Le préfet de Ranérou souhaite que ce département devienne une zone d’intervention prioritaire

Le préfet de Ranérou, Amadoun Diop, a exprimé jeudi le souhait de voir ce département de la région de Matam devenir une zone d’intervention prioritaire, car étant enclavée et très en retard par rapport au reste du pays.

« Ranérou connaissait un enclavement externe par rapport aux autres localités, et jusqu’à présent, il connaît un enclavement interne. Et cela a négativement joué sur le comportement et la mentalité des populations », s’est-il désolé.

Il s’exprimait ainsi lors d’un forum organisé, par la Direction de l’équité et de l’égalité de genre (DEEG) en mission à Matam, en compagnie de trois parlementaires de la région.

Cette rencontre vise à renforcer la sensibilisation des populations, à travers une synergie d’actions entre les acteurs du secteur de la santé et les leaders d’opinion pour booster les indicateurs en matière de santé reproductive.

Selon lui, il y a une actuellement à Ranérou une nouvelle mouvance qui nécessite un accompagnement par le relèvement du niveau des infrastructures sanitaires et des équipements communautaires.

« Malgré le manque de personnel et de logistique, on a quelques résultats grâce à la détermination des populations », s’est réjoui Amadoun Diop, demandant un renforcement du personnel.

Dans les 5 postes de santé, dit-il, le personnel est composé d’agents communautaires qui travaillent dans des conditions très difficiles et sont payés par les communautés elles-mêmes.

« C’est pourquoi il serait souhaitable de faire une affectation massive de personnels de santé au niveau du département, pour une meilleure prise en charge de la santé des populations », a souhaité le préfet de Ranérou.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire