Annonces
Publicité
» » » » » Esclavage: Un sénégalais veut rétablir les...

Esclavage: Un sénégalais veut rétablir les liens entre les esclaves africains déportés et leurs régions d’origine

  • Couly CASSE Couly CASSE

L’archéologue sénégalais, Ibrahima Thiaw envisage, à travers le projet d’archéologie sous-marine, de « rétablir de manière symbolique » les liens entre les esclaves africains déportés aux Amériques et leurs régions d’origine.

« Nous souhaitons pouvoir, à travers cette recherche, rétablir ne serait-ce que de manière symbolique les liens entre des communautés ou des individus qui ont été pris par la force à travers ce commerce tragique et ignoble avec les régions d’où ils viennent« , a-t-il expliqué dans un entretien avec l’agence de presse sénégalaise.

Ibrahima Thiaw, responsable du Laboratoire d’archéologie de l’Institut fondamental d’Afrique Noire-IFAN-Cheikh Anta Diop de Dakar, dit détenir « des documents de familles qu’on pourrait éventuellement reconnecter avec des régions spécifiques » du continent africain.

« Ce sont des possibilités lorsque nous nous engageons dans ce champ-là de pouvoir rétablir les liens entre les communautés« , a-t-il fait valoir, rappelant l’histoire d’Alex Haley, cet écrivain américain qui, à travers ses recherches, a pu retrouver ses origines africaines, en particulier gambiennes.

Selon lui, « la bio-anthropologie (…) permet à des individus de se tester pour savoir à quel groupe ethnique, à quelle région d’Afrique, leur ancêtre avait été capturé. C’est une forme de rapprochement ente l’Afrique et la diaspora« .

« Ce sont de nouvelles possibilités de dialogue pour comprendre comment ils ont enduré cet épisode très difficile de leur histoire et de notre histoire. Donc, c’est une histoire sur le long terme« , a dit l’archéologue, ajoutant que « les résultats sont très promoteurs » dans le domaine de l’archéologie sous-marine.

« L’archéologie sous-marine nous permet de comprendre l’atrocité et la cupidité de la nature humaine. Sous l’eau, les vestiges pouvant nous raconter cette histoire sont assez nombreux« , a-t-il fait remarquer.

L’archéologue qui travaille depuis 2000 sur le site de Gorée, a ajouté : « c’est une histoire très tragique qui touche à notre vie intime de manière très profonde plus que l’on ne pense« , pour expliquer les conditions de vie des esclaves sur cette île-mémoire.

« On pense tous que l’esclave c’était l’autre. L’esclave, c’était le frère, la sœur, le neveu, l’enfant. C’étaient des familles disloquées. C’était dans la sueur et dans le sang que cela s’est produit. Parfois, les vestiges sous l’eau permettent de reconstituer ces liens« , a-t-il encore noté.

« Sous l’eau, il y’ a beaucoup de vestiges qui rendent certainement compte de ces échanges très tragiques. Lorsque les navires quittaient, c’est le cordon ombilical avec l’Afrique qui était rompu. Malheureusement, certains ne sont jamais arrivés à leur destination« , a-t-il dit.

Ibrahima Thiaw a indiqué que le projet de la plongée sous-marine sur lequel son équipe composée d’étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar travaille depuis cinq ans, « va certainement être une unité de recherche assez importante » au sein du laboratoire d’anthropologie d’ingénierie culturelle (LAIC).

« Dans le cadre d’un projet anthropologique, nous ne voulons pas continuer à faire cette recherche sans qu’elle ait une pertinence communautaire. Nous voulons travailler avec les communautés et même aider à former des individus pour qu’ils puissent plonger avec nous« , a insisté l’archéologue, enseignant-chercheur à l’UCAD.

Annonces
Annonces

4 commentaires

  • Amadou Hann
    09/11/2017 10:41

    A mon avis sa peut apporter de la haine vus le film de kounta kunter pourquoi ont l’avait arrêter. Et aussi apporter des divisions ethniques. Merci

  • satar
    09/11/2017 11:20

    Projet « bateau » dont les résultats n’auront aucun impact ni psychique, ni économique sur les afro américains (s’il s’agit du commerce triangulaire) ! Les conditions d’exploration des milieux océaniques posent problèmes d’autant plus que bon nombre d’objets peuvent être à des profondeurs inouïes (une centaine de mètres pour le plateau continental) soit enfouies de la vase ou déplacés par les courants marins ! A moins d’avoir des outillages de plongées très sophistiqués ! Bof si cela peut nous servir, tant mieux ! Intéressons nous plus à l’esclavage des temps modernes et non ceux anciens des arabo berbères, romaines, mongols, et je ne sais quoi d’autres. Cet esclavage des temps modernes qui correspond à cette déferlante humaine noire et arabe (« immigration » ! on devrait plutôt dire « émigration » ou « exode » en bon français) en direction de l’europe et les usa !!!! Hier on les prenait de force pour aller servir dans les champs en europe et usa ! Aujourd hui ces esclaves des temps modernes les esclaves des temps modernes vont se livrer aux populations blanches, en bradant les chaleurs du désert, les dangers de la méditerranée, rien que pour être des serveurs et des ouvriers esclaves dans les usines de l’homme blanc (excusez moi du terme utilisé, je ne suis pas du tout raciste, et je suis anti distinction des races humaines).

  • Abou+Faye
    09/11/2017 11:32

    Et puis ça nous apportera quoi? Est ce que ça peut ramener nos parents restés dans l’ocean?

  • babs
    09/11/2017 12:43

    ce travail est déjà en train d’être fait dans des émissions de télés-réalités.

    et d’après les résultats de tests ADN, c’est difficile d’établir des liens entres les descendants d’esclaves et les territoires d’origines car, les esclaves ce sont non seulement métissés entre eux mais également avec des populations d’origine occidentales : wasp, français, irlandais,…

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces