Annonces
» » » » Le foyer est sacré, arrêtons les essais, par...

Le foyer est sacré, arrêtons les essais, par Djibril Serigne Touba Badiane

arrêtons les essais, Djibril Serigne Touba Badiane, Le foyer est sacré

Ce matin encore une fois, je me suis réveillé avec des idées qui se bousculent dans ma tête et ma main généreuse animée par une envie folle d’écrire, saisi la plume digitale pour transcrire ce qui bouillonne dans l’esprit.

Le mariage est le cœur de la famille et la famille justifie le mariage.

C’est l’un des événements les plus importants de notre vie, toutes les communautés confondues. C’est un moment solennel, où le mari et l’épouse arborent les galons de la responsabilité et de l’honneur. Dans certaines sociétés africaines, le mariage fut et demeure encore sacré. Au moment de l’union, les détenteurs de la tradition font raisonner dans l’assistance, nos devoirs commun et spécifique.  

De ces cérémonies traditionnelles, les couples en sortaient grands, matures et responsables. L’homme connaissait son statut et sa valeur. À partir de cet instant, il savait que désormais, tous ses actes doivent être honorables au nom de sa femme et de sa lignée. La femme quant à elle, devenait aussitôt forte, ambitieuse et valeureuse au nom de son mari et de ses futurs enfants.

Que dire donc de cette nouvelle génération qui ne cesse de banaliser le ménage ?

De nos jours, les divorces sont très fréquents, c’est un réel constat et notre société semble perdre le nord. C’est la résultante d’une culture empruntée et qui a montré ses limites dans un contexte totalement différent.

En effet, autant ma génération séduit par sa maturité entrepreneuriale, autant elle inquiète par sa conception du foyer. Tout est dit et exposé ! La vie privée du ménage est devenue le sujet de discussions dans les réseaux sociaux. Ces derniers d’ailleurs sont devenus des confidents, murs de lamentations pour certains, un effet de mode terrible. Nous apprenons les secrets du foyer à travers les groupes « privés » ; dit-on.

Aucune retenue, aucun respect, aucune dignité entre partenaires. Des époux qui ne connaissent plus leurs devoirs, s’indignent ouvertement. Messieurs, que nos femmes, possèdent toutes les richesses du monde et les gardent pour elles, ne nous dédouane pas de nos devoirs conjugaux : il y va de notre honneur et réputation. De l’autre côté, certaines épouses avec une inélégance inouïe, éprouvent du plaisir à se faire tabasser par leur mari. Plus grave encore, elles vont raconter les secrets de la chambre aux amies et connaissances.

La sacralité du foyer et le mythe qui l’entouraient ont disparu. Nous ne connaissons rien des règles de base qui fondent un ménage (fidélité, confidentialité, dignité, honneur, respect, autorité, courage et foi).

Osons dire haut ce que nous disons bas : « le mariage est devenu un effet de mode avec notre génération ». D’ailleurs, nous avons nos périodes de célébration, nos types d’habillement, nos types de célébration, nos types d’invités, nos types de pavane et surtout nos « snaps ». Bref, une pièce de théâtre dont le contenu n’éduque personne. Nos mamans et tantes qui rappelaient les fondamentaux de la tradition sont de plus en plus préoccupées par le fameux « yébbi ou téral » (échanges de cadeaux entre les deux familles sous la tente). Triste !

Les voilà désormais seuls, sans accompagnement, un nouveau couple qui pense qu’être loin de la famille est le meilleur des choix. Résultat : l’étincelle de la jeunesse embrasse la poudrière du foyer et c’est le début d’un divorce annoncé.

Or, on peut bien vivre sa vie de foyer en étant proche de ses anciens car, le vécu a quelque chose de spécial qui se trouve être l’expérience. Je pense fondamentalement que nous devons nous préparer sérieusement à la vie du foyer avant de s’engager. Il n’est pas fait d’argent, de confort et d’amour seulement, non, bien plus. C’est un état d’esprit, un commun vouloir de vie commune mais aussi et surtout, une responsabilité assumée.

« Le mariage est trop sérieux pour être réduit à l’essai » disait Abbé Augustin SAGNA lors de la 4ème édition de la messe des jeunes à la paroisse des Martyrs de l’Ouganda de Dieuppeul.

Une courte phrase mais qui en dit long sur le sens d’un ménage.

Certaines règles sociales comme le patriarcat doivent être éclaircies pour que les hommes ne se limitent pas seulement à la signification de l’autorité. À mon avis, l’autorité d’un époux dans un foyer, commence d’abord par honorer ses devoirs conjugaux sans tambours ni trompettes.

Les mamans, grands-mères et tantes doivent davantage parler aux jeunes filles et de façon constante, sans répit. Les traditions doivent revenir dans nos discussions, il est grand temps de s’arrêter et de se parler profondément.

Des dialogues et échanges doivent se faire en famille. Des thèmes comme la place de la femme dans le foyer, son exemplarité, sa foi, son courage, son dévouement doivent faire l’objet de cas d’école. Les exemples ne manquent pas.

Retournons aux origines pour des unions durables. A présent, je retire ma plume digitale du papyrus virtuel.

 

 

Annonces
Ce contenu une Contribution ou un Publireportage:

L’internaute qui apporte une contribution au site senego.com quelle qu’elle soit s’engage à ce que celle-ci ne comporte aucun élément quelconque susceptible de violer le droit des tiers, et de donner lieu à des actions fondées notamment sur le plagiat, la responsabilité civile ou encore les délits prévus par la loi, notamment diffamation, injure, ou non-respect des dispositions d’ordre public telles que provocation aux crimes et délits, et crimes contre l’humanité et provocation à la discrimination, à la haine et à la violence.

Senego.com n'endosse en aucun cas la responsabilité sur les contributions d'utilisateurs ainsi que les opinions, recommandations ou de conseils exprimés au travers de celles-ci. Nous déclinons expressément toute responsabilité concernant l'information et l'utilisation de ces informations, Nous nous réservons le droit de supprimer du contenu d'utilisateur sans information ni formalité préalable, lorsque le caractère manifestement illicite et/ou contraire aux présentes dudit contenu serait porté à la connaissance.

Annonces

5 commentaires

  • Boy thiocé
    11 mai 2018 21 h 42 min

    Excellent article.
    Vous avez totalement raison l’ami.
    Chapeau

  • Bsb mikado
    11 mai 2018 22 h 13 min

    Toujours aussi pertinent

  • Niang
    12 mai 2018 1 h 44 min

    Bel article !!! Vous avez très bien résumé ce qu’est devenu le mariage aujourd’hui au Sénégal. Que du folklor. C’est un constat amer !!!

  • Coumba
    13 mai 2018 23 h 02 min

    Un article plein de sens.j’ai été séduite par le contenu de cet article.Mashallah

  • Coumba kane
    13 mai 2018 23 h 08 min

    Un article plein de sens.j’ai été séduite par le contenu de cet article.mashallah

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *