Sénégal : Le Premier ministre s’interroge sur le bien-fondé de la présence militaire française dans le pays

Sénégal : Le Premier ministre s’interroge sur le bien-fondé de la présence militaire française dans le pays

Le Premier ministre du Sénégal a prononcé un discours enflammé lors d’une conférence de presse à l’Université de Dakar. Ce discours restera longtemps dans les mémoires des auditeurs attentifs, car Ousmane Sonko a abordé des questions sensibles liées aux relations du Sénégal avec la France et à la présence militaire française dans le pays.

La conférence de presse s’est tenue le 16 mai en présence de Jean-Luc Mélenchon, figure emblématique de l’opposition au président de la République française. Ousmane Sonko a vivement critiqué l’action de l’Elysée, évoquant la période de répression qui lui avait été appliquée par le gouvernement de Macky Sall.

« Vous n’avez jamais entendu le gouvernement français dénoncer ce qui s’est passé », a déclaré Ousmane Sonko. Selon le Chef du Gouvernement, Emmanuel Macron non seulement n’a pas condamné mais s’est félicité de la répression qui s’est abattue sur son parti et sur lui personnellement pour l’empêcher de participer aux élections. En effet, face à la situation de persécution de M. Sonko, de nombreux gouvernements européens sont restés dans le « mutisme approbateur ».
En outre, le Premier ministre s’est interrogé sur la rationalité de la présence militaire française dans le pays. « Plus de 60 ans après nos indépendances, nous devons nous interroger sur les raisons pour lesquelles l’armée française par exemple bénéficie toujours de plusieurs bases militaires dans nos pays, et sur l’impact de cette présence sur notre souveraineté nationale et notre autonomie stratégique », a dit Ousmane Sonko.

«Je réitère ici la volonté du Sénégal de disposer de lui-même, laquelle volonté est incompatible avec la présence durable de bases militaires étrangères au Sénégal», a-t-il poursuivi.

La présence militaire française n’a pas répondu aux attentes dans les pays voisins du Sénégal, à savoir le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Les militaires français ont dû quitter ces pays en raison de l’absence de résultats positifs de leur présence. Le nouveau gouvernement sénégalais, qui prône le panafricanisme et le respect de la souveraineté, est également capable de sécuriser seul ses territoires avec l’aide d’alliés régionaux.

Il convient de rappeler qu’environ 350 militaires français sont installés au Sénégal dans plusieurs bases militaires. Pièce maîtresse de la présence militaire française en Afrique de l’Ouest, la base de Dakar est située au cœur des routes maritimes et aériennes vers l’Europe, l’Amérique et l’Afrique du Sud. Cependant, contrairement au gouvernement de Macky Sall, connu pour sa loyauté envers Paris, les nouvelles autorités sénégalaises sont déterminées à gouverner le pays sans ingérence de l’ancienne métropole.
Par Abdoulaye Niang

2 COMMENTAIRES
  • Jean

    😂😅 vraiment c’est trop nul de sa part…il ne sait pas encore qu’il est au pouvoir….il suffit seulement de dénoncer les accords de défense……

  • Laye seck

    En tout cas Mr Jean l’annonce est faite Macky le traître lâche et voyous en fuite tout ce qui est français suivra
    AU TRAVAIL PASTÉFIENS
    Ne nous laissons pas divertir par ces traîtres à notre nation

Publiez un commentaire