Téléchargez l'appli SENEGO
PUBLICITÉ

Agression de la camerawoman de Dakaractu : Le communiqué du Synpics qui condamne

Nous avons appris avec consternation et indignation que la camerawoman Adja Ndiaye de Dakaractu a été sauvagement bastonnée par la Police ce lundi 28 septembre à Dakar.

L’équipe de Dakaractu comme d’autres média, étaient au niveau de la direction de la Police sise au quartier de la Medina, pour couvrir l’affaire de l’activiste Dj Malick qui répondait ce lundi à une convocation de la brigade en chargé de la Cybercriminalité.

Des premiers témoignages recueillis par le Synpics, il apparaît que c’est suite à l’adresse de Fatima Mbengue du mouvement Frapp France Dégage, que les policiers sont venus encadrer les journalistes, leur intimant l’ordre de quitter les alentours de la Direction Générale de la Police.

Sur ce, la presse obtempère et se déplace au niveau de la Place du Souvenir africain, afin de recueillir la déclaration de Dj Malick du mouvement “luttons contre l’indiscipline des sénégalais”, une page Facebook qui alerte sur certaines dérives notées dans l’espace public local.

C’est au moment où les journalistes avaient en face d’eux Dj Malick, que la police revient à la charge, et s’adressant au groupe qui s’était formé, leur interdit tout rassemblement sur la voie publique.

Alors que les journalistes remballent leur matériel, un élément du Gmi prend en apparté la Camerawoman de Dakaractu, et lui administre un violent coup avant de la pousser à terre. Celle ci, perdant du coup sa caméra fortement endommagée, se rebelle avant de se faire arrêter par toute la meute d’agents de police présents sur les lieux.

Mise dans le panier à salade, elle sera selon les témoignages de plusieurs journalistes présents, menottée, bastonnée, insultée par la nuée d’agents aidée par un ASP (Agent de sécurité public non détenteur du droit d’usage de la violence) comme une malpropre.

Non content de ce forfait, les agents de police vont arrêter tous ceux qui avaient exhibé leur téléphone pour filmer l’incident et vont les sommer un à un de supprimer les captures et vidéos.

Il s’agit là de plusieurs violations indignes d’un pays comme le Sénégal, qui plus est, surviennent ce 28 septembre, Journée Mondiale de l’accès à l’information.

En interdisant aux journalistes de faire leur travail sur la devanture de la direction de la Police, les agents ont fauté par excès de zèle et ont de ce fait, porté atteinte à la liberté de presse et à celle d’expression.

En leur interdisant une seconde fois, sur la place du Souvenir Africain de tendre leur micro, ils ont consacré une deuxième violation des droits les plus fondamentaux en plus de la liberté d’aller et de venir que consacrent toutes les lois et traités du monde.

Enfin, en agressant physiquement une camerawoman, une femme, au point de lui occasionner des blessures que les examens médicaux ne tarderont pas à révéler, la Police Sénégalaise par certains de ses éléments, vient une nouvelle fois de porter un sérieux coup aux libertés que consacrent notre régime démocratique.

Last but not least, en torturant notre consoeur Adja Ndiaye puis en usant de la menace pour faire effacer les vidéos des témoins, les agents ont une nouvelle fois porté une atteinte grave aux principes qui font du Sénégal, un pays de libertés.

Face à cette situation, le Synpics qui a informé aussi bien le Directeur de la Sécurité Publique que le ministre de l’intérieur, condamne avec toute la rigueur qui sied ces actes dignes d’une dictature.

Se préoccupant d’abord de l’état de la victime de ces actes barbares, le Synpics suit avec une attention stressante l’évolution de son état de santé et prend pour responsable l’Etat du Sénégal de tout ce qui pourrait arriver à Adja Ndiaye.

Notre consoeur, actuellement hospitalisée dans une clinique de la place est la énième femme de médias, victime cette année de l’exagération de forces de police.

Le Syndicat lui marque sa solidarité totale et entière et donnera avec elle toute suite judiciaire appropriée à cette affaire.

Nous rappelons aux forces de l’ordre que le pouvoir de coercition, au besoin, qui leur est accordé au point qu’elles peuvent user d’une violence légitime pour maintenir l’ordre, découle de la LOI.

Qu’il ne saurait être question dans une République que le port d’une tenue, soit transformé en un permis de matraquer ou d’humilier en toute impunité en usant de la violence et se couvrant du statut d’agent public de sécurité.

La récurrence des actes d’agression contre des journalistes (Touba durant le Covid, Place de L’indépendance, marche de Guy Marius Sagna sur le Boulevard de la République) ne nous fait pas mériter notre place dans le top 50 des pays les mieux classés en matière de liberté de presse.

La police doit, comme récemment au Quai de pêche de Mbour, déployer toutes ses ressources pour protéger les citoyens, dont les journalistes, et non les violenter gratuitement.

Le secrétaire général du Synpics

145 Whatsapp
Annonces
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
    21:09 - 24/10/2020

    PL: Sans briller, Liverpool renverse Sheffield (Vidéo)

    Whatsapp
    20:59 - 24/10/2020

    Prof décapité en France – “il méritait de mourir”: une étudiante écope de quatre mois de prison

    Whatsapp
    20:58 - 24/10/2020

    “DIE YOUNG” One Lyrical dénonce les dérives de la jeune génération (Clip officiel)

    Whatsapp
    20:42 - 24/10/2020

    “Baye la solution” : Le clip de Akhlou Brick Paradise en prélude du Mawlid (Officiel)

    Whatsapp
0
Votre avis comptex
()
x
Whatsapp