PROGRAMME DE LA COUPE DU MONDE 2018 EN RUSSIE

STADE DE SAINT-PÉTERSBOURG, SAINT-PÉTERSBOURG

19 juin 2018, 18:00

STADE DU SPARTAK, MOSCOU

19 juin 2018, 15:00

STADE DE MORDOVIE, SARANSK

19 juin 2018, 12:00

STADE LOUJNIKI, MOSCOU

20 juin 2018, 12:00

ROSTOV ARENA, ROSTOV-SUR-LE-DON

20 juin 2018, 15:00

KAZAN ARENA, KAZAN

20 juin 2018, 18:00

Annonces
» » » » » » Transhumance animale et «Trans-Humanité»...

Transhumance animale et «Trans-Humanité» politique au Sénégal : Une analogie évidente (Par Ciré DIA) )

Le terme  transhumance  vient des mots latins trans (de l’autre côté) et humus (la terre, le pays) ;  il signifie stricto-sensu une migration périodique de bétail vers des prairies plus abondantes. 

C’est donc un  phénomène, à l’origine, applicable  au monde animal et qui désigne dans son acception primitive ou bestiale le mouvement naturel vital d’un troupeau à la recherche de verts pâturages ou de sources de subsistance, comme on le remarque chez les zèbres ou les buffles traversant les lacs ou les fleuves au péril de leurs vies. La transhumance animale apparaît, de ce point de vue, comme un mouvement instinctif ou spontané de l’animal à trouver des moyens de subsistance pour assurer sa survie. Vue sur cet angle, cette migration animale ou transhumance est donc inscrite dans les gènes de l’animal ; en tant que telle, elle est loin d’être volontaire ou réfléchie.

Pourtant, les termes de «transhumant» ou de «transhumance» sont de plus en plus utilisés dans l’univers politique pour caractériser ce mouvement – du terme grec trans – qu’effectue un homme politique quittant une formation politique pour rejoindre directement ou indirectement une autre formation politique. Motivée  par l’«instinct» de survie, comme c’est le cas pour la bête, la transhumance politique résulte cependant d’un acte opportuniste, calculé, pensé, découlant d’une stratégie de positionnement politicien visant à assouvir la soif de pouvoir ou de privilèges «de l’animal politique» qui sommeille en nous. En ce sens, la transhumance politique devient trans-humanité du fait qu’elle atrophie l’humanité en nous par une corruption  des valeurs qui sous-tendent la vie en commun, par un divorce avec  la Respublica (la chose publique en latin) et par une consécration des intérêts privés sur l’intérêt de tous, par le triomphe des volontés particulières sur la volonté générale.

Ce phénomène de la transhumance politique existe certes depuis toujours et prospère dans plusieurs pays, mais sa récurrence, sa recrudescence et son intensité sont plus remarquées en Afrique et en particulier dans les pays où paradoxalement le multipartisme, pour ne pas dire la démocratie «tropicalisée» ou «arithmétique» est en vigueur. Au Sénégal, la transhumance est devenue le sport favori de la classe politique de telle sorte qu’elle a réussi à faire voler en éclats les clivages idéologiques, à brouiller les convictions politiques pour  céder  la place à un imbroglio politique impossible à démêler même par les politologues les plus chevronnés. En effet, il n’est pas rare dans le paysage politique sénégalais de voir un trotskiste, se muer tour à tour à un marxiste-léniniste, à un socialiste et à un libéral radical.

La question légitime qu’on pourrait se poser même si on sait que le champ politique n’est pas aussi rigide que celui de la religion, est celle de savoir comment un socialiste de souche peut-il renier, en un laps de temps, ses convictions idéologiques au point de se transformer en un libéral de vocation et/ou de raison ? Nul besoin d’aller chercher la solution à cette équation dans les prétendues justifications tirées par les cheveux que nous servent «les transhumants invétérés» du genre : «Je suis intéressé par le peuple» ou encore «quand le Président m’appelle, c’est un devoir de lui répondre». Au fond, quels que soient les alibis grotesques, les prétextes fallacieux ou les rhétoriques sophistiques dont les politiciens ont le secret, la raison principale qui commande leur mutation «partisane» n’est ni plus, ni moins que d’ordre pécuniaire, pour ne pas dire de manière crue alimentaire. Certes, le modus operandi peut varier, mais la finalité est la même : se positionner pour bénéficier des délices du pouvoir.

Les transhumants les plus téméraires ou les moins subtiles quittent simplement une formation politique moins «lucrative» ou «moins attractive» et, sans transition aucune, se retrouvent le plus souvent dans le parti politique le plus offrant ; et c’est généralement le parti qui est au pouvoir. Les transhumants les plus stratèges ou les plus fins pour leur part, avant d’effectuer une adhésion directe au parti présidentiel, opèrent une feinte politique à l’orée des prochaines échéances électorales, consistant à créer leur propre parti ou leur mouvement politique pour se donner une illusoire bonne conscience ou faire une amende honorable auprès du peuple. On assiste alors à une sorte de jeu d’échec politique où le transhumant cherche de son côté à bénéficier des largesses du pouvoir et que celui-ci, à son tour, essaie de tirer profit de ce partenariat de circonstance en jouant sur la cupidité et la vulnérabilité du premier.

Toutefois, bon nombre de transhumants politiques ne le font pas toujours par choix politiques, car ils subissent le plus souvent le chantage du pouvoir. Lequel détenant des informations compromettantes à leur égard ou des rapports accablants envers leurs personnes, brandit ainsi la menace de poursuites judiciaires pour enrôler ces nomades politiques dans son juron. Ce «lambi golo» politique (combats de gorilles en wolof) ou cette bataille stratégique de dupes que se livrent ces deux bêtes politiques, à savoir «le trans-humain» – excusez du néologisme – et le pouvoir ou le «monstre froid», pour reprendre les mots de Nietzsche, ne place guère les intérêts du peuple au premier plan.

Cette alliance  politicienne entre le transhumant et le pouvoir n’a d’autre finalité que le partage du «gâteau étatique»  et le pillage des ressources du pays. Autant affirmer que la transhumance n’a rien d’éthique ou de morale, car elle accorde la primauté aux désirs purement égoïstes, aux intérêts personnels, à la satisfaction immédiate et elle ne s’accommode guère du devenir de la nation. Sous ce rapport, la transhumance politique coïncide avec la transhumance animale par sa finalité, à savoir la quête de sources de subsistance même si elles se  distinguent dans leurs modalités, car  celle animal est involontaire, spontanée et inscrite dans ses gênes alors que celle politique est voulue, calculée et mûrement réfléchie, pour ne pas dire perverse.

Bref, une condamnation sans appel de la transhumance politique est plus que nécessaire pour assainir les mœurs politiques, pour éclairer le choix des électeurs, pour démasquer les opportunistes sans vergogne et sauver le peuple de ces «charognards» prêts à tout pour festoyer sur leur misère.

 

Ce contenu une Contribution ou un Publireportage:

L’internaute qui apporte une contribution au site senego.com quelle qu’elle soit s’engage à ce que celle-ci ne comporte aucun élément quelconque susceptible de violer le droit des tiers, et de donner lieu à des actions fondées notamment sur le plagiat, la responsabilité civile ou encore les délits prévus par la loi, notamment diffamation, injure, ou non-respect des dispositions d’ordre public telles que provocation aux crimes et délits, et crimes contre l’humanité et provocation à la discrimination, à la haine et à la violence.

Senego.com n'endosse en aucun cas la responsabilité sur les contributions d'utilisateurs ainsi que les opinions, recommandations ou de conseils exprimés au travers de celles-ci. Nous déclinons expressément toute responsabilité concernant l'information et l'utilisation de ces informations, Nous nous réservons le droit de supprimer du contenu d'utilisateur sans information ni formalité préalable, lorsque le caractère manifestement illicite et/ou contraire aux présentes dudit contenu serait porté à la connaissance.

Annonces

14 commentaires

  • focus
    21 mai 2018 12 h 04 min

    On doit les fusiller c est des vampirs ils s abreuvent avec le sang du peuple senegalais

  • sfmmboup
    21 mai 2018 12 h 05 min

    Les ndiayenes sont les grands transhumants

  • focus
    21 mai 2018 12 h 12 min

    Bizarement oui souleymane ndene ndiaye awa koudou ndiaye serigne mbacke ndiaye ntap ndiaye bamba ndiaye sada ndiaye et j en passe mais ils sont d ou?en tout cas pas de Ndiadiagne ndiaye

  • Aziz Thiam
    21 mai 2018 12 h 15 min

    Pourquoi tous les grands transhumants sant Ndiaye…serigne mbacke Ndiaye. Awa Ndiaye. Sada Ndiaye. Souleymane ndene Ndiaye. Innocence . Bamba Ndiaye etc

  • Sfm Mboup
    21 mai 2018 12 h 26 min

    Non les descendants de ndiadiane ndiaye sont honnête s

  • Khalid Ibn walid
    21 mai 2018 12 h 35 min

    Brouteurs !!!

  • JENOU
    21 mai 2018 12 h 54 min

    Ces gens font la honte de ce pays. Une loi contre la transhumance doit voir le jour dans ce pays.

  • Moïse
    21 mai 2018 12 h 56 min

    Bonne question pourquoi les ndiayene….en wolof Ndiaye peut être traduit par vente donc c’est simple.. ils se sont VENDUS….

  • mouhamadou moustapha niang
    21 mai 2018 12 h 59 min

    Ce sont vampires politiques tot ou tard ils paieront cher

  • lodia
    21 mai 2018 13 h 39 min

    tu es impoli professeur.

  • lodia
    21 mai 2018 13 h 43 min

    et ceux qui quitte le pouvoir pour aller dans l’opposition en insultant le pouvoir qu’ils viennent de quitter comme des lâches on les appelle qoui???? merde il faut respecter le choix des gens .ya que vous les soit disants intellectuels ou genre professeurs qui etouffent ce pays.on s’en fou

  • Moïse
    21 mai 2018 13 h 53 min

    Le professeur dit la vérité..que ceux qui se sentent morveux….

  • NDar NDar
    21 mai 2018 14 h 39 min

    Leurs grands-parents furent des esclaves dans la cour du roi Alboury c’est d’où leur est venu le nom de famille pour couper ils sont tous des bâtards de la pire espèce

  • Ndiogou FALL
    21 mai 2018 18 h 20 min

    Transhumanité ou njaamité ou jaamu sa yité même chose du yefu gor

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez nos applications mobiles et restez informé ! Téléchargez notre application Android Téléchargez notre application iPhone