PUBLICITÉ

Non, les enseignants ne sont pas des flemmards – Par Serigne Saliou GUEYE

C’est dans l’air du temps de cracher ou de taper sur les enseignants. Quoi qu’ils fassent, même s’ils se préoccupent de conditions sanitaires optimales pour mener à bien cette reprise tant annoncée, c’est toujours la même caractérisation péjorative. Ils sont considérés comme des feignasses, des cupides voulant jouir des voluptés des vacances procurées par la pandémie du Covid-19. Aussi, ils sont toujours en proie à un déchaînement injustifié de médisance et de diatribes acerbes.

Une telle accusation désinvolte manque de profondeur

Dans un éditorial corrosif, mon directeur Mamadou Oumar Ndiaye (MON) s’est attaqué sans aménités aux enseignants, les traitant de flemmards qui multiplient tous les prétextes pour ne plus reprendre le chemin des classes tant que sévit la pandémie du Covid-19 et qui parallèlement veulent être payés aux frais de la Reine.
Une telle accusation désinvolte manque de profondeur et de connaissance de la vraie réalité de la situation. Il suffit de voir l’embrasement inextinguible que cette sortie malheureuse de MON a suscité dans les réseaux sociaux pour mesurer le degré du choc et d’indignation des enseignants meurtris et blessés au plus profond de leur chair et de leur conscience. Face à une reprise des cours impensée et précipitée, sans l’aval du Comité national de gestion des épidémies (CNGE), sans consensus avec les véritables acteurs (je ne parle pas de ces vieillards cacochymes se prélassant et se sucrant de subsides corruptifs de l’Etat dans de soi-disant structures, appendices de l’Etat, et appelées pompeusement associations des parents d’élèves), sans un protocole sanitaire clair, n’est-il pas légitime et humain que les enseignants exigent des gages de sécurité sanitaire pour eux et leurs apprenants ?

L’Oms nous dit que les écoles sont un endroit propice à la contagion, que les plus jeunes, même quand ils sont asymptomatiques, peuvent diffuser le virus. Alors n’est-il pas risqué devant des mesures sanitaires encore floues de favoriser une explosion des contaminations en rouvrant précipitamment les écoles ? C’est un mensonge si les autorités serinent que toutes les dispositions sanitaires sont mises en place pour assurer une bonne reprise des cours le 2 juin. Rien qu’à Fatick, ville du président Macky Sall, 67 écoles qui doivent recevoir les apprenants et enseignants ne disposent même pas de toilettes. Certainement qu’on va mettre à leur disposition des toilettes mobiles et démontables. De qui se moque-t-on ?

Les erreurs de Mamadou Oumar Ndiaye

Les enseignants sénégalais ont bon dos mais ils ne sont pas les seuls à exiger des garanties de sécurité sanitaire pour être d’attaque sur le champ des enseignements le 2 juin. Des parents d’élèves inquiets, de même des apprenants ont décliné la proposition irréfléchie et fantasque du Président. MON fait erreur en parlant de reprise des cours quasi-généralisée un peu partout. Au Cameroun et au Niger, en RDC les cours n’ont pas repris. Le Togo et la Guinée n’ont pas encore fixé de date pour la réouverture des classes. Au Gabon et au Ghana, écoles et universités sont encore fermées. Le Mali rouvre ses écoles à partir du 2 juin prochain. En Côte d’Ivoire, la reprise des cours prévue le lundi 18 mai est ajournée. L’Algérie opte pour la reprise en septembre. En Tunisie, tous les élèves inscrits dans les différentes classes ne reprendront pas les cours cette année. Seuls les élèves inscrits en 6e et 9e passeront directement les examens, les 2 et 3 juillet 2020, sur le contenu étudié durant les premier et second trimestres.

Le mardi 12 mai, le ministre tunisien de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Said Amzazi, a annoncé que les élèves ne rejoindront les écoles qu’à la rentrée prochaine de septembre, afin de préserver leur santé. Tout en assurant que le baccalauréat aura lieu en juillet dans le strict respect des mesures sanitaires. Le ministre a assuré que, puisque 75 % du programme de l’année a été dispensé avant la suspension des cours, il n’y aura pas d’année blanche. L’Afrique du sud qui prévoit le retour à l’école le 1er juin se heurte au niet catégorique du syndicat démocratique des enseignants d’Afrique du sud (SADTU).
Et la liste est loin d’être exhaustive. L’Italie, l’Espagne et la province du Brunswick au Canada et l’Etat de New York ont acté leur fermeture jusqu’en septembre. Le Japon a rétro-pédalé dans l’ouverture partielle des classes pour avoir subi une seconde vague de contaminations. Au Royaume-Uni, le gouvernement, qui a fermé les écoles depuis mi-mars, a annoncé que les examens de fin d’année sont supprimés. Les épreuves du General Certificate of secondary Education (GCSE) sanctionnant la fin du collège (autour de 16 ans) et celles du A Level, validant la fin des études secondaires, n’auront pas lieu.

Au Danemark, les cours ont repris chez les tout-petits seulement avec des mesures sanitaires précautionneuses très strictes. En classe, chaque enfant doit être assis à deux mètres de ses camarades. Les élèves et les enseignants sont invités à passer le plus de temps possible dans la cour de récréation. Chaque enfant doit se laver les mains au moins une fois toutes les deux heures. De leur côté, les professeurs sont tenus de désinfecter régulièrement les poignées de porte, les interrupteurs, mais aussi les tables, les souris et les claviers d’ordinateur. La Biélorussie, le Tadjikistan, le Turkménistan, ainsi que le Nicaragua ont opté depuis le début pour un non-confinement, laissant leurs écoles ouvertes depuis le début de la pandémie. La Suède a fermé lycées et universités, mais a maintenu ouverts crèches, écoles et collèges.

Et ces 4 millions d’apprenants qui restent ? Et ce coup de gueule des médecins ?

La vraie question que MON doit se poser est celle relative aux autres 4 millions d’apprenants qui ne sont pas concernés par cette reprise et pour qui aucun plan de reprise n’est conçu. La seule réponse péremptoire du Président est celle du télé-enseignement. Si le télé-enseignement était opératoire, pourquoi ne pas laisser les élèves de Cm2, 3e et Terminale acquérir intra-muros ce qu’ils vont chercher à l’école le 2 juin à leurs risques et périls ?

Macky Sall, élève qui a appris avec des lampes-tempête, des bougies ou même sous des poteaux électriques, ignore-t-il, aujourd’hui qu’il est président de la République, que plusieurs Sénégalais n’ont pas encore accès à l’électricité ? Sait-il que la télévision et l’ordinateur sont des luxes dans ce pays qui se nimbe d’une émergence fantasmagorique ? Il ne faut pas se voiler la face ! Il appert que la volonté de ce gouvernement, qui ne se soucie pas de ses apprenants et de ses enseignants, n’est pas de sauver l’année scolaire, mais de sauver les milliards dépensés en termes de salaires, de fonctionnement et primes dans le département de l’Education. Et il faut que le ministre de l’Education et ses caudataires panurgistes cessent de colporter que reprendre les cours au mois de septembre équivaut à une année blanche. Une année blanche ne dépend que d’un seing de l’autorité présidentielle.

En 1997, le bac a été organisé en septembre à cause d’une longue crise scolaire et l’année n’avait pas été déclarée blanche. Le seul but de ce gouvernement, c’est de distribuer, après l’organisation de simulacre d’examens, des « coronadiplômes », c’est-à-dire des diplômes au rabais. Pour mieux vitrifier le corps enseignant, MON met en parallèle la frousse des enseignants au courage du personnel soignant et des forces de défense et de sécurité (FDS). Pourtant on a entendu le coup de gueule des médecins du Sames qui ont demandé en quantité et en qualité des équipements de protection individuelle (EPI).

A l’hôpital Idrissa Pouye de Grand-Yoff, un médecin chef a menacé de fermer son département si les mesures de protection sanitaire n’étaient pas garanties à son personnel. Sa menace mise en exécution pour 24h et voilà subséquemment ses doléances satisfaites par les autorités de la santé. Les enseignants, loin d’être des pétochards, affichent de la prudence et font preuve de responsabilité. Les magistrats refusent de reprendre les audiences si le maximum sanitaire ne leur est pas garanti. Beaucoup de chefs religieux chrétiens comme musulmans ont décidé de ne pas rouvrir les lieux de culte placés sous leurs responsabilités.

Alors MON, pourquoi refuser aux enseignants ce que l’on admet pour les autres ? Certes le Covid-19 est une maladie bénigne mais impitoyable chez tous les patients qui présentent des comorbidités. Et c’est une erreur que de soutenir dans l’absolu que le taux de létalité est de 1 %. Le Covid-19 n’est pas meurtrier partout avec la même intensité. Il n’a pas la même gravité et la même létalité partout où existent des foyers et des chaînes de transmission. Au jour du 21 mai, avec 329.799 morts et 5.049.390 cas d’infection officiellement diagnostiqués dans le monde, le taux de létalité est de 6,53 %.
Au Sénégal, la létalité qui est encore faible pourrait du jour au lendemain exploser si les clusters se multiplient. Et l’analyse de la courbe épidémique, dans sa phase ascensionnelle actuellement, indique qu’il n’est pas à écarter un nombre plus important de décès dans les jours à venir.

 Ces soldats de la craie ont payé de leur vie en voulant façonner des vies

Et c’est aussi une erreur de dire que le palu est plus mortel que le Covid. Il est avéré aujourd’hui (bilan total du 9 février au 13 mai) que le Covid-19 est devenu la 3e maladie infectieuse la plus mortelle du monde derrière l’hépatite et la tuberculose. Suivent le sida et la malaria. En cinq mois, le Covid a fait plus de 300 mille morts au plan mondial. Le palu en douze mois (année 2019) a tué près de 450 mille personnes dans le monde. Il est temps de conclure cette réaction qui n’est point une apologie. Les enseignants sont loin d’être des pantouflards ou des froussards.

Quand certains fonctionnaires de l’Etat, valorisés ostensiblement aujourd’hui, désertaient les zones de guerre lors de la crise casamançaise, seuls les enseignants, par devoir et par conscience professionnelle, restaient à leurs lieux de travail. Après les FDS, le corps enseignant a payé le plus lourd tribut parmi les autres catégories socio-professionnelles. Pendant des années, les enseignants ont eu à faire les frais de cette guerre dévastatrice du sud. Certains d’entre eux ont été sauvagement trucidés, d’autres devenus éclopés et invalides à cause des mines antipersonnel, et les plus chanceux étaient dépouillés de leurs biens. A ceux-là s’ajoutent les traumatisés psychologiques. Ils sont nombreux ces soldats de la craie qui ont payé de leur vie en voulant façonner des vies dans des zones où les irrédentistes faisaient la loi. Et in fine, aucun hommage posthume n’a été rendu aux enseignants qui ont été victimes de cette guerre sénégalo-sénégalaise. Et Mariama Ba a vu juste quand elle dit dans son best-seller Une si longue lettre que « les enseignants forment une armée noble aux exploits quotidiens, jamais chantés, jamais décorés ».

Les régimes successifs ont tout fait pour dévaloriser la fonction enseignante en confinant les enseignants dans le registre des sempiternelles revendications. Et malheureusement, c’est cette image caricaturale de l’enseignant grognon, paresseux, rouspéteur en toute occurrence distillée par l’Etat dans la société que MON retient de ces soldats du savoir qui se donnent quotidiennement pour la grandeur de leur patrie sans attendre des passe-droits particuliers en contrepartie.

*Professeur de lettres modernes

71
Annonces
guest
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus noté
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
  • Chine 16:53 - 12/07/2020 Chine : Un seisme secoue la ville de Tangshan
  • Sytjust-marche (2) 16:06 - 12/07/2020 Silence de Me Malick Sall : Sytjust décrète (encore) 3 jours de grève à partir du lundi
  • 109302000_3676688459027745_8773345040271013762_n
    15:54 - 12/07/2020 “Djouma 1 giga”: Les jeunes de l’Unité 10 recadrent Niang Kharagne Lô… (Senego-TV)
  • Juge-Téliko 15:49 - 12/07/2020 Supposé terrains aux magistrats, Souleymane Téliko corrige Thierno Alassane Sall