Annonces
Publicité
» » » » » Valorisation des produits locaux : Des femmes de...

Valorisation des produits locaux : Des femmes de Tamba formées aux techniques de transformation du lait

  • Cheikh Kandé Cheikh Kandé

Le service régional de l’élevage de Tambacounda soutenu par l’Ong SPD dirigée par les sœurs de l’immaculée conception de Mbour ont procédé à la formation des femmes sur la technique de transformation du lait en fromage, brochette et jus.

Un renforcement des capacités qui va permettre aux femmes de maîtriser le procédé de fabrication du produit appelé à Tamba «Budi Kossam ». «Budi Kossam» est un fromage à base de lait naturel de vache.

C’est un produit adapté aux zones qui reçoivent difficilement du poisson ou de la viande. Il y a deux types de conservation du produit. Celle faite à l’aide d’un frigo et celle obtenue avec de l’eau et du sel. Il peut être conservé durant 6 mois. Selon Jean Didas, un des spécialistes, il faut 7 à 8 litres de lait pour un kilogramme de fromage « Budi Kossam ».

La transformation se fait à base de lait et de citron. Le citron permet au lait de se former en pâtes molles qui vont à leur tour former le fromage. Il faut d’abord filtrer le lait, bouillir pendant 30 mn, mettre le citron par tasse de thé, un litre de lait pour une tasse de citron. Laisser bouillir pendant 5 à 10 mn pour en suite extraire les différentes pâtes qui se forment.

Ce sont ces pâtes qui vont former le fromage en une galette. A la fin de ce processus, c’est le fromage obtenu qui est dénommé « Budi Kossam ». L’utilité dudit fromage est de remplacer la viande et le poisson dans les plats quotidiens. C’est un aliment qui est constitué de 5 vitamines (A, D, E, K), qui sont tous utiles à la bonne santé humaine.

Le citron ajouté pendant la transformation donne de la vitamine C qui joue un grand rôle contre la fatigue. Avec ce fromage, on peut faire des brochettes, du « yassa », des beignets, etc. Après avoir fini d’extraire la galette, il reste un liquide au fond de la marmite qui est appelé « petit lait », parce qu’il se présente sous la forme de lait avec les mêmes ingrédients que le lait.

En plus, il joue le même rôle que le fromage. Plusieurs sortes de jus peuvent être obtenues à partir de ce « petit lait ». Par rapport au goût souhaité, on peut y ajouter du citron, du lait en poudre, du gingembre, etc.

Il contribue efficacement à la lutte contre le paludisme, le diabète, la ménopause, les soucis sexuels des hommes, etc. « Avec le petit lait, fini l’inefficacité sexuelle des hommes », dit-on. Seulement il n’existe pas encore de technique de conservation adaptée pour ce « petit lait ». On ne peut que le conserver pendant 24 heures s’il n’est pas dans un frigo.

Dr Rosalie Seck Gbéti, chef service régional de l’élevage, précise que parmi les femmes bénéficiaires de ladite formation, des relais vont descendre sur le terrain pour démultiplier la formation auprès d’autres femmes afin de toucher le maximum dans l’ensemble de la région de Tambacounda. Il s’agit de répondre favorablement au nombre important de demandes enregistrées partout dans la région. (Soleil)

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *