La situation reste toujours tendue ce matin au Burkina Faso

La situation restait tendue lundi matin au Burkina Faso quelques heures après le coup de force de l’armée qui à coups de gaz lacrymogène et de tirs de sommation a chassé les manifestants contestant sa prise de pouvoir.

En fin de journée elle a renouvelé son engagement à une transition concertée avec toutes les composantes de la société burkinabè, après une rencontre avec les chefs de l’opposition.

Le nouvel homme fort du pays, le lieutenant-colonel Isaac Zida, poursuivait également des consultations avec les ambassadeurs de France et des Etats-Unis, représentant deux alliés de poids du Burkina, selon la télévision nationale.
La communauté internationale a largement condamné la prise de pouvoir par les militaires.

La journée a été marquée aussi par la mort d’un jeune homme qui manifestait devant la télévision nationale, tué par une balle perdue, selon l’armée, lorsque les soldats ont dispersé l’attroupement.
– « Vive le peuple » –

En début d’après-midi, des soldats du régiment de sécurité présidentielle, unité militaire d’élite dont M. Zida était le commandant en second, ont tiré plusieurs rafales en l’air et pris le contrôle du bâtiment de la radio-télévision nationale, la RTB, d’où ils ont chassé une foule de manifestants et évacué le personnel, selon des journalistes de l’Afp.

Simultanément, l’armée a investi la place de la Nation, tirant en l’air, lançant des grenades lacrymogènes et faisant fuir les milliers de personnes qui y étaient réunies.

1 COMMENTAIRE
  • daby

    Ne volez la victoire du vaillant peuple bourkinabé Il faut exiger des militaires que la transition ne dépasse pas les trois mois prévus par la constitution

Publiez un commentaire