Révolution de l’huile de palme à Thionk Essyl : La Direction de la Recherche et de l’Innovation transforme l’agriculture

Révolution de l’huile de palme à Thionk Essyl : La Direction de la Recherche et de l’Innovation transforme l’agriculture

La Direction de la Recherche et de l’Innovation, sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, se penche activement sur l’exploitation de l’huile de palme. Dirigée par le Professeur Gallo Diop, cette direction soutient les femmes maraîchères du GIE Thionk Essyl Gnaganane Kafanta. Dans cette optique, une presse à huile leur a été offerte pour alléger leur travail et améliorer la production de l’huile de palme.

Dr Lucie Awa Thione, chargée du projet Palmier à huile au sein du ministère de l’Enseignement supérieur, a souligné l’objectif de sa visite à Thionk Essyl : former les femmes à l’utilisation de la presse à huile. « Elles ont une bonne production, mais la transformation se faisait de manière artisanale. Nous leur avons fourni une presse à huile dont le prototype a été fabriqué à l’EPT de Thiès. Cette presse permet aux femmes d’alléger les travaux de transformation. Nous sommes venus les former à son utilisation », explique cette spécialiste en botanique.

Pour améliorer les conditions de travail des maraîchères, Dr Thione insiste sur la nécessité d’installer un système de goutte-à-goutte et des plaques solaires pour réduire les coûts d’électricité, ainsi que de les accompagner dans le compostage pour réduire l’utilisation d’engrais chimiques et favoriser une production biologique, ce qui permettra de labelliser l’huile de palme produite à Thionk Essyl. « Nous devons les aider à se connecter avec des opérateurs pour faciliter l’écoulement de leurs productions », ajoute-t-elle.

Le projet, lancé en 2006, est en fin de cycle et nécessite une innovation pour évoluer vers un programme national. « Il faut augmenter la superficie des plantations pour aller vers l’industrialisation de la production de l’huile de palme, produire des graines pré-germées par les chercheurs et disséminer les plantations à l’échelle nationale », propose Dr Thione.

Safietou Sambou, présidente du GIE Thionk Essyl Gnaganane Kafanta, rappelle que le jardin a été créé en 1977 avec 77 femmes et que les premiers palmiers ont été plantés en 1981. « Nous attendons des aides et un soutien accru du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Avec 251 palmiers, si la presse fonctionne correctement, nous aurons une production suffisante d’huile de palme. Nous demandons également le soutien de Mary Teuw Niane, Directeur de cabinet du chef de l’Etat, qui a visité notre bloc maraîcher. Nous remercions le Dr Abdourahmane Diouf pour cette précieuse aide et espérons qu’il viendra nous rendre visite », ajoute-t-elle.

Cette initiative marque une avancée significative dans l’amélioration des conditions de travail des femmes maraîchères de Thionk Essyl et dans la production de l’huile de palme, ouvrant la voie à une production plus durable et industrialisée.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire