César Atoute Badiate considéré comme un terroriste par les Américains

César Atoute Badiate considéré comme un terroriste par les Américains

Les actes posés une fois de plus par César Atoute Badiate d’opposer un niet catégorique à la construction des voies annexes sur la Route Nationale n°6, sont perçus par les services de renseignements américains comme un acte de terrorisme.

Le service de renseignement américain, de sources bien informées, a indexé les éléments du Mfdc, et plus précisément le camp de César Atoute Badiate de mettre à exécution leurs menaces de s’opposer à la construction des voies annexes sur la Route Nationale n°6 qui rallie toutes les régions de la verte Casamance.

Une menace perçue comme un acte de terrorisme, selon les agents secrets américains qui ont une fois de plus, mis la puce à l’oreille des autorités de Dakar. Car, l’exécution d’une telle menace contribuerait, à en croire les services de renseignements américains, à perturber l’unité et la stabilité du Sénégal, si l’on prend en compte l’envahissement du nord-Mali par les djihadistes depuis l’offensive des troupes françaises et africaines dans ce pays, où les islamistes veulent y installer la charia totale.

Une situation qui met les intérêts américains en péril, quand on sait que la construction de la Rn6 a été totalement financée par le Millenium Challenge Account (Mca) à près de 100 milliards de F Cfa. Mieux, au cours d’une rencontre tenue en début d’année à Niamey au Niger sur la lutte contre le terrorisme, les services de renseignements américains n’ont pas manqué de soulever des préoccupations sur le refus de César Atoute Badiate de réaliser la Route Nationale n°6 en Casamance.

Le jeu flou du chef rebelle

Après son accord, les mois derniers, suite à l’intervention de l’émissaire du Président Obama sur la construction des pistes de production autour de la Route Nationale (RN) 6, le chef rebelle de Kasselole revient sur sa décision.

Il s’opposait à la construction de ces routes. Une décision qui fâche selon nos sources, les États-Unis. Car, il ne s’est pas arrêté en si bon chemin. «Plus de déminage, encore moins de projets de développement en Casamance sans passer par des négociations avec le Mfdc», a-t-il menacé.

Récemment, sous l’égide du Cardinal Théodore Adrien Sarr à la tête d’une délégation dont le président du comité de réflexion pour le retour de la paix en Casamance et l’Evêque de Ziguinchor, Monseigneur Paul Abel Mamba Diatta, la délégation a tenté, en vain, de lever les points de désaccords sur les pistes de production qui doivent être construites par le Millenium Challenge Account (Mca). Des discussions qui ont duré huit tours d’horloge à Sao Domingos sur le territoire bissau-guinéen, n’ont pas convaincu le chef rebelle, qui a campé sur sa décision.

Le refus de César Atout Badiate qui contrôle, aujourd’hui, la plus grande partie du maquis casamançais – Vélingara à Diogué – est consécutif au fait que la plupart des cantonnements du maquis se trouvent sur cet axe à la lisière de la frontière avec de la Guinée- Bissau. Les rebelles craignent qu’avec la réalisation de ces pistes, ils vont subir les assauts de l’armée.
Rewmi

2 COMMENTAIRES
  • Alamine Fall

    Ses jours sont comptés, ce salaud se croit intouchables il faut le tuer et en finir

  • miss

    cet assassin doit être pendu et brulé vif.il n’est qu’un bandit un terroriste.qu’il sache que sa fin est pour bientôt.je me demande qu’est ce que nos autorités attendent pour lui régler son compte.vivement la paix en casamance.

Publiez un commentaire