La famille Diack au cœur d’une affaire de chantage en Turquie

Après les Russes, c’est une pluie d’accusations turques de chantage qui s’abat sur la famille de Lamine Diack. Pour la première fois, note L’Obs, Khalil Diack est nommément cité, au même titre que son frère Papa Massata. Dans un article de l’Equipe, le deal de la famille Diack y est détaillé.

Selon le journal relayé par L’Obs, les deux frères tentaient d’extorquer des fonds à la Fédération Turque d’Athlétisme.  « Après Pape Massata Diack, voici Khalil Diack. Son nom n’apparaît pas dans le volet russe de l’enquête menée par la commission indépendante de l’agence mondiale antidopage. En revanche, il entre en scène sur un autre théâtre: Khalil endosse un rôle majeur dans le chantage exercé sur l’athlète turque Asli Alptekin en 2011 et 2012 », révèle L’Equipe.

Tout aurait commencé en 2012 lorsque la fédération turque d’athlétisme reçoit un courrier indiquant que sur 9 échantillons sanguins d’Asli Alp Tekin, plusieurs laissent penser au dopage. C’est là que, informe également xalimasn.com,  Pape Massata Diack entre en scène. La fédération turque d’athlétisme annonce au sportif que le fils de Lamine Diack souhaite les rencontrer au nom de l’Iaaf. Alp Tekin confie aux enquêteurs qu’il était enthousiaste que quelqu’un de l’Iaaf veuille les aider à résoudre le problème.

La première contre s’est tenue à Monaco, la deuxième à Istanbul. Papa Massata Diack leur aurait proposé de résoudre le problème contre le versement de 500 000 euros. Le conseiller en marketing de l’Iaaf aurait également expliqué aux turcs être en contact avec 10 personnes bien placées au sein de l’Iaaf et que 50 athlètes du monde bénéficient du système. L’affaire suit son cours jusqu’à l’acquittement de l’athlète en décembre 2013.

Khalil Diack entre alors en scène, recommandé par un ancien président de la fédération turque d’athlétisme qui traite Massata Diack de tous les noms d’oiseau. Khalil se serait 6 fois rendus à Istanbul. Il évoque son père Lamine. Aucune somme n’est avancée, mais il précise qu’il faudra payer. Khalil aurait demandé un I Pad pour son père et une écharpe pour sa mère. Les turcs tergiversent mais ne cèdent pas. Le 17 aout, la fédération turque condamne Alp Tekin. Les fils Diack eux, Massata et Khalil, sont dans le viseur du juge Renaud Van Ruymbeke.

3 COMMENTAIRES
  • juste

    Rien de cohérent dans votre article pour seulement un iPad et une écharpe on se déplace pour aller jusqu'en Turquie

  • senegalaise

    Entièrement d'accord avec toi juste, ils sont tellement pressés de se délecter de l'affaire Diack qu'ils n'ont aucun recul par rapport à ce dossier…nn

  • CHARLES

    Du calme c'est le poids de l'age Massata a indique que tout ca c'est simplement le poids de l'age de papa ,alors du calme . c'est rien les journalistes sont des menteurs ,le depute SARR se moque du president SALL pendant ce temps la chez la famille DIACK c'est toujours le poids de l'age.Ok mais il faut savoir cette affaire elle n'est pas senegalaise donc pas de magouille non ca passe pas.Maitre WADE lui se range du cote de la nature des choses pas d'avocats ,la nature des choses tout simplement tourne pour lui quelle chance ca c'est la baraqua.Mais attention il a lui aussi le poids le poids de l'age non he on fait quoi DOCTEUR C'EST GRAVE . HA le poids de l'age chez les DIACK je le connais il champion olympique al la mairie de DAKAR ha c'est le groupe des rappeurs sapeurs fumeurs de nana il y'a n'en pleines les poches,bon au SENEGAL oui le poids de l'age va servir de dopping pour le SENEGAL emmmmmmmerrrr qui emmmerrr quoi VOLEURS

Publiez un commentaire