Kolda : Dioulacolon rend hommage à Bobo Baldé, virtuose de la musique traditionnelle peule du Fouladou
PUBLICITÉ

Kolda : Dioulacolon rend hommage à Bobo Baldé, virtuose de la musique traditionnelle peule du Fouladou

Les 13 et 14 mai passés la commune de Dioulacolon a rendu un vibrant hommage à Bobo Baldé. Bobo Baldé est en effet un grand et très respectable musicien traditionnel virtuose du « Gnagnérou » (violon).

Diali Bobo Baldé, auteur de Ngathiè Haré et doyen des musiciens traditionnels du Fouladou, est une icône et un grand maître du violon et de la tradition orale de Kolda.

Pour donner vie à son nom et à son œuvre gigantesque, Kolda, sous l’initiative de ses populations encore liées à leur traditions ancestrales que le parolier et exceptionnel violoniste permet de vivre encore au rythme de sa tradition, n’a pas attendu la disparation du sage homme pour l’honorer. Une première dans la localité et c’est ce qui a donné le caractère quasi-sacré de cette soirée qui a vu la présence effective de hautes personnalités de la région de Kolda, dont la plus remarquable reste celle du Professeur Moussa Baldé, ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural.

Aillant accueilli cette soirée d’hommage, le Maire Boubacar Mballo de la commune de Dioulacolon, s’est engagé à faire revivre la culture qui dit-il, est en régression dans sa commune. Pour le sous-préfet, qui a honoré de sa présence à cette rencontre culturelle, « cette relance est légitime et honorable en ce sens que la tradition ou la culture est au début du commencement ».

Deux temps forts, après les différentes allocutions, ont ponctué cette cérémonie d’hommage à Diali Bobo Baldé. Il s’agit de la présentation de l’accoutrement traditionnel poular du Fouladou et l’autre a vu Diali Bobo Baldé fabriquer lui-même le violon peul dit « gnagnérou ».

Le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, le Professeur Moussa BALDÉ, qui a aussi honoré de sa présence, lui, en tant que Président du conseil départemental de Kolda et qui avait déjà jeté les bases pour la revalorisation de la culture poular, par la création d’un musée, a vivement magnifié l’initiative.

Dans cet hommage à Diali Bobo Baldé Corail Production de Mamadou Kanté, fils du Fouladou, et certains Koldois basés en France, en relation avec un comité local de pilotage, ont permis à l’événement de susciter un vent d’espoir réel qui souffle sur la culture au FOULADOU.

Bobo Baldé est né en 1938 à Mac Carty aujourd’hui Janjamburé dans le Fouladou gambien. A l’âge de 17 ans, il apprit à manier le Niagnérou, le violon, la harpe traditionnelle des peuls du Fouladou.

PUBLICITÉ