Etat civil : L’administration territoriale s’engage à sensibiliser les populations

Un atelier sur la problématique de l’état civil s’est tenu ce mardi, à la mairie de Dakar. Un atelier de renforcement de capacité qui a vu la participation du sous-préfet de Dakar qui n’a pas manqué de rappeler les difficultés.

Il n’y a pas longtemps, on a vu des élèves qui devaient faire l’entré en 6eme, après 6 ans passés à l’école. Ils ont eu des problèmes à l’état civil. L’Etat a pris des mesures pour les accompagner…“, a rappelé Djiby Diallo. Et c’est forts de ce constat qu’ils ont décidé d’organiser ce genre d’atelier pour les officiers d’état civil.

Et à l’issue de cet atelier, le sous-préfet de Dakar estime avoir remarqué une demande très forte. Raison pour laquelle ils ont décidé d’aller à la rencontre des populations pour leur faire comprendre la problématique de l’état civil, aussi voir les mesures appropriées à prendre pour remédier à cette question…  D’où cette rencontre qui a surtout permis de faire savoir l’importance de l’état civil.

Pour sa part, le juge Nassirou Sané dit pouvoir “comprendre ces audiences foraines dans des régions éloignées telles que Vélingara, Sédhiou… où certaines populations sont très éloignées des structures de santé, mais également des structures d’état civil. Mine de rien on peut ne pas sentir l’Etat passer et accuser un retard. Mais à Dakar quand même, je reste convaincu que ces audiences doivent d’exceptions au non de principes. Et la preuve…, ça fait 2 ans qu’elles ne sont pas organisés…

Pour lui, on devrait inciter les gens à déclarer “parce que un (1) an quand même, on a largement le temps pour procéder. Parce qu’à la naissance, le parent dispose de six (6) mois pour déclarer. Passé ce délais, il dispose d’un délais supplémentaire de 6 autres mois pour procéder à la déclaration. Ce qui fait un total de 12 mois“, un délais, selon lui, largement suffisant pour procéder à la déclaration de la naissance.

Djiby Diallo Nassirou Sané

Un commentaire

Gueye Daouda

Ou sont les sanctions?