PUBLICITÉ

Des femmes sont battues, tuées, violées, mutilées, enfermées, harcelées selon …

 Ce dimanche 25 Novembre  sera la journée  internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, elle sera  célébrée partout dans le monde. ADHA se mobilise contre les violences faites aux femmes. A travers un communiqué parvenu à Senego, le président Adama Mbengue  souhaite  une réelle prise en charge de la question.

Les violences conjugales ont défrayé la chronique cette semaine au pays de la teranga. Alors que  ce 25 novembre, une journée d’action aura lieu contre les violences faites à l’égard des femmes.   ADHA  liste ses maux.

« Le 17 décembre 1999, par sa résolution 54/134, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 25 novembre Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et a invité les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non-gouvernementales à organiser, ce jour-là, des activités conçues pour sensibiliser l’opinion.

Dans de trop nombreux pays, les femmes et les filles sont encore considérées comme mineures, ou objets, ou esclaves et subissent des violences et autres formes de traitements cruels, inhumains et dégradants.Au Sénégal, les femmes sont victimes chaque année de violences conjugales graves, le dernier en date, Nabou Diallo et Mame Binta Ndoye, deux coépouses qui se sont battues jusqu’au sang  en Chine. Les femmes meurent tous les ans sous les coups de leurs conjoints ou ex-conjoints. « 

C’est pourquoi le président s’interroge: « Combien d’agressions sur nos fillettes ? Combien de brutalités subies par nos femmes sont passées sous silence ? Étouffées dans le carcan familial ou villageois, non reportées à la police ou non suivies d’action ? ».

Des changement s’imposent:

« ADHA encourage vivement l’Etat à faire preuve de plus de considération à l’égard des femmes et des filles.

ADHA recommande vivement le renforcement des capacités des organisations de la société civile dans la lutte contre les violences faites aux femmes et le lancement de campagnes de sensibilisation de grandes envergures afin d’éradiquer ce phénomène.

ADHA appelle à l’application rigoureuse des instruments de protection tels que: la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, la Convention contre la Torture et autres Peines ou Traitements Cruels, Inhumains ou Dégradants et la Convention sur élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des Femmes.« 

A noter que: « les violences faites aux femmes et aux filles ne sont pas que conjugales. Elles commencent souvent à l’école, se poursuivent dans la famille, dans le monde du travail, dans la rue, les transports en commun …

Qu’elles soient physiques ou psychiques, sexuelles ou culturelles, mutilations ou humiliations, toutes les violences sont inacceptables. Action pour les Droits Humains et l’Amitié s’indigne profondément de la situation que vive les filles et les femmes.

Femmes battues, niées, tuées, violées, mutilées, enfermées, harcelées, dominées, possédées.

Ainsi, c’est un déferlement d’atrocités au quotidien : viols, excisions, incestes, bastonnades et blessures, harcèlements, meurtres et agressions multiples. Et très souvent, il ne s’agit là que des faits portés devant les Cours et Tribunaux. »

Dans une récente étude, on note que 19% des femmes âgées de 15 à 49 ans affirment avoir subi des violences physiques ou sexuelles infligées par un partenaire au cours des 12 mois.

 

 

(70) commentaires

Donnez votre opinion sur le sujet !
Salla

Pertinente plaidoyer. Le Sénégal a ratifié plusieurs conventions cependant l’applicabilité reste. Par exemple la loi sur la parité

Africaine

Effectivement qu’elles soient physiques ou psychiques, sexuelles ou culturelles, mutilations ou humiliations, toutes les violences sont inacceptables

    Jeanne

    Malheureusement 2018 fut difficile pour les filles et les femmes. En milieu scolarité, elles sont victimes d’harcèlement.

      Diatta

      Merci à cette organisation qui est différente des autres qui ne parlent que de politique et de financement. Au moins vous on voit sur le terrain

    Sénégalais

    L’État à un rôle à jouer. Surtout dans les zones les plus reculées du pays, où les professeurs abus des jeunes filles

      Nadia

      Ce n’est pas seulement les professeurs même les hommes d’église

        Sylla

        Doyna warr

Sylla

Les hommes aussi sont victimes de violences, les auteurs sont les femmes

    Nafissatou

    Le pourcentage? Les hommes sont les acteurs de cette violence. Les organisations de la société civile ont un rôle à jouer

      Juriste

      C’est pas comparable avec les femmes qui sont des personnes vulnérables

Juriste

C’est vraiment grave ce qui se passe au Sénégal, 0 protection des droits des femmes

    Salla

    Downa warr

Sane

La mère c’est la vie, la femme c’est ma société

Diop

Malheureusement chaque mois il y a un cas de violences

    Sira

    La faute ?

Omar Diop

Comment protéger le droit des jeunes filles et des femmes pour éliminer cette violence faite aux femmes

Sano

Surtout les filles dans les zones les plus reculées du pays, on voit du tout et elles n’osent pas parler.

Jeo

Les autorités compétentes doivent prendre leurs responsabilités

Thierno

19% des femmes âgées de 15 à 49 ans affirment avoir subi des violences physiques ou sexuelles infligées par un partenaire au cours des 12 mois.

    Kane

    Le triple n’ose pas parler

Diompy

Les fautes n’osent pas parler et c’est des ONG et des autorités

Sanou

Doyna war. C’est grave!

Kemiste

Moi je pense qu’il y a beaucoup de choses à dénoncer sur la violence faite aux femmes

Ndiaye

Quelles solutions s’il y a crise des valeurs. Il n’y a plus d’éducation de base

Dione

IPhone 7 plus cheveux naturels pour ça elles sont prêtes à tout

    Sylla

    C’est vrai qu’il y a pire que ça. Des filles qui tombés dans leurs propres pièges après nous disent qu’elles sont victimes

      Henriette

      Vouloir le beurre et l’argent du beurre

    Las

    Ligua wakh garawna déh lol

      Diop

      Et pourquoi cette dame qui a brûlé son mari certains le défendent?

        Salima sarr

        La faute des hommes infidèles rek

Homme

Y a t’il pas de journée internationale pour l’élimination des violences faites aux hommes?

    Henriette

    Dagua doff

Ndioye

Bime rew, doyna warr

Diallo

Effectivement c’est un pertinent article qui nous permet de prendre conscience et de prendre nos responsabilités

Sow

Les médias ont un rôle à jouer malheureusement influencent négativement

Juriste Dione

Il faut l’application rigoureuse des instruments de protection.

    Africaine

    Qui osera ? Avec nos coutumes et autres… par exemple la femme de Touba qui a été torturée par son mari

Ibou

L’État doit prendre ses responsabilités même si ce sera difficile

    Justice

    C’est quoi le rôle des autorités?

Sanou

Trop de choses à dénoncer!Malheureusement ce sera difficile avec nos réalités culturelles par exemple la mutilation géniale… C’est encore une réalité même à Dakar

    Nafissatou

    Vous avez parfaitement raison

Daouda mane

Ndeyssan man mom je suis violenté par ma femme et si je veux riposter,sama Kjell dafay dem thi justice,té chaque fois qu’on a des problèmes pakka ley gannayo

    Marie

    lol ????

    Samba

    Il blaque way

    Kane

    Faut voir Foster le président des maris bâttus ?

    Diadé

    Mr Mane faut répondre svp

Oumou Ndir

Est-il sérieux

Justiciable

C’est comme le cas de Aïda Mbacke je vous conseille d’aller à la politique ou les conseils de quartier

    Nene

    C’est un cas appart ça

Justiciable

Faut avoir le courage d’aller dénoncer ça aux autorités

    Kalse

    Pourquoi moh lolou? Le problème est plus large!

Cheikh Gaye

Que dirait on pour les femmes qui agressent en plein jour un homme digne ? Jerejefaty

    Zales

    Faut pas faire hors sujet

    Ndiagua

    Cheikh kagne moh lolou

    Juriste

    Agresser comment?

Anna

Ke pense qu’il faut se pencher sur le problème, chaque jour doit être une journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.

    Moussa

    Parfaitement raison!

Maty

Merci pour ce brillant article, nous attendons les activités en espérant qu’il y aura changement.

    Zales

    J’adore cet article

Lakhade

toutes les formes de violences sont inacceptables surtout chez des personnes vulnérables

Lame

L’Etat doit en réalité faire preuve de plus de considération à l’égard des femmes et des filles.

Diagne

En réalité c’est un problème culturel. Par exemple combien de filles à cause de leur culture ont été victimes de mutilation géniale

Patriote

Gni faléwougnou kéne

    Pas

    Mbaye Prodac ki engage des filles, ???⛏

Pam

Surtout les jeunes filles!

Patriote

L’état dore marteau rek la tal

Mbendy

Kou si moytouwoule l’argent facile, do to k dafati

    Adjia

    Xaral bah séne journée mondiale ?

Publier un commentaire