Dr Nicole Gackou :«Les hommes, désormais plus exposés à l’infertilité dû à des anomalies sévères… »

Dr Nicole Gackou :«Les hommes, désormais plus exposés à l’infertilité dû à des anomalies sévères… »

« Les hommes sont désormais plus exposés à l’infertilité », selon l’avis du Dr Nicole Gackou, gynécologue obstétricienne. Elle explique que cela est dû à « des anomalies sévères du spermogramme et à l’impact du mode de vie des hommes sur leurs spermatozoïdes, notamment dans une société où c’était traditionnellement la femme qui était indexée en cas d’infertilité. »

« Il faut savoir qu’aujourd’hui, il a été prouvé que l’infertilité incombe dans 35 % des cas voire plus aux partenaires masculins, dans 35 % des cas concernent la femme, et dans 30 % des cas, l’infertilité implique soit les deux partenaires : on parle alors d’infertilité mixte ou inexplicable », a souligné le Dr Nicole Gackou lors d’un entretien avec Enquête.

La gynécologue obstétricienne précise également que chez les deux sexes, les gamètes ne sont pas produits de la même manière. L’homme va produire des spermatozoïdes en continu depuis sa puberté, tandis que la femme va naître avec un stock d’ovocytes bloqués à un certain stade de son développement. La production de l’ovule se fera alors de façon cyclique pendant sa période d’activité génitale, c’est-à-dire de la puberté à la ménopause. Les spermatozoïdes étant contenus dans les testicules eux-mêmes contenus dans les bourses, toute atteinte de ces derniers impacte sur la qualité du sperme et des spermatozoïdes.

Ainsi, lorsque l’homme est exposé à certains facteurs environnementaux tels que la chaleur, mais aussi comportementaux tels que le port de vêtements trop serrés, le tabac… cela peut être responsable d’une altération de la qualité du sperme. Par conséquent, la prise en charge de l’infertilité passe d’abord par une prise en charge globale du couple. Bien que dans nos sociétés, ce soit souvent la femme qui soit pointée du doigt en cas d’infertilité dans le couple, en pratique, on constate de plus en plus de cas d’anomalies sévères du spermogramme. Ainsi, vu la sensibilité même des testicules et donc du sperme, ainsi que l’impact du mode de vie des hommes sur leurs spermatozoïdes, je considère que les hommes sont plus exposés que les femmes à l’infertilité.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire