PUBLICITÉ
« Serigne ci, sen talibé yi gno len def serigne, pas Etat wala Constitution, ay citoyen simple lagn »
PUBLICITÉ

« Serigne ci, sen talibé yi gno len def serigne, pas Etat wala Constitution, ay citoyen simple lagn »

Mame Thierno Ibrahima Mbacké a reçu la presse sénégalaise lors du Grand Magal de Touba. Lors de l’entretien, il en a profité pour rappeler aux Sénégalais qui leur demandent souvent d’intervenir ou de faire des sorties, que les Chefs religieux n’ont pas de statut dans la Constitution sénégalaise. Elle ne les reconnaît même pas. Borom Darou indique que ces derniers sont dès lors considérés comme des personnes ordinaires.

PUBLICITÉ

« A chaque fois, on interpelle les chefs religieux. Mais la plupart des sénégalais ne se sont pas rendus compte que dans la constitution, ceux qu’ils appellent chef religieux n’ont pas de statut particulier. Dans cette constitution, il n’y a pas de différence entre un chef religieux et un citoyen simple. Chef religieux ne figure nul part dans la constitution », a expliqué le petit fils et homonyme du frère de Cheikh Ahmadou Bamba dans cette vidéo exploitée par Senego.

Selon le fils de Serigne Ousmane Mbacké, ils sont considérés comme des citoyens simples et ordinaires. « Souvent, les gens interpellent les chefs religieux disant qu’ils doivent parler, qu’ils doivent faire quelque chose mais en réalité ces personnes ce sont leurs disciples qui les considèrent comme des Chefs religieux mais ce n’est ni l’Etat sénégalais ni la Constitution sénégalaise. A ceux qui nous interpellent souvent, qu’ils sachent que les chefs religieux sont tout simplement des citoyens ordinaires », a-t-il conclu.

#BoromDarou #ChefReligieuxAuSénégal #ConstitutionSénégalaise

PUBLICITÉ

4 commentaire

  1. Tik

    revoilà l’ancien manequin devenu serigne senegal dafa nexxxxx

    1. avocat

      Impoli ! Tu inventes des contre-vérités ! Ce Mbacké – Mbacké là n’a rien à voir avec les mondanités. Il s’est toujours confiné dans ses champs, vivant d’agriculture et de prières.

  2. sadio

    Kou bari defa Wara liguey nguir diap sa borrome.

  3. Lamine Diop

    Il ne manque plus que ça : élections maraboutiques avec pour but d’être le gardien de la constitution spirituelle, payé avec tout les honneurs ?