Education : « 222 millions d’enfants en situation de crise ont un besoin urgent d’aide »
PUBLICITÉ

Education : « 222 millions d’enfants en situation de crise ont un besoin urgent d’aide »

Une nouvelle étude de l’organisation « Éducation sans délai » révèle que 222 millions d’enfants touchés par des crises ont urgemment besoin d’une aide en matière d’éducation.

Sur ces 222 millions d’enfants et d’adolescents ayant besoin d’un soutien éducatif urgent, pas moins de 78 millions sont déscolarisés et près de 120 millions, bien que scolarisés, n’atteignent pas les compétences minimales en mathématiques ou en lecture.

De fait, parmi les élèves du primaire ou du secondaire touchés par des crises, seul un sur dix atteint ce niveau de compétence, selon ce rapport du Fonds mondial de l’ONU pour l’éducation dans les situations d’urgence et de crise prolongée, Éducation sans délai (Education Cannot Wait, ou ECW).

Le document note que près de 85% des enfants déscolarisés touchés par des crises vivent dans es situations de crise prolongée. Il s’agit, entre autres, de l’Afghanistan, la République démocratique du Congo, l’Éthiopie, du Mali, du Nigéria, du Pakistan, la Somalie, du Soudan du Sud, le Soudan et du Yémen. Avec la guerre en Ukraine, le nombre d’enfants déscolarisés s’accroît encore : d’après des estimations récentes, le conflit touche 5,7 millions d’enfants d’âge scolaire.

Plus globalement, avec cette « interruption brutale de l’éducation » de 222 millions d’enfants dans le monde, le chef de l’ONU exhorte les gouvernements, les entreprises, les fondations et les particuliers à soutenir le travail essentiel accompli par Éducation sans délai.

« Rendons l’éducation accessible à chaque enfant, où qu’il se trouve. Aidez-nous à faire perdurer 222 millions de rêves », a déclaré dans un communiqué António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies.

Alors que le monde est aux prises avec les effets dévastateurs des conflits armés, de la Covid-19 et des changements climatiques, 222 millions d’enfants et d’adolescents font l’expérience de ces « horribles réalités ». « Elles et ils rêvent de réaliser leur potentiel plutôt que d’être des victimes. Ne les abandonnez pas. Il est de notre devoir de leur dispenser une éducation et de leur donner ainsi les moyens d’atteindre leurs rêves, » a insisté lors d’un point de presse de l’ONU à Genève, Yasmine Sherif, Directrice d’ECW.

PUBLICITÉ