La justice va connaître une refonte majeure, Diomaye Faye a annoncé la date retenue pour la « réforme »

La justice va connaître une refonte majeure, Diomaye Faye a annoncé la date retenue pour la « réforme »

La justice sénégalaise se prépare à une refonte majeure, conformément à la vision du président de la République. Lors du conseil des ministres du mercredi 17 avril 2024, le président Diomaye Faye a annoncé une nouvelle mesure visant à réformer le système judiciaire, avec des concertations prévues le 28 mai prochain. Cette initiative, alignée avec ses promesses de campagne et son discours à la Nation du 3 avril, a pour objectif de moderniser et de réformer la justice sénégalaise.

Le président Faye a précisé que les concertations se tiendraient le 28 mai prochain, sous le thème « La réforme et la modernisation de la justice ». Cette annonce a été faite ce mardi devant les ministres, affirmant ainsi l’engagement du gouvernement envers cette transformation.

L’appel du président pour organiser les Assises nationales de la justice a été bien accueilli par les magistrats sénégalais, qui ont exprimé leur enthousiasme et leur volonté de participer activement à ces réformes. Selon le journal Les Echos, ces assises débuteront le 28 mai. En préparation de cet événement, les magistrats se réuniront aujourd’hui au palais de justice pour discuter et proposer des réformes.

Avant la fête de l’indépendance, le président Diomaye avait suggéré la tenue des Assises nationales de la justice, qui incluront la participation de tous les acteurs du secteur judiciaire, notamment les magistrats, avocats et greffiers. Chimère Diouf et ses collègues, manifestant un vif intérêt, se retrouveront aujourd’hui au palais de justice Lat-Dior pour débattre de ces questions.

Tous les magistrats du pays sont invités à une assemblée générale extraordinaire pour formuler des propositions de réformes. Ces discussions visent à restaurer l’autorité et l’intégrité de la justice sénégalaise. Parmi les propositions déjà évoquées figurent l’appel à candidature pour certains postes, notamment celui de procureur de la République, et la limitation de la durée de certains mandats pour éviter des permanences indésirables. Les réformes prévoient également de réduire l’influence de l’exécutif sur le pouvoir judiciaire, garantissant ainsi l’indépendance des magistrats.

Toujours est-il que, l’information concernant la date du 28 mai n’a pas encore atteint tous les acteurs concernés. Le secrétaire général de l’Ordre des avocats a indiqué à Les Echos qu’il n’était pas encore informé de cette échéance.

13 COMMENTAIRES
  • Yakham

    Attention de créer un système qui rendrait le pays ingouvernable par blocage,ce serait la catastrophe.Il doit toujours y avoir une voute qui empêcherait cela.Les sénégalais peuvent être bizarre et têtus parfois

  • Dabo

    La liberté est la chose la plus chère. La privation est une catastrophe humaine. Il faut diminuer les pouvoirs des procureurs par un juge des libertés. On met quelqu’un en prison et après des années on le libère sans charges.
    Il a déjà perdu son honorabilite sa famille son emploi…pour zero indemnisation zéro possibilité de recours.

    • Djeuzi

      Et surtout supprimer le retour au parquet ce comité doit inclure des députés et des citoyens lamda. Il faut rendre les magistrats justiciables. Le procureur et les juges d’instruction se sont en association de malfaiteurs chargés de créer des charges inventées pour sur des dossier simples qui doivent aller en flagrant delit les mettre en instruction. Ce sont des criminels. Le procureur Diop les juges seck et diallo doivent être arrêtés et foutus en taule. Ce régime me déçoit bcp. Ces chiens de magistrats devaient être rayés de la surface de la terre.

  • Jambalo

    Diadeuf dabo bien dit

  • Diam

    PRÉSIDENT N’OUBLIEZ UNE LII ANTI CASSEURS SINON LE BRT,TER,LES BUS SERONT TOUS UN BEAU JOUR ÉCRASÉS.

    • awocat

      Hors sujet !

  • Moundaye

    Moi je prône l’AUTO-GESTION de la JUSTICE où les membres sont élus par leurs pairs pour un mandat déterminé. Juges, Avocats et Greffiers feront partie de ce collège d’électeurs. Tout Juge élu aura la liberté de s’auto-saisir de n’importe quelle affaire méritant une mise en examen, en dehors de toutes pressions de l’Exécutif! Ainsi nous vivons dans un vrai État de Droit pour la quiétude du peuple. Ce sera fini les mises au gnouf sans jugement !

  • Fall

    Parfait président

  • Lamine Diop

    Suppression du poste de procureur général.
    Création d’un poste de juge des libertés qui pourrait s’opposer à une arrestation.
    La possibilité pour les victimes d’attaquer l’état pour compensation.
    Une limite maximale de la détention provisoire.
    Un jour par mois ou les magistrats doivent passer la journée et la nuit en prison pour qu’ils gardent en tête les terribles conditions de détention.

  • Mbaye

    Bien sûr une loi anti casseurs mais aussi une loi anti agression. Corser les peines surtout des violeurs et des tueurs qui regorgent d’ honnêtes citoyens comme s’ il s’agissait de bétail. Pourquoi pas là peine de mort pour certains crimes odieux.

  • Dell

    ATTENTION !! Il faut aussi superviser , ils des magistrats corrompu comme on en à vu avec Macky Sall, s’il y’a pas de sanctions Amadou BA, les voleurs de Milliards, les tranfiquants de drogue vont infiltré la justice et détruire le Sénégal.

  • Cheikh Sow

    Justice pour tous et non à 2 vitesses. Procureur de la République et non du Parti. Le pays à soif de justice. À bas la corruption

  • Matar

    Ol faut surtout un organe pour les contrôler sinon ils vont gater ce pays encore .ils sont comme tout le monde ne les laissez surtout pas faire ce qu’ils veulent..ils vont nous décevoir

Publiez un commentaire