Côte d’Ivoire : Formation de 500 femmes à Abobo pour promouvoir le cajou

Côte d’Ivoire : Formation de 500 femmes à Abobo pour promouvoir le cajou

Le Conseil coton-anacarde, organe de régulation de la filière, a organisé ce week-end une formation pour 500 femmes sur les vertus du cajou à Abobo, commune du Nord d’Abidjan.

L’objectif du Conseil est de stimuler la consommation des produits dérivés du cajou en Côte d’Ivoire. Depuis trois ans, il mène une campagne de promotion auprès des femmes.

En Côte d’Ivoire, environ 30 unités industrielles, disposant d’une capacité installée de 350 000 tonnes de noix de cajou, réalisent la transformation. Ces usines ont créé plus de 15 000 emplois directs, dont 70% pour des femmes.

Cette année, la célébration de la « Fête des mères en cajou » a eu lieu à Abobo. L’évènement principal s’est tenu le 8 juin 2024 à l’espace Agora de la commune, attirant environ 500 femmes contre les 300 initialement prévues.

Lors de cet évènement, des diplômes de participation ont été attribués par le Conseil coton-anacarde et la mairie d’Abobo. Le directeur général du Conseil, Dr Coulibaly Adama, a mis en avant l’importance d’encourager la consommation du cajou dans les ménages.

Il a salué la contribution de la présidente du Sénat, Kandia Camara, également maire d’Abobo, qui a permis de promouvoir et vulgariser la consommation locale des produits dérivés du cajou.

Dr Jean Noël Kouamé a présenté les bienfaits du cajou, soulignant ses vertus médicamenteuses contre des maladies telles que la malnutrition, l’hypertension, la constipation et la cirrhose du foie. Il a recommandé la consommation du jus, de la pâte, du vinaigre, du lait et de l’huile de cajou pour une meilleure santé.

Deuxième exportateur d’amandes et troisième pays transformateur de cajou au monde, la Côte d’Ivoire vise à transformer 50% de sa production d’ici 2027.

Cette troisième édition de la Fête des mères en cajou suit celles organisées à Yopougon et Cocody. Elle s’inscrit dans le cadre du Projet de promotion de la compétitivité de la chaîne de valeur de l’anacarde (PPCA), financé par la Banque mondiale.

En 2023, la Côte d’Ivoire a transformé 265 863 tonnes de noix de cajou brutes contre 40 383 tonnes en 2016, faisant passer le taux de transformation locale de 6,22% en 2016 à 21% en 2023.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire