BRVM-10 184,14 0,18 BRVM-C 193,59 -0,11 Dernière mise à jour : Vendredi, 21 septembre, 2018 - 22:45

BOA SN

-2,27

SONATEL

0,00

TOTAL SN

0,00
PROGRAMMES TV
Votre Horoscope du jour En ce moment à Dakar 27° partly-cloudy-night
Annonces

Procès Khalifa Sall: Les esprits s’échauffent entre avocats de la défense et de l’Etat…

avocats défense, Partie civile, Procès Khalifa Sall

« J’ai horreur de recourir aux mesures extrêmes…« , a prévenu, dès son entrée dans la salle le juge Demba Kandji. Qui est revenu sur l’incident de ce lundi, qui a occasionné l’expulsion de la salle des partisans de Khalifa Sall qui ont manifesté leur opposition face au comportement du juge, traitant le président du tribunal de corrompu.

Une manière pour le juge Kandji de faire savoir au public qu’il ne veut pas recourir à son pouvoir de police judiciaire…

Le procès en appel de Khalifa Sall a repris ce matin à la salle 4. Les avocats de Khalifa Sall ont ouvert le bal en insistant sur les exceptions qu’ils avaient soulevées le premier jour du procès, toutes rejetées par le juge qui reste toujours intransigeant sur la question. « Il est hors de question de revenir là-dessus…« , reste catégorique Demba Kandji.

Toutefois, les avocats du maire de Dakar sont persuadés que les droits de la défense ont été violés, particulièrement ce lundi où, après que le public  a été expulsé de la salle, Me Bowicz estime qu’eux aussi, en tant que conseils de Khalifa Sall, ont suivi le peuple dans leur élan de solidarité. Il en a profité pour dénoncer le fait que leur client soit appelé devant la barre alors que ses avocats étaient absents de la salle d’audience…

« C’est faux de dire qu’ils ont suivi les gens qui ont été expulsés…« , a rétorqué Me Yérim Sow qui s’adressait aux avocats de la défense. Une phrase qu’il ne fallait pas dire car, très remontés, les avocats du député-maire sont montés au créneau pour lui rabattre le caquet.

« Ne nous traitez pas de menteurs…« , tonnent Me Ousseynou Fall et Cie. Occasionnant des échanges houleux entre les deux parties.

Le juge était obligé de suspendre la séance le temps de calmer les ardeurs…

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *