Mali : Arrestation de dix cadres de l’opposition pour complot contre le gouvernement

Mali : Arrestation de dix cadres de l’opposition pour complot contre le gouvernement

Au Mali, dix cadres de l’opposition ont été placés sous mandat de dépôt lundi 24 juin dans l’après-midi. Membres de la Déclaration du 31 mars, regroupant la quasi-totalité des partis politiques maliens œuvrant pour le retour à l’ordre constitutionnel, ils avaient été arrêtés jeudi 20 juin alors qu’ils se réunissaient au domicile de l’un d’entre eux. Ils resteront détenus jusqu’à leur jugement notamment pour ‘opposition à l’exercice de l’autorité légitime’.

Les charges retenues contre eux incluent ‘attentat’ et ‘complot’ contre le gouvernement, ainsi que ‘opposition à l’exercice de l’autorité légitime’ et atteinte à l’ordre public, selon les articles 45, 46 et 84 du Code pénal malien. Sur les onze cadres arrêtés, l’ancien ministre Mohamed Ali Bathily, en raison de son statut d’avocat, avait été libéré vendredi soir. On ignore pour l’instant s’il sera poursuivi dans une procédure spécifique.

Les dix autres membres, placés sous mandat de dépôt par le Tribunal de la commune V de Bamako, n’ont pas vu leurs accusations clarifiées par le parquet, que RFI a sollicité sans réponse. Lors de leur arrestation, ces anciens ministres et dirigeants de partis politiques, membres de la Déclaration du 31 mars, travaillaient sur un projet de règlement intérieur pour leur regroupement et cherchaient à organiser des actions communes comme des conférences de presse et des rassemblements pour pousser à l’organisation d’élections et au retour à l’ordre constitutionnel.

En avril dernier, les autorités maliennes de transition avaient suspendu, par décret, toutes les activités politiques des partis et associations dans le pays. Les avocats de la défense contestent la légalité de ce décret et des arrestations en arguant qu’elles n’auraient pas respecté la procédure. L’un des avocats s’indigne de cette situation en se demandant ‘qui est dans l’illégalité’.

Pour l’instant, aucune date n’a été fixée pour le jugement des dix cadres de l’opposition.

2 COMMENTAIRES
  • Doumbia

    C’est la dictature au vrai sens du mot maintenant. Il faut que le peuple malien refuge a tout prix cette diktat

  • DEUG NEKHOUL

    Les militaires ne sont pas faits pour gouverner

Publiez un commentaire