Tension de trésorerie :Ahmadou Al Aminou Lô dément…

Une tension de trésorerie a été évoquée par certains économistes pour caractériser la situation que traverse présentement l’économie sénégalaise . Pis encore, le régime est dans l’incapacité de faire face à toutes ses dettes  ou à ses engagements financiers. Une information battue en brèche par le directeur de la Bceao, Ahmadou Al Aminou Lô. 

Sur les ondes de la Radio ZikFm, il précise que “les comptes bancaires de l’Etat du Sénégal sont liquides contrairement à ce qu’avancent certains”,  a t-il déclare.-Lors de la conférence de presse tenue à l’issue d’une réunion de la banque et de ses partenaires. a t-il déclaré

Meïssa Babou avait pris le contre-pied du gouvernement et souligne que l’explication la plus simple de la situation du pays, c’est la tension de trésorerie chronique. «Je crois que le plus facile à expliquer, c’est peut-être le contexte local. Une trésorerie publique dont le déficit est devenu chronique. On en parle depuis 2016, 2017, 2018. Je crois que les difficultés de prévision ne se réalisant pas, l’Etat a compris qu’il fallait peut-être surseoir à quelque chose et ramener le chiffre à moins 100 milliards ou bien moins 300 milliards. Par conséquent, être plus réaliste. Mais je crois qu’il n’y a pas d’autre explication».

Le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, était monté au créneau pour démentir les informations circulant et relatives à une tension de trésorerie au niveau de l’Etat.

Annonces

Une tension se traduisant, par des accumulations d’arriérés de paiements importants vis-à-vis d’entreprises exécutant des investissements publics, avait soutenu Abdoulaye Daouda Diallo dans communiqué pour s’expliquer.

Il indique que le processus d’exécution du budget 2019 se déroule normalement avec un rythme de recouvrement correct des recettes ainsi qu’une prise en charge satisfaisante des dépenses.

Depuis le 15 avril 2019, une enveloppe globale d’un montant de quatre cent quatre-vingt-onze milliards neuf cent quarante-quatre millions (491,944 milliards) de FCFA a été mobilisée pour la prise en charge des dépenses de personnel pour 146,490 milliards de FCFA, pour le remboursement du service de la dette publique pour 117,216 milliards de FCFA et le paiement des prestataires de services et des décomptes dus aux entreprises exécutant des travaux au titre des projets et programmes d’investissements publics pour 228,239 milliards de FCFA…

Ahmadou Al Aminou Lô Démentir

Un commentaire

Ndoye

entre ce suppôt du trésor français et la banque mondial on choisi la banque mondiale qui est d’un avis contraire ce pays est dans la merde