PUBLICITÉ
Ironie

Ndoumbélane : Une esthétisation de la médiocrité (Par Alassane K. Kitane)

Ndoumbélane est ce pays où les suspects riches sont blanchis par un certain clergé religieux avant même que la justice ne fasse son travail. C’est le pays où des liturgies religieuses sont faites en l’honneur d’un voleur pour l’absoudre devant « Dieu » et les hommes. Mon cher Ndoumbélane est le pays où la peopolisation a étendu ses tentacules jusque dans la sphère religieuse. Ndoumbélane est cet étrange pays où le guide religieux snobe le peuple par ses belles voitures et expose ses belles épouses dans les cérémonies religieuses comme celles civiles. Ndoumbélane est le pays où le chef de l’État peut se permettre tous les abus sans jamais courir le risque de se faire rappeler à l’ordre ni par les institutions politiques ni par les contre-pouvoirs.

Ce pays que l’on veut construire sans la rationalité, s’appelle Ndoumbélane : les relations humaines, le développement du pays, la réussite individuelle, ne sont pas le fruit de la raison et du mérite. En observant ce pays on ne peut pas ne pas se demander pourquoi le prophète Muhammad (PSL) et ses apôtres travaillaient ? Contrairement aux gens de Ndoumbélane, les croyants dans les autres pays du monde comprennent que la foi sans la raison n’est que supercherie, superstition, fanatisme inhibant. La raison est à la foi ce que le seau qui puise l’eau est au puits : nul ne peut avoir la foi s’il ne fait usage de sa raison. La connaissance de Dieu requiert tellement de sacrifices que seuls ceux qui sont nantis de bonne volonté peuvent y consentir. Mais la paresse empêche de méditer et la foi, dans ce pays, éloigne de Dieu.

Connaissez-vous mon beau pays ? C’est Ndoumbélane, ce pays où le plus grand président-menteur trouve des savants pour transformer ses fables politiques en vérités absolues et ses errements économiques en « vision éclairée ». Ce pays où les savants n’ont de science que pour valider les folies du Prince, quelles qu’elles soient, s’appelle Ndoumbélane. Pire que le sophiste, le savant de Ndoumbélane vend la vérité au plus offrant. Pour ce funeste savant comme pour le sophiste à l’époque de Socrate,  parler « c’est moins parler de… » que « parler à… » : il change de discours dès qu’il change d’interlocuteur ou de position politique. Un Savant qui craint la vérité et ses conséquences n’est pas un savant, c’est un apôtre du mensonge qui se sert de la morale pour occulter la vérité.

Alors vous voyez pourquoi n’importe quel névrosé ou drogué peut se prévaloir du statut de guide religieux dans ce pays ! Et les enfants dans tout ça ? La république est morte à Ndoumbélane et l’avenir est bouché, car elle n’offre pas de perspective aux jeunes : elle les abandonne alors, sans aucune forme de remords, à de vulgaires charlatans. Une république qui n’est pas capable de couver ses enfants et de les protéger contre tous ces prédateurs n’a aucune indépendance : elle a troqué une dépendance extérieure contre celle indigène.

Le Casse-pieds de Ndoumbélane

Kitane Ndoumbélane
Annonces

(3) commentaires

Deg Camou

Cét chronik me plaît bcoup

Baba99

Bravo. J’approuve à 90 %.

Malick Diallo

Cest domage doumbelane nous faut honte avec ses armada de marabouts politiciens wui critque les danseurs au lieu de criquer les vileur comme mamour diallo le plus grand voleur de la planete ces marbouts verreux nous fait honte ce marabout a perdu sa dignete a cause des muette en bas doumbelane qui a perdu sa dignter il font croire aux pere noel je pense ce monsieur la nas prie excemple sur babakh un vraie excemple cher marabout mefier vous des sale politiciens voleurs il vont ternire votre image de marque faites attention a largent facile dieu vous vois est demain cest la tombe la tombe elle est infoudriable ya pas de marabout ni chef de letat

Publier un commentaire