Production nationale de riz paddy: Un record de 430 000 tonnes pour 2014

Dans une dépêche publiée par l’Agence sénégalaise de presse et parcourue par votre site de référence senego.com, le directeur général adjoint de la Société nationale d’aménagement et d’exploitation des terres du delta et de la vallée du fleuve Sénégal et de la Falémé (SAED), Seyni Ndao a indiqué que la production de riz paddy pour la campagne de 2014 a atteint un record de 430 mille tonnes, soit un bon de 33% par rapport aux cinq dernières années.

‘’En contre-saison, nous avons fait une progression de 230 mille tonne de paddy avec des rendements record de 7,5 tonnes à l’hectare et en hivernage une production de 200 mille tonnes. Ce qui fait 430 mille tonnes’’, a-t-il dit, lors de la tournée annuelle de presse de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) du 3 au 5 mars dans la région de Saint-Louis.

Ce record s’explique par les mesures prises par l’Etat pour lever certaines contraintes relatives aux axes hydrauliques, la mise en place à temps des intrants agricoles, la réfection des périmètres agricoles et les mesures prises en milieu d’année avec 20 milliards de francs dégagés pour la Vallée.

 »Mais l’impact de cette somme se verra lors des prochaines campagnes. N’empêche, en ce début d’année, des mesures ont été prises avec la subvention des intrants et la réfection des aménagements », a-t-il soutenu.

Abordant le Projet d’amélioration de la productivité du riz (PAPRIZ), il a salué sa contribution à l’amélioration des performances des producteurs avec la mise sur pied d’un système amélioré de gestion agricole même si les besoins nationaux reste encore un défi.

Il a en outre précisé que pour la contre saison 2015, les intentions de mise en valeur tournent autour de 40 milles hectares emblavés mais les prévisions sont de 54 mille.

Cette tournée a permis avec une délégation de la SAED de visiter la rizerie de Coumba Nor Thiam à Rosso et de celle de Richard Toll gérée par le GIE Malal Yoro Gueye qui bénéficient chacune d’un équipement de calibrage du paddy offert par la JICA dans le cadre du PAPRIZ.

Selon la présidente du GIE, Korka Diaw, ‘’le probléme d’écoulement du riz local est une histoire ancienne depuis que nous avons acquis ces équipements, grâce à la JICA et à la SAED ».

 »Le problème de la qualité ne se pose plus et les prix sont restés les mêmes pour les consommateurs — 280 Fcfa le kilo pour le gros riz et 225 Fcfa le kilo pour le riz brisé– ’’ a-t-elle fait savoir.

5 COMMENTAIRES
  • sidy

    un pas important vient d’etre franchi, reste maintenant le probleme recurrent de la commercialisation.
    Bravo Monsieur le President!

  • kupukala

    Il nous faut produire ce que nous consommons, et consommer ce que nous produisons.

  • Jax

    Et nous consommons tjrs du riz importé.Quand allons-nous comprendre que le développement implique forcément de consommer ce que nous produisons?

  • toutou

    c toujour bon de produire ce qu’on mange je suis pour la consommation local tel l’oignon local plus on consomme plus le producteur augmente la qualité de leur produit

  • Rahom

    C’est pas vrai. Le record est de 650 000t, il a été realise n 2009. Et c’est largement insuffisant pour atteindre l’objectif en 2017. 450 000t en 2015/2015, c’est trop peu pour le tintamarre qui est fait, qu’est ce qui a augmenté, peut être c’est par rapport à l’année derniere ou la production etait catastrophique. Soyons sérieux.

Publiez un commentaire