Le Témoin: les journalistes déplorent les licenciements et réclament leurs salaires, MON calme le jeu

Le Témoin: les journalistes déplorent les licenciements et réclament leurs salaires, MON calme le jeu
Rien ne va plus entre les journalistes du Global Media Communication, le groupe éditeur du journal Témoin et leurs employeurs. En effet, les agents de la presse réclament des arrières de salaire depuis le mois le mois de juin.
« Ils n’ont pas payé les salaires du mois de juin. Ils ont fait une avance 1/5 du salaire pour la Korité. Certains se sont retrouvés avec quarante cinq mille francs (45.000) pour la fête. Ils n’ont pas encore donné les salaires de juillet. Ils ont même libéré des stagiaires,  une vingtaine presque », explique la source qui a joint Senego. A l’en croire, les difficultés financières du Groupe ne datent pas d’aujourd’hui.
 » Ces difficultés financières datent de près de six (6) mois maintenant. Pire, ils nous coupent l’ipres et l’ipm et on ne voit aucune amélioration de nos conditions de travail », se plaint-elle.
Pour finir, les conditions de reportage sont à déplorer, dit-elle: « depuis mars 2015, il n’y a ni téléphone pour les reportages et la mobilité est réduite avec une voiture qu’on ne voit jamais ». 
Joint au téléphone par Senego, le Directeur de la Publication, Mamadou Oumar Ndiaye démonte les allégations de ses agents et donne sa version des faits.
« Il ne faut pas exagérer car cela ne dure pas depuis six mois. Je reconnais effectivement qu’on leur doit un mois et demi de salaire, la moitié du mois de juin et le mois entier de juillet », fait savoir MON.
Il reconnait aussi avoir arrêter certains stagiaires, mais pas pour les raisons avancées de ses journalistes. « Un stage est un stage, on maintient l’individu ou non s’il ne donne pas satisfaction. En l’espace, on était asphyxié financièrement car la masse salariale était énorme. On a recruté beaucoup de stagiaires dont on n’avait même pas besoin, mais dans ce milieu, le social va avec. Mais, tous les journalistes arrêtés étaient stagiaires et ils recevront leur salaire au plus tard le 8 août prochain? Nous avons mis un dispositif de redressement car on a beaucoup investi dans ce projet avec une nouvelle radio, beaucoup de recrutements et ces supports, ainsi que le journal ne drainent pas beaucoup de publicité », dit-avec conviction.
Néanmoins, il confirme n’avoir touché aucun journaliste qui possède un contrat à durée indéterminée (Cdi).
Pour rappel, le nouveau groupe de presse Global Media Communication (GMC) a lancé son premier numéro le 29 septembre 2014 avec à sa tête Mamadou Oumar Ndiaye, ancien dirpub de l’hebdo Le Témoin comme le Pdg du groupe.  Abdoulaye Bamba Diallo, ancien éditeur de l’hebdo « Nouvel Horizon » et du mensuel « Thiof », ancien directeur de publication de l’hebdomadaire satirique « Le Cafard Libéré » en est le vice-président.
C’est dans une semaine, le lundi 29 septembre, que sortira des rotatives le premier numéro du quotidien « Le Témoin », avec à sa tête, l’ancien journaliste du « Soleil », Momar Seyni Ndiaye, par ailleurs, ex-directeur de la communication de la Sones. Avec son passage à la parution quotidienne, « Le Témoin » ouvre une nouvelle page de son histoire.
La fusion des groupes dirigés jusqu’ici par Abdoulaye Bamba Diallo et Mamadou Oumar Ndiaye a des ramifications. Outre le Quotidien Le Témoin, il y a deux radios, Top FM Horizons et Energie.
COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire