemblée nationale, intervient dans un environnement incertain aussi bien au niveau externe qu’au niveau interne. Sur le plan externe, la politique budgétaire du Sénégal subit les contrecoups des tensions géopolitiques au Proche-Orient émanant du conflit larvé entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Iran, explique, dans une note détaillée, le ministère des Finances et du Budget.

Cette crise fait craindre un futur choc pétrolier potentiellement « redoutable » pour notre économie encore très dépendante des énergies fossiles. S’y ajoute la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine qui, si elle ne trouve pas un dénouement heureux, risquerait de plomber la croissance mondiale, ce qui affecterait négativement nos flux monétaires entrants (investissements directs étrangers) comme sortants (exportations).

Il y a également le Brexit, avec le scénario de plus en plus probable d’une séparation sans accord entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Ce qui ne serait pas sans conséquences négatives sur la politique d’aide publique au développement de ces deux partenaires du Sénégal.

Sur le plan interne, la note d’information relève que le resserrement de l’équipe gouvernementale, la suppression du poste de Premier ministre ont des conséquences sur le budget de l’Etat. Sur le plan réglementaire, l’article 47 de la loi organique n°2011-15 du 8 juillet 2011 relative aux lois de finances, impose au gouvernement de déposer, en cours d’exercice budgétaire, un projet de loi de finances rectificative si l’une des conditions suivantes est remplie.

À lire aussi
Qualification en Finale Can 2019 : Le Sénégal empoche 1,4 milliard Fcfa...

Il s’agit du bouleversement des grandes lignes de l’équilibre budgétaire ou financier défini par la loi de finances de l’année ; de l’intervention de mesures législatives ou réglementaires affectant, de manière substantielle, l’exécution du budget ou d’un surplus de recettes recouvrées par rapport aux prévisions de la loi de finances de l’année.

A ce titre, constate le ministère, les deux premières conditions sont « incontestablement » réalisées. Pour preuve, au regard de la conjoncture économique internationale et de ses incertitudes, il s’avère opportun, selon l’Etat, d’anticiper des chocs et d’observer une certaine prudence dans la mobilisation des investissements publics financés par des emprunts extérieurs (les prêts-projets).

Face aux députés en commission, le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, a évoqué une autre raison pour justifier cette loi de finance rectificative. Selon lui, cela s’explique aussi par le souci de combiner l’ensemble des mesures d’amélioration des recettes budgétaires qui vont permettre de générer plus de 100 milliards de FCfa pour résorber la baisse des recettes fiscales et les moins-values de recettes.

Le budget initial en baisse de 83,14 milliards de FCfa

Les ressources de la présente loi de finances rectificative ont été revues à la baisse, passant de 4.071,77 milliards FCfa à 3.988,63 milliards, soit 83,14 milliards en valeur absolue et 2 % en valeur relative. Cette situation, selon le ministère des Finances et du Budget, s’explique par la révision à la baisse des recettes fiscales pour 100 milliards de FCfa, des dons budgétaires pour 12,77 milliards et des prêts-projets pour 150 milliards. S’y ajoute la hausse exceptionnelle des appuis budgétaires, lit-on sur les colonnes du quotidien national, le Soleil.

À lire aussi
Sénégal Vs Tanzanie: la victoire des Lions en images...

 

Les Raisons... Loi De Finances Rectificatives

(8) commentaires

Mbaye

Faux vous avez Gaspillagé l’argent du peuple. APR(Association des Pillards de la République). On ne dirige pas un pays dans de la fantaisie céder votre portefeuille s’il vous plaît les Sénégalais sont convaincus que vous êtes incapables.

Alors, la solution c’est de faire revenir nos 6 000 milliards que Macky Sall et son frère Aliou Sall ont volés, dans les caisses de l’état.

Dramé

Ils ont tellement gaspillé l’argent public qu’ils n’ont plus rien. Et ils veulent faire payer les sénégalais. Sonko l’avait dit. On ne l’a pas écouté. Les sénégalais vont payer les dérives budgétaires et autres gabėgies de ce régime de merde. Tout est de la faute de ces couillons qui ont voté pour ce moins que rien de macky sale saï saï. Le pire va venir

Moise

Jamais depuis SENGHOR le Sénégal n’a eu un RÉGIME PAREIL…TRÈS FORT…DANS LE MENSONGE ET LA DIVERSION

Diop Abdoulaye

On doit instituer une loi pour nos dirigeants qui ne respectent pas leurs promesses de campagne. Ces derniers doivent être traduits devant la haute cour de justice. En ceci est assimilable à de la trahison, alors qu’ils savaient bien que leur budget n’était pas réalisable. Et c’est au peuple de supporter tout ça. Attendons à voir une multitude d’augmentation des prix de tout genre

Samba

Arrêter de compliquer davantage l’information en vert les Sénégalais vous êtes des incapables à diriger le Sénégal on sait que la FMI se prépare pour débarqué au sénégal pour redresser la situation tout ce que vous MAKi Sall et sont gouvernement on promis c’est traduit en mensonges on l’avez dit que MAKi Sall va sacrifier l’avenir du Sénégal rien que pour se faire réélire et en retour les Sénégalais paierons ses conneries et voilà on est qu’aux début une augmentation du prix du carburant et c’est pas fini

Dame

Felicitations Mamadou moustapha Ba bon travail pour la loi de finance rectificative diadieuf

Dame

Diadieuf Mamadou moustapha Ba bon travail félicitations

Daouda Sarr

Tous les ministres doivent démissionner de ce gouvernement. Un point c’est tout .